Algérie : la pomme de terre canadienne était infectée par la «pourriture bactérienne» » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Algérie : la pomme de terre canadienne était infectée par la «pourriture bactérienne»

15/10/2009

Algérie : la pomme de terre canadienne était infectée par la «pourriture bactérienne»

Par Rafik Tayeb

L’ambassade du Canada à Alger a-t-elle menti en affirmant que la pomme de terre canadienne exportée vers l’Algérie était de bonne qualité ? Le 10 octobre dernier, la représentation diplomatique canadienne avait expliqué que la pomme de terre vendue sur le marché algérien était de bonne qualité, avant de mettre en cause les conditions de stockage en Algérie.

«Le cas des dix tonnes saisies a été imputé au mauvais entreposage d’un acheteur, ce qui a provoqué de la pourriture et la saisie du lot incriminé, comme l’ont récemment signalé différents articles de presse. Cette saisie ne doit pas entacher la réputation de la pomme de terre canadienne, d’autant plus que la demande est toujours très forte pour notre produit et que près de 20 000 tonnes ont été vendues à la satisfaction des acheteurs», avait expliqué un porte-parole de l’ambassade. Cette dernière avait annoncé l’organisation de séminaires pour faire connaître les qualités de la pomme de terre canadienne aux Algériens.

Cette version vient d’être démentie depuis… le Canada. Jeudi 1er novembre, le

 ministre de l’Agriculturede la province canadienne de l’Île-du-Prince-Édouard a été mis en difficulté par son opposition sur la qualité de la pomme de terre exportée vers Algérie. Selon l’opposition, le gouvernement de la petite province canadienne a autorisé l’exportation vers le marché algérien de pommes de terre avariées.

Plus inquiétant, selon un député conservateur, les pommes de terre exportées vers l’Algérie sont atteintes d’une maladie appelée «bacterial ring rot» ou pourriture bactérienne circulaire. Une maladie qui nécessite, selon les experts, la mise en quarantaine de la cargaison et du bateau qui la transporte.

En réponse à ces accusations, le ministre de l’Agriculture l’Île-du-Prince-Édouard, sur la défensive, n’a pas démenti. Il s’est contenté d’indiquer qu’il «était irresponsable de dire n’importe quoi sans avoir davantage d’informations» sur le sujet.  

 

Source : http://www.tsa-algerie.com

 

Category : CONTROLE SANITAIRE AUX FRONTIERES | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |