A Copenhague, douze jours pour changer notre monde » maladies des plantes , agriculture et écologie

 A Copenhague, douze jours pour changer notre monde

9/12/2009

A Copenhague, douze jours pour changer notre monde

08-12-2009

Aujourd’hui, cinquante-six journaux de quarante-cinq pays ont pris l’initiative sans précédent de parler d’une seule voix en publiant un éditorial commun. Nous le faisons car l’humanité est confrontée à une urgence aiguë. Si le monde ne s’unit pas pour prendre des mesures décisives, le changement climatique ravagera notre planète, et, avec elle, notre prospérité et notre sécurité. Les dangers sont apparus depuis une génération.
Aujourd’hui les faits parlent d’eux-mêmes : onze des quatorze dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées ; la calotte glaciaire du Groënland est en train de fondre et la flambée des prix du pétrole et de la nourriture intervenue l’an dernier a donné un avant-goût des bouleversements à venir.Dans les revues scientifiques, la question n’est plus de savoir si c’est l’activité humaine qui est responsable de ces phénomènes, mais de calculer le peu de temps qu’il nous reste pour en limiter les dégâts. Et pourtant, jusqu’à présent, la réaction mondiale a été marquée par la faiblesse et le manque de conviction.Le changement climatique est enclenché depuis plusieurs siècles, il aura des conséquences à jamais irréversibles et c’est au cours des douze prochains jours que se détermineront nos chances de le maîtriser.Nous demandons aux représentants des cent quatre-vingt-douze pays réunis à Copenhague de ne pas hésiter, de ne pas sombrer dans les querelles, de ne pas se rejeter mutuellement la faute mais de saisir l’opportunité de réagir face à ce qui est aujourd’hui le plus grand échec politique contemporain. Cela ne doit pas être un combat entre le monde riche et le monde pauvre, ni entre l’Est et l’Ouest. Le changement climatique nous affecte tous et c’est ensemble que nous devons nous y attaquer.
La science est complexe mais les faits sont clairs. Le monde doit prendre les mesures pour limiter la hausse des températures à 2°C, un objectif qui
exigera que les émissions mondiales cessent d’augmenter et commencent à diminuer au cours des cinq à dix prochaines années. Une hausse de 3 à 4°- soit la plus faible augmentation à laquelle il faut s’attendre si nous ne faisons rien - dessécherait les continents, transformant les terres fertiles en déserts.
La moitié des espèces vivantes pourraient disparaître, des millions de gens seraient déplacés, des pays entiers engloutis par la mer.La controverse qui a suivi le piratage du courrier électronique de climatologues -visant à faire apparaître leur volonté de supprimer des données «dérangeantes» sur la réalité du réchauffement- a obscurci le débat. Sans pour autant remettre en cause la masse des preuves sur lesquelles se fondent les prévisions des scientifiques.
Rares sont ceux qui pensent que Copenhague peut désormais déboucher sur un traité parfaitement abouti ; la possibilité d’y parvenir n’a pu s’ouvrir que grâce à l’arrivée du président Obama à la Maison-Blanche et au renversement de la politique obstructionniste poursuivie durant des années par les
Etats-Unis. Aujourd’hui encore, le monde est à la merci de la politique intérieure américaine, car Barack Obama ne peut mettre pleinement en œuvre les mesures nécessaires tant que le Congrès américain ne les a pas approuvées.
Mais les hommes politiques réunis à Copenhague peuvent et doivent s’accorder sur les éléments essentiels d’un accord équitable et efficace et, surtout, sur un calendrier ferme permettant de transformer cet accord en traité. L’échéance qu’ils devraient se fixer pour le faire devrait être le sommet de l’ONU sur le climat prévu en juin prochain à Bonn. Comme l’a dit un des négociateurs : «Nous pouvons jouer les prolongations, mais nous ne pouvons pas nous permettre de rejouer le match.» Le cœur du traité devrait consister en un accord entre le monde riche et le monde en développement, définissant la manière dont sera réparti le fardeau visant à lutter contre le changement climatique - et la façon dont nous nous partagerons une nouvelle et précieuse ressource : le millier de milliards de tonnes de carbone que nous pourrons encore émettre avant que le mercure n’atteigne des niveaux alarmants.
Les pays riches aiment à rappeler la vérité arithmétique selon laquelle il ne peut y avoir de solution tant que les géants en développement tels que la Chine n’adopteront pas des mesures plus radicales que celles qu’ils ont prises jusqu’à présent. Mais le monde riche est responsable de la majeure partie du carbone accumulé dans l’atmosphère – soit les trois quarts du dioxyde de carbone émis depuis 1850. Il doit donc donner l’exemple, et chaque pays développé doit s’engager à prendre des mesures énergiques susceptibles de faire baisser dans les dix ans à venir ses émissions à un niveau nettement inférieur à celui
qu’il était en 1990. Les pays en développement peuvent arguer du fait qu’ils ne sont pas responsables de l’essentiel du problème, et aussi du fait que les régions les plus pauvres du monde seront les plus durement touchées. Mais ces pays vont de plus en plus contribuer au réchauffement et, à ce titre, ils doivent s’engager eux aussi à prendre des mesures significatives et quantifiables. Même si son annonce n’a pas répondu à tous les espoirs, le fait que les deux plus gros pollueurs mondiaux, la Chine et les Etats-Unis, se soient fixé des objectifs en termes d’émissions constitue un pas important dans la bonne direction. La justice sociale exige que le monde industrialisé mette généreusement la main à la poche et fournisse des moyens financiers capables d’aider les pays les plus pauvres à s’adapter au changement climatique, ainsi que des technologies propres leur permettant de croître économiquement sans pour autant augmenter leurs émissions.
L’architecture d’un futur traité doit être par ailleurs précisément définie - avec un rigoureux contrôle multilatéral, de justes récompenses pour la protection des forêts et une évaluation crédible des «émissions exportées» afin que le fardeau final soit plus équitablement réparti entre ceux qui fabriquent des produits polluants et ceux qui les consomment. Et l’équité exige que le fardeau alloué à chacun des pays développés prenne en compte sa capacité à s’en charger ; par exemple les membres les plus récents de l’Union européenne, souvent beaucoup plus pauvres que les pays de la «vieille Europe», ne doivent pas pâtir plus que leurs partenaires mieux lotis.
La transformation sera onéreuse, mais son coût sera largement inférieur à celui du récent sauvetage de la finance mondiale - et infiniment moindre que le prix que nous aurions à payer en cas d’inaction.
Beaucoup d’entre nous, notamment dans les pays développés, devront modifier leur façon de vivre. L’époque des billets d’avion qui coûtent moins cher que la course en taxi pour se rendre à l’aéroport, touche à son terme. Nous allons devoir acheter, manger et voyager de façon plus intelligente. Nous devrons payer notre énergie plus cher, et en consommer moins.
Pourtant cette réorientation vers une société moins émettrice de carbone offrira probablement plus d’opportunités qu’elle n’imposera de sacrifices. Certains pays ont d’ores et déjà constaté que se lancer dans cette transformation peut générer de la croissance, des emplois et une meilleure qualité de vie. Le flux des capitaux est à cet égard éloquent : l’année dernière, pour la première fois, on a plus investi dans les formes d’énergie renouvelables que dans la
production d’électricité à partir de combustibles fossiles. Se défaire de notre accoutumance au carbone au cours des deux ou trois prochaines décennies exigera des prouesses d’ingénierie et d’innovation inégalées dans l’histoire humaine. Mais alors qu’envoyer un homme sur la Lune ou provoquer la fission de l’atome ont été des exploits dus au conflit et à la compétition, la course au carbone qui s’annonce doit être guidée par une vaste collaboration visant à notre
sauvetage collectif.
Maîtriser le changement climatique suppose le triomphe de l’optimisme sur le pessimisme, de la vision sur l’aveuglément, ce qu’Abraham Lincoln appelait «les meilleurs anges de notre nature».
C’est dans cet esprit que cinquante-six journaux du monde entier se sont rassemblés autour de cet éditorial. Si nous sommes capables, malgré nos divergences de vues tant nationales que politiques, de nous accorder sur ce qui doit être fait, alors nos dirigeants doivent aussi pouvoir le faire.
 Les politiciens réunis à Copenhague tiennent entre leurs mains le jugement de l’histoire sur la génération actuelle : une génération qui a été confrontée à un défi et qui l’a relevé, ou une génération qui a été assez stupide pour voir fondre sur elle les calamités mais n’a rien fait pour les éviter. Nous implorons les participants de faire le bon choix.

 

Source : http://www.latribune-online.com

Tags : climat CO2
Category : CHANGEMENTS CLIMATIQUES - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |