Lutte contre les limaces et escargots. » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Lutte contre les limaces et escargots.

17/9/2009

limaceLutte contre les limaces et escargots.

Ordre : Stylommatophores
Familles : arionidés et limacidés

On les déteste ! on les déteste ! (çà fait du bien), mais elle nourrit beaucoup de monde aussi.. Demander donc aux hérissons et aux crapauds, eux aiment.

Elles sont de tailles et couleurs différentes selon les espèces.
Les limaces sont plutôt nocturnes et aiment la pluie.
Elles sentent la nourriture, la goûte et si c'est bon : s'installent.
La limace a ses goûts.

Les automnes et hivers doux leur sont particulièrement favorables.

Autres facteurs de risques : sols lourds et argileux, sols peu travaillés, températures de 5 à 20 ° C avec humidité.

Aliments de prédilection :
les feuilles vertes et tendres, les jeunes plantules, bulbes et tubercules. Le tout dévoré en deux cycles nocturnes : 1 ou 2 heures après le coucher du soleil, puis, plus tard, en fin de nuit.

Symptômes :
Des trous entre les nervures,
des grignotages importants au bord
des feuilles, des galeries dans les bulbes.
En complément de l'identification, on trouve les traces brillantes de leur mucus.

Gare aux pesticides : ils tuent les bons prédateurs et si vous les utilisez : mettez les au fond d'une bouteille pour que seules les limaces y mettent leur nez .. mais sachez que la consommation de limaces empoisonnées vont tuer oiseaux, hérissons, insectes utiles et d'autres insectes en voie de disparition!

Prédateurs champions :
le hérisson, apportez lui de quoi s'installer chez vous : un coin sauvage, avec feuilles sèches, bois et brindilles pour faire son nid.

Les
grenouilles et crapauds : en plus de leurs concerts vespéraux, ils éliminent aussi d'autres indésirables : une petite mare à grenouilles si vous avez la place quelle chance !
Les oiseaux : régalez vos
merles !

Laissons faire les
carabes : ils aiment aussi. Ils sont même de gros prédateurs ! (tiens en plus ils sympathisent avec la phacélie (voir engrais vert) .
Pour leur donner refuge, installez quelques pierres plates légèrement surélevées du sol, à l'ombre et à l'humidité : limaces et avaleurs de limaces seront s'y retrouveront.
Mieux connaître les carabes >

Patience : l'équilibre entre prédateurs
et nuisibles demande du temps. En attendant,
si la menace est supportable, si quelques trous ne gênent pas : supportons

Prévenir et guérir :
Le ramassage manuel : Efficace, s'il est poursuivi avec acharnement. Faites le , le soir, quand les limaces sortent, et avec des gants. Il est aussi possible de les retirer avec une cuillère, pour ne pas les toucher.
Autre méthode de chasse : attirez-les en disposant, à l'ombre, à l'humidité, planches de bois, tuiles, carreaux.
Passez régulièrement de jour, cette fois, puisqu'elles s'y abritent.

Si ensuite, vous ne désirez pas tuer vos limaces, allez les perdre plus loin, dans un terrain vague, un bois, en tout cas un endroit situé à plus de 7/8 mètres minimum de votre potager.
Les limaces renoncent à parcourir une telle distance et dans leur nouvel habitat peuvent s'installer.

Défavoriser leur implantation : ne pas laisser traîner près du potager ce dont elles raffolent : un bon coin de déchets en décomposition, une vieille planche, des pierres, des tuiles qui conservent l'humidité.
Mettez des "barrières" en entourant les espaces à protéger de sable, cendres ou d'aiguilles de pin - ce qui sera efficace surtout quand il ne pleut pas !

Lutte biologique : En cas d'infestation notable : utiliser Phasmarhabditis hermaphrodita, un nématode qui parasite les limaces .

Source : http://www.jardin-a-manger.com   

La lutte écologique contre les limaces

(septembre 2003)

Les limaces s’attaquent à toutes les plantes cultivées et à la plupart des plantes sauvages. Malgré leur rôle important dans le cycle de la nature, elles sont une véritable calamité pour les jardiniers.

LUTTE PREVENTIVE

·         Protégeons leurs ennemis naturels : (carabes, mille-pattes, taupes, crapauds, hérissons, oiseaux,...).

·         Régulons le nombre des limaces en retirant les adultes du potager avant qu’ils ne se reproduisent. Les limaces pondant leurs oeufs au printemps, il faut donc ramasser les adultes à temps.

·         Plantons en bordure du potager des espèces de plantes moins sensibles comme l’ail ou l’oignon. Les variétés délicates (salades vertes, choux-fleurs) seront plantées au milieu.

·         Tirons parti des plantes dont les limaces ont horreur et utilisons-les comme barrières (moutarde, persil, trèfle, cerfeuil, pomme de terre, capucine, tagettes, bégonias, cassis). Cette méthode n’est efficace que si les rangées de plants ont une largeur suffisante.

·         Aspergeons les plantes avec des extraits de plantes dont elles ont horreur. Cela marche très bien avec les bégonias et le cassis. Recette : couper les feuilles et les fleurs et les faire macérer une ou deux heures dans 10 litres d’eau.

