MILDIOU ET SEMENCE DE POMME DE TERRE » maladies des plantes , agriculture et écologie

 MILDIOU ET SEMENCE DE POMME DE TERRE

17/10/2009

Mildiou et semence de pomme de terre.

Par : Serge Bouchard, dta, conseiller en production de pomme de terre au MAPAQ.

 

Les conditions météorologiques que nous avons connues en 2004, ont favorisé le développement du mildiou dans plusieurs régions du Qué- bec et de l’Amérique du Nord.

 

Il est important de se rappeler qu’une forte infestation a toujours comme conséquence l’augmentation de l’inoculum pour l’année sui- vante. Les rebuts, les repousses et la semence, constitueront les principales sources de contamination.

 

Le mildiou n’est pas une maladie de quarantaine au Canada cependant, la réglementation de lAgence Canadienne de l’inspection des aliments (ACIA) stipule qu’un lot de semence, lors de l’expédition, ne doit pas dépasser 0.1% de pourriture molle et 1 % de pourriture sèche, mildiou compris.

 

Malgré cette norme, il peut arriver que des   tubercules infectés ne montrent pas de symptômes.  En effet, lorsque l’infection se produit peu avant la récolte, les symptômes sont souvent peu visibles. Par la suite en entrepôt, le mildiou progresse lentement lorsque la tempéra- ture est maintenue aux alentours de 4o C. Les symptômes apparaîtront au printemps, lors du réchauffement des tubercules avant la plantation.

 

Les risques d’infection par le mildiou sont grandement diminués si on utilise une semence saine. Certaines précautions devront donc être prises avant la plantation des semences de pomme de terre, si vous soupçonnez la présence de mildiou.

 

   Les pommes de terre qui proviennent d’un champ le mildiou était  présent  ne  doivent,  en  aucun  cas,  servir  de  semence l’année suivante. L’élimination adéquate des tubercules infectés constitue la base de la prévention.

 

   À la réception de la semence, la température d’entreposage devrait être inférieure à 7o  C. À une température supérieure, le champignon responsable du mildiou se développera à la surface des tubercules infectés. Des spores seront produites et elles infecteront les tubercules sains.


   Inspectez les pommes de terre de semence dans les 48 heures suivant la livraison. Recherchez toute tache rouge et brune ou du pourrissement   sec   qui   sont   caractéristiques   du   mildiou. L’acheteur qui décèle un problème peut demander à l’ACIA une nouvelle inspection de la semence dans les 48 heures suivant la livraison.

 

   Prélevez un échantillon provenant des différents lots et faites-les incuber entre 10-150 C dans un endroit sombre et humide pendant trois à cinq jours. Vérifiez que les semences ne comportent aucune trace du duvet caractéristique du mildiou. En cas de doute, acheminer l’échantillon au Laboratoire de diagnostic.

 

    Réalisez le classement plus lentement, en éliminant les tubercules qui semblent douteux. Attention, la présence de pourriture molle peut masquer les symptômes de l’infection par le mildiou. Les tubercules atteints de pourriture molle, seront donc éliminés également.

 

   Isolez les lots suspects lors du tranchage et lors de la plantation pour limiter la dispersion de la maladie.  Identifiez, sur un plan de ferme, l’emplacement de chaque lot de semence pour faciliter le dépistage.

 

   Nettoyez et désinfectez l’équipement entre les lots.

 

   Éliminez les rebuts de façon sécuritaire en les enfouissant ou en les compostant. Les tubercules infectés dans les tas de déchets représentent une importante source d’infection. Rappelez-vous qu’un tubercule infecté, en se réchauffant, favorisera le développement du champignon et la dispersion des spores. L’enfouissement des rebuts à tous les jours, diminue significativement l’infection pendant la saison.

 

   Traitez les semences avec un fongicide contenant du mancozèbe.

Ce dernier diminue la transmission du champignon lors de la manipulation et du tranchage mais n’a aucun effet répressif contre le mildiou présent sur les tubercules infectés.  De plus, le

traitement de semence n’a pas d’effet protecteur sur le plant en émergence.

 

   Regroupez, dans un même champ, les semences douteuses et privilégiez la plantation dans les champs bien aérés et qui s’égouttent facilement.


La prévention du mildiou passe par la mise en application d’une stratégie de lutte intégrée faisant appel à tous les outils disponibles. L’utilisation de semences saines est un élément important de cette stratégie.

 

Références :

 

Fry, W.E ., Thurston H.D., Stevenson, W.R. 2001. Compendium of Potato Diseases pages 28-30.

 

Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), lutte intégrée contre le mildiou de la pomme de terre, S96-01, juin 1996

 

 

Tags : mildiou
Category : POMME DE TERRE - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |