L'Université entre l'utilité et la pertinence » maladies des plantes , agriculture et écologie

 L'Université entre l'utilité et la pertinence

29/1/2010

L'Université entre l'utilité et la pertinence

par Mohamed Abbou

La crise que vit aujourd'hui le modèle économique dominant a mis à nu sa vocation première d'être une véritable fabrique de profits. Cette fabrique de profit, en l'absence d'une politique de redistribution a été victime de sa propre voracité. La crise a surtout établi que le modèle n'avait pour objectif que sa propre dilatation, il n'est porteur d'aucun projet pour l'homme.

Pour la première fois dans leur Histoire les hommes ont peu «d'avenir» à offrir à leurs enfants. L'Université instrumentalisée dans «La Bataille de l'Intelligence» a payé le prix de l'irrésistible ascension du système en divorçant avec ses principes fondateurs.

 Elle doit mettre à profit l'alitement du modèle pour briser le charme mercantile auquel elle a succombé. «Le monde de l'entreprise, s'appuyant sur l'impératif de l'efficacité, fait pression sur celui de l'éducation en faveur des savoirs les plus directement utiles. Pour l'O.M.C, l'idéal consisterait à faire de l'éducation une marchandise dont la vente de formations encapsulées, disponibles sur les marchés nationaux et internationaux, obéirait aux règles ordinaires de transactions commerciales et transformerait les établissements d'enseignement en points de services où les étudiants, clients ou consommateurs, feraient leur choix selon les pressions du marchée de l'emploi»(1).

 L'Université est embrigadée par un marché qui fonctionne à l'organique, amplifiant les pulsions et étouffant toute conscience. Son credo est que pour augmenter la richesse de tous il suffit de libérer l'initiative individuelle dans la recherche du profit et de n'interdire que le vol et la violence.

 L'Université est alors invitée à assurer l'épanouissement du différentiel de potentiel sans s'impliquer dans une autre équation sociale. L'efficience organisationnelle des ressources matérielles, financières et humaines et l'efficacité de leur gestion deviennent ses finalités en lieu et place de la légitimité scientifique, culturelle et politique.

 Ses pratiques et ses résultats sont tronqués par l'exigence d'utilité et de technicité au mépris des nécessités du progrès scientifique et de la transmission du savoir.

 La qualité de l'enseignement est jaugée à l'aune de la compétitivité sans autre regard à la pertinence sociale et culturelle.

 Cette nouvelle orientation délibérément choisie par les dirigeants européens a vu ses bases établies par le processus de Bologne en 1999.

 Ce processus est un engagement pour construire un espace européen de l'enseignement supérieur avant 2010.

 Il vient concrétiser l'appel du 25 mai 1998 fait dans cet objectif lors du colloque organisé à la Sorbonne à l'occasion du 800ème anniversaire de l'Université de Paris. Ce processus a identifié six actions :

- Mettre en place un système facilement compréhensible et comparable pour permettre une bonne visibilité et faciliter la reconnaissance internationale des diplômes et qualifications.

- Organiser les formations sur un premier cycle destiné au marché du travail (de 3 ans au moins) et un deuxième cycle achevant le premier.

- Valider les formations par un système d'accumulation de crédits transférables entre établissements.

- Faciliter la mobilité des étudiants, des enseignants et des chercheurs.

- Coopérer en matière d'assurance de la qualité des enseignements.

- Donner une dimension véritablement européenne à l'Enseignement Supérieur.

 La démarche a été régulièrement renforcée et améliorée notamment en matière de garantie de qualité de l'enseignement, de flexibilité des parcours de formation, de cadres de qualification, de reconnaissance de diplômes par les conférences ministérielles successives de Prague en 2001, de Berlin en 2003, de Bergen en 2005, de Londres en 2007, et plus récemment en avril 2009 à Louvain.

 «L'esprit de Bologne» n'est autre que celui des écoles de commerce, qui fait de l'Université un prestataire de services devant se recentrer sur les disciplines «pragmatiques» (gestion, sciences de l'ingénieur
…) au détriment des disciplines moins «utiles» (les sciences humaines et sociales en particulier). Il s'agit ni plus ni moins de transformer radicalement les conditions de la production et de la diffusion du travail intellectuel en réduisant son autonomie par des logiques gestionnaires et marchandes»(2).

 Mais les besoins d'un système en pleine expansion ont vite débordé les capacités de formation des grandes puissances. La migration des cerveaux et la formation transfrontalière sont alors encouragées. Les Pays du Sud dans leur ambition de rattrapage adoptent rapidement la démarche de leurs anciennes métropoles sans pour autant s'inscrire dans le même cadre de garantie scientifique ni dans le même réseau de capacités managériales, ni dans le même espace de mobilité scientifique. Ils bénéficient des droits d'usage des procédures, des schémas d'organisation et des profils élaborés avec une assistance technique pour leurs mises en place. En contrepartie ces pays impliquent leurs Universités dans une compétition mondiale dans laquelle leurs économies nationales sont absentes. Mieux, au même moment, ils organisent le contournement de l'Université dans son propre espace par la destitution de l'Enseignant dans un nouveau rapport «allégé» au savoir.

 Cette destitution est d'abord sociale par le refus de lui assurer un revenu à même de rétribuer son effort réel, d'assurer sa quiétude matérielle, d'encourager son engagement professionnel et de préserver sa place dans la société. Aujourd'hui l'Enseignant Universitaire vit un véritable déclassement social et son influence sur son environnement est à la petite mesure de son pouvoir d'achat.

 Cette destitution est méthodologique dans la mesure où la formation de véritables compétences a cédé le pas à la formation utilitaire et à la formation «prêt à porter». Le savoir est bridé par «l'employabilité». les temps de l'étude approfondie sont révolus et l'initiation à la «disputatio» n'est plus de mise. Cette destitution est médiatique par le fait que la visibilité universitaire dans les médias n'est organisée qu'à travers les réalisations physiques : places pédagogiques, capacités d'hébergement, capacités de restauration effectifs étudiants, sans autre considération pour les questions de pédagogie, d'évaluation ou de recherche scientifique. Cette destitution est aussi politique, quand les autorités politiques privilégient les compétences étrangères dans leurs demandes d'études et d'expertises. L'appel aux nationaux est généralement fait à titre individuel ce qui décourage tout effort d'organisation de l'expertise nationale et d'intégration des compétences.

 Cette destitution est enfin symbolique par le détour que doit prendre la reconnaissance de la performance en passant par l'Etranger ou en s'y exilant.

 Ainsi sans gain prévisible, l'Université des pays du Sud a abandonné délibérément son rôle dans la société pour remplir une fonction pour laquelle elle est très peu outillée.

 Les responsables politiques du sud méritent tout autant, les reproches qu'adressent Louis BRUNET (3) aux dirigeants de son pays «A défaut d'avoir une véritable vision de l'éducation, à défaut de comprendre la mission d'avancement des connaissances de l'Université et à défaut de reconnaître le rôle social des intellectuels et des professeurs, c'est une vision marchande qui tient lieu de programme politique pour nos gouvernements actuels».

 Or, «L'Institution Universitaire se définit comme la connexion entre la société et le savoir. L'existence de l'Université signifie que la société reconnaît au savoir une nécessité et une fonction propre. Elle investit des ressources dans l'exercice de cette fonction et elle confère un statut particulier à ceux qui l'exercent» (4).

 En contrepartie les animateurs de cette fonction sont tenus d'avoir une haute conscience de leur responsabilité envers la société, car cette conscience participe, pour une très grande part, à la légitimité de l'Université.

 Leur obligation première est de développer en permanence leurs compétences propres et de participer activement à la construction incessante du savoir et à sa transmission critique entre générations.

 C'est cette obligation qui explique le lien organique entre enseignement et recherche qui identifie le savoir universitaire et le distingue des autres formations supérieures.

 Le temps est peut-être venu pour l'Université de retrouver sa raison d'être dans sa propre société, de renouer avec son rôle fondateur de valeurs.

 Concrètement les universitaires qui par besoin, par dépit, par lassitude ont tourné le dos à leur espace naturel pour se «shunter» aux autres corps professionnels de la société (professions libérales, experts, consultants) ou pour «chasser» le contrat d'association dans les «banlieues» de la formation édifiées sans «lotissement scientifique», doivent se réapproprier leur fonction première et renouer avec «la base de vie» qui les nourrit autant qu'ils la nourrissent.

 L'Universitaire n'est plus ce maître établi par l'autorité publique et bénéficiaire de privilèges es qualité mais le maçon fidèle et obstiné de la maison commune, toujours en construction, refuge à la fois du doute et de la liberté où le regard est toujours neuf et l'esprit constamment critique.

 Il ne doit pas son respect à une consécration administrative, il le doit à sa compétence, à son détachement par rapport à l'immédiateté du présent et à son engagement aux services des autres.

 L'Université ne peut être réhabilitée ni par une forme d'organisation ni par un mode de gouvernance, elle ne peut se réapproprier sa faculté d'autonomie et sa force symbolique que dans la posture critique de ses principaux acteurs.

 «L'Intellectuel doit d'abord vouloir survivre et vivre comme intellectuel, précisément parce qu'il subit des forces de dégradation interne énormes et qu'une formidable pression politique, idéologique, technocratique
… tend à le laminer et le détruire» (5).

 L'Université, étouffée par une gouvernance procédurière mais qui s'accommode paradoxalement de prestations très légères en enseignement comme en recherche, a lentement quitté son cadre traditionnel pour se reconstituer ailleurs en ordre dispersé. Les capacités universitaires réfractaires à l'oisiveté se sont investies dans la sous-traitance intellectuelle dans tous les milieux, des affaires à la politiques.

 L'Université sera-t-elle réoccupée, un jour, par son esprit créateur ?

Notes :

1. Lise Bessette, «Mondialisation et Internationalisation des activités universitaires», colloque international du 11/14 mai 2009, Paris VIII.

2. Rémy Caveng «Universités européennes à vendre», le Monde Diplomatique, novembre 2008, Paris.

3. Louis Brunet, «nos gouvernants savent
– ils encore ce qu'est une Université, http://spugengreve. wordpress.com.

4. André Ségal, «l'Université ou le savoir comme enjeu social» www.uqac.ca/jmt-sociologue/

5. E Morin, «pour sortir du XXe siècle, le seuil, Paris 1984.

 

Source : http://www.lequotidien-oran.com

 

Category : UNIVERSITES ALGERIENNES - 1 | Write a comment | Print

Comments

eoenana oceanien, le 29-01-2010 à 21:47:15 :

le choix et le courage

Et le courage de choisir prend toute son importance; sortir d'un système c'est plus difficile que prévu car même les perspectives les plus douces ne suffisent pas face aux douleurs du renoncement. Personnellement, je suis parti vivre sur un îlot au milieu de l'Océan Pacifique
Amitié
http://www.oceanien.fr

| Contact author |