·         Arrosons les jeunes plants et les semis en cours avec du purin de limaces. Les limaces vivantes sont repoussées par celles qui sont en voie de décomposition.

·         Ne laissons pas traîner des plantes fanées ou pourries qui attirent les limaces.

·         Faisons des arrosages peu fréquents mais abondants, au pied des plantes.

·         Placer des barrières à limaces en grillage galvanisé ou en matière synthétique. Celles-ci ne sont utiles que si les surfaces qu’elles délimitent ont été préalablement débarrassées des limaces. Il faut aussi veiller à ce que les plantes ou mauvaises herbes ne dépassent pas la hauteur de la barrière.

LUTTE DIRECTE -   Les pièges à limaces

·         Les limaces et escargots qui sortent la nuit se mettent en quête, le jour venu, d’endroits sombres et humides où se reposer. Si de telles niches existent, on verra s’y blottir toute la communauté des petits rampants. Pour en créer et y cueillir les gastéropodes pendant la journée, il suffit de répartir des planches, des sacs et des pots à fleurs renversés. On peut aussi les attirer avec les déchets de salades, de choux, les épluchures de pommes de terre et les peaux de tomates. Pour les tuer, récoltons-les dans un pot et versons-y du gros sel.

·         Une autre technique consiste à placer dans le sol des pots à yoghourt remplis à moitié de bière, où les limaces attirées finiront par se noyer. On a observé que seulement 10% d’entre elles se noient. Il faut aussi régulièrement examiner ces pièges pour en retirer les carabes et autres insectes utiles qui risquent aussi de se noyer. La bière doit être renouvelée tous les jours ou tous les deux jours. Pour éviter que la pluie ne vienne la diluer, on construira avec une autre boîte un petit toit. Le désavantage de cette technique est que l’odeur de la bière attire davantage de limaces qu’il n’en meure dans les pots. C’est pourquoi nous ne l’utiliserons que pour attirer les limaces hors de notre jardin potager.

   L’assèchement des voies d’accès

·         Au début de l’été, la gloutonnerie des limaces est à son comble. C’est l’époque où il faut leur barrer l’accès aux plates-bandes, alors totalement cultivées.

·         Or, les limaces et les escargots se déplacent grâce à une pellicule de mucus à forte teneur en eau ; ils sont de ce fait en mesure de surmonter quantité d’obstacles. Ils n’éprouvent de réelles difficultés que si le support sur lequel ils se meuvent "déshydrate" leur pellicule de mucus. Il nous suffit dès lors de parsemer notre jardin de poudre d’algues calcaires, de sciure de bois, de cendres de bois, d’aiguilles de pin, de fougères. Toutefois, l’efficacité de cette méthode diminue par forte humidité ou par temps de pluie, c’est-à-dire précisément lorsque les limaces et les escargots pullulent.

   Les nématodes parasites des limaces

·         Il existe dans le commerce des petits vers ronds (nématodes) qui parasitent les limaces (voir Horpi Systems). Délicat à conseiller dans la mesure où l’introduction d’une nouvelle espèce dans un milieu peut avoir des conséquences imprévisibles et difficilement maîtrisables.

    POISONS POUR LIMACES ET ESCARGOTS - A n’utiliser qu’en dernier recours !

·         On trouve dans le commerce des poisons pour limaces et escargots (molluscicides), disponibles sous forme de poudre, de son, de granulés, de pâte ou de liquide à vaporiser. La majorité des anti-limaces (hélicides) sont à base de métaldéhyde ou de carbamate (à éviter absolument !).

·         Ces produits, selon leur teneur en matière active, appartiennent à des classes de toxicité plus ou moins dangereuses. Les produits sous forme de granulés ou de pâtes à base de métaldéhyde peuvent être classés dans la catégorie des produits dits non toxiques s’ils ne renferment pas plus de 5% de cette substance.

·         Nombreux sont les consommateurs qui supposent qu’il s’agit là de produits moins nocifs. Or, il n’en est rien. Il s’agit donc de respecter les dosages préconisés par le fabricant !

·         Pour ne pas polluer le sol et éviter d’intoxiquer les chiens, les chats ou les prédateurs des limaces : disposons les produits à base de méthaldéhyde dans des récipients à l’abri de la pluie et non pas directement sur le sol.

Le métaldéhyde (C8H16O4) agit par ingestion ou par contact sur le pied des limaces. Il provoque la destruction des cellules productrices de mucus et la déshydratation irréversible de la limace. Celle-ci "fond" sur place et, après quelques heures, son cadavre est réduit à la taille d’une tête d’allumette. Dans cet état, la limace n’attire plus de prédateurs.
Mais, s’il pleut et que les granulés à base de métaldéhyde sont posés à même le sol, à la merci de la pluie, la limace met plus longtemps à se dessécher et peut encore attirer l’un ou l’autre prédateur (hérisson, oiseau,..) qui s’empoisonnera en dégustant une "limace au métaldéhyde".

 

Source : http://www.ecoconso.be/  

Category : GASTEROPODES RAVAGEURS DE CULTURES | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |