L'herbe à parfum contre l'érosion » maladies des plantes , agriculture et écologie

 L'herbe à parfum contre l'érosion

2/12/2009

L'herbe à parfum contre l'érosion

 par Gerald MESSADIE

 Voilà trois ans que la Banque mondiale a lance un projet expérimental de lutte contre l'érosion des sols sur les plateaux du Deccan, au sud de l'Inde, et déjà les premiers résultats sont prometteurs pour l'ensemble du Tiers monde. En effet, la plantation d'une série de petites haies de vétiver accrochées en paliers successifs sur les versants des plateaux arrêté l'érosion des sols : l'herbe stoppe les ruissellements d'eau qui entraînent la terre et les sels minéraux au moment des fortes pluies tropicales. De plus, ce dispositif améliore la production agricole de 200 à 300 %. Ainsi, le responsable du projet de développement J. Greenfield, le bien-nommé, pense que cette découverte changera autant l'agriculture du Tiers monde que les variétés de graines à haut rendement dans les années 60 et 70.

 Ce n'est pas la première fois que les scientifiques découvrent une plante qui freine l'érosion due à la déforestation. L'inconvénient est que ces plantes ont provoqué autant de problèmes qu'elles en ont résolu. En Afrique occidentale, par exemple, une autre graminée (Imperata cylindrica) devait servir d'agent anti-érosion, mais on s'aperçut trop tard que le bourgeonnement anarchique de ses longues racines lui permettait d'envahir très vite le sol et elle est devenue une peste pour les agriculteurs africains. Dans le même registre, les plantations systématiques d'eucalyptus servant à reboiser certaines régions de l'Inde sont maintenant fortement critiquées : selon les scientifiques indiens, elles n'ont pas arrêté l'érosion et en plus l'arbre absorbe l'humidité du sol ce qui provoque la mort des plantes environnantes.

 En revanche le vétiver, plus connu pour ces propriétés odorantes, semble irréprochable. Grâce à ces racines profondes, qui peuvent atteindre 3 m de long, l'herbe buissonnante s'accroche solidement à la pente. Résultat, chaque haie forme autant de petites barrières naturelles qui fixent le sol et freinent les écoulements d'eau à la surface et dans le sous-sol. Contrairement à l'herbe africaine, elle ne se multiplie pas rapidement et son parfum repousse les petits rongeurs ou les ruminants qui pourraient détruire cette plantation protectrice. Actuellement, la Banque mondiale estime que l'utilisation simultanée du dispositif anti-érosion et des techniques culturales modernes (fertilisation, graines sélectionnées, etc.) améliorent la production agricole du simple au triple. Par conséquent, chaque roupie investie dans la terre par le paysan indien lui en rapportera six.

 Une rentabilité qui amène la Banque mondiale à encourager l'utilisation du vétiver dans tous les pays en voie de développement.

 
Science & Vie N°858, Mars 89, page 75

Tags : vetiver
Category : EROSION / DEFORESTATION | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |