La désertification est une menace réelle » maladies des plantes , agriculture et écologie

 La désertification est une menace réelle

11/1/2010

 

désertificationLa désertification est une menace réelle

Une nouvelle carte nationale de sensibilité à la désertification par télédétection, tel est l’instrument technologique qui vient renforcer le programme de lutte contre la désertification. «C’est un outil d’investigation très important qui permettra de mener des actions ciblées sur le terrain», a déclaré, hier, Rachid Benaïssa, lors la journée d’étude sur la question, animée au siège du ministère à Alger. Elaborée par l’Agence spatiale algérienne (Asal), cette carte est conçue à partir d’images prises par satellite. Elle couvre la zone steppique du pays menacée par l’avancée du désert. Cet outil de diffusion comprend 12 wilayas. Il s’agit de Djelfa, M’sila, Laghouat, Batna, Khenchela, Tébessa, Biskra, El Bayadh, Naâma, Tlemcen, Saïda et Tiaret.
Ainsi, l’évolution de la désertification sera soumise à une évaluation précise. «Cette carte a permis de répartir les zones couvertes en cinq classes», a indiqué, de son côté, M.Azzedine Oussedik, directeur général de l’Asal. Ainsi, sont délimitées les régions touchées par la désertification ainsi que celles qui sont très sensibles ou peu sensibles à la désertification. Ces données «permettront une utilisation rationnelle de l’enveloppe allouée à ce programme. Aussi, elle offrira une meilleure visibilité pour l’application du plan quinquennal 2010-2014», a ajouté M.Benaïssa.
Pour rappel, pas moins de 10 milliards de dinars sont consacrés à la lutte contre la dégradation du sol dans les zones arides et semi-arides. Couvrant 20 millions d’hectares, ce programme comprend plusieurs axes d’intervention. Parmi ces axes figure la protection du Barrage Vert. D’une superficie de 300.000 ha, ce barrage connaîtra dans les cinq prochaines années, une extension de 100.000 ha. Aussi, il est prévu la protection des zones alfatières sur 3 millions ha. Cela dit, l’efficacité de ce programme repose sur une participation active des autorités locales et des citoyens. C’est à cet impératif que répondent les projets de proximité de lutte contre la désertification (Pplcd). «Actuellement, nous disposons de 465 Ppcld. L’objectif est de mettre en application 12.000 projets du même genre durant le prochain quinquennal», a indiqué, pour sa part, Abdelmalek Titah, responsable de la direction générale des forêts.
A ce titre, des cartes locales seront établies. Elles concerneront 30 wilayas et 300 communes. Par ailleurs, la lutte contre la désertification doit être menée sur plusieurs fronts. «L’avancée du desert constitue une menace plurielle. En conséquence, notre plan d’intervention doit être varié», a expliqué M.Benaïssa. Ainsi, cette intervention porte sur quatre orientations. Selon le ministre, ces orientations concernent la consolidation et l’accroissement du Barrage Vert, la rationalisation de l’utilisation des espaces de pâturage, la sensibilisation et la mobilisation des autorités locales et des citoyens ainsi que l’identification des ressources hydriques. Sur ce plan, la direction générale des ressources hydriques mettra en place une carte géographique nationale des ressources en eau. Une autre carte sera établie pour les besoins de la protection des bassins versants.
La lutte contre la désertification constitue l’un des leviers du programme quinquennal du renouveau rural. A ce titre, pas moins de 200 milliards de dinars ont été alloués au secteur de l’agriculture, à raison de 60 millions de DA par année.

11-01-2010
Lexpression

Source : http://www.lexpressiondz.com/article/2/2010-01-11/71797.html



Selon l'ASAL et la DGF- La désertification menace plus de 27 millions ha en Algérie

La désertification et l'érosion menacent plusieurs millions d'hectares en Algérie. Ainsi, et selon les résultats de la Carte de sensibilité à la désertification (CSD), rendus publics dimanche à Alger , la désertification menace 27,4 millions d'ha en Algérie, alors que 13 millions autres ha sont exposés au phénomène de l'érosion hydrique au niveau des bassins versants. Rappelons, dans ce contexte que cette carte, qui a été élaborée par l'Agence spatiale algérienne (ASAL), en partenariat avec la Direction générale des forêts (DGF), concerne 12 wilayas steppiques. Une carte similaire, élaborée en 1996, a concerné 9 wilayas pour une surface de 20 millions ha menacées par la désertification. Il s'agit de Djelfa, M'Sila, Naâma, El Bayadh, Biskra, Khenchela, Batna, Tébessa et Laghouat. Les trois nouvelles wilayas concernées par ce phénomène sont: Tlemcen, Tiaret et Saïda. Se basant sur des données satellitaires, la CSD classe ces régions en 5 catégories de sensibilité: terres désertifiées, terres sensibles, moyennement sensibles, très sensibles, et peu ou pas sensibles. Quelque 87% de la superficie de l'Algérie représentent le Sahara, constitué de deux grands Ergs (oriental et occidental), des Oasis, des montagnes du Tassili et du Hoggar et des déserts de pierrailles (Regs). Selon les résultats actualisés, la surface "désertifiée et squelettée" est passée de 3,5 à 4,09% entre 1996 et 2009, soit plus de 76.000 ha. Une augmentation des terres moyennement sensibles à la désertification, a été également relevée selon le Directeur général de l'ASAL, M. Azzedine Oussedik qui n'a pas donné de chiffres précis sur cette hausse. Cependant, l'étude révèle une amélioration de la situation de quelque 868.427 ha classés auparavant très sensibles à ce phénomène, et ce, grâce à l'aménagement du territoire engagé au niveau des zones concernées. Outre la désertification, 13 millions autres ha sont menacés par l'érosion hydrique selon les résultats d'une étude effectuée par la DGF et qui a concerné 34 bassins versants sur les 52 existants au niveau national. Pour sa part, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaïssa a considéré que ce phénomène comme "une menace réelle pour notre pays d'autant plus que les experts prévoient une diminution de 10 à 30% de la pluviométrie durant les 20 prochaines années". Il a souligné l'importance de cette carte, en la qualifiant de "primordiale", puisqu'elle intervient à la veille de l'actualisation du programme de lutte contre la désertification pour 2010-2014, auquel l'Etat va consacrer 10 milliards DA par an. Ce programme comprend la protection du barrage vert (360.000 ha) et son extension sur 100.000 ha durant les cinq prochaines années, la protection des nappes alfatières sur 3 millions ha, la protection et la valorisation des terres de parcours sur plus de 32 millions ha. Il s'agit également de la mise en valeur des zones d'épandage et de certains périmètres irrigués pour renforcer l'offre fourragère ainsi que des projets de proximité pour la lutte contre la désertification visant l'amélioration des conditions de vie et de travail des populations. Cette carte "va permettre non seulement de rationaliser l'utilisation des ressources financières, mais également d'orienter les différents programmes qui vont se concrétiser dans le cadre du Renouveau rural", a-t-il dit. Selon le ministre, le secteur agricole va se doter prochainement d'une carte sur les ressources hydriques superficielles et souterraines au niveau des zones menacées par la désertification, le but étant d'orienter la production fourragère pour assurer l'alimentation du cheptel d'une part et endiguer l'avancée du désert. Il a ajouté que prochainement, chaque wilaya aura sa carte de sensibilité à la désertification, une autre sur les bassins versants, l'inventaire de son patrimoine forestier et une carte de ses ressources hydriques. Toutes ces études seront insérées dans le Système national d'aide à la décision (SNAD) qui comprend des éléments d'information sur la vie sociale et économique de toutes les régions du pays. Ces outils vont aider à la réalisation des projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI) ainsi que ceux de lutte contre la désertification (PPLCD) dont 465 projets ont démarré en 2009.


12-01-2010
Lemaghreb

Source :http://www.lemaghrebdz.com

 

Category : DESERTIFICATION | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |