Développement durable - L'environnement de la région MENA se dégrade vite » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Développement durable - L'environnement de la région MENA se dégrade vite

29/8/2009

Développement durable - L'environnement de la région MENA se dégrade vite  

L'environnement de la région Moyen-Orient et Afriquedu Nord (MENA) se dégrade vite. Dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord(MENA) les problèmes liés à l'environnement se sont accentués à une cadence rapide au cours des dernières années, menaçant le mode de vie des générations futures. La région Moyen-Orient et Afrique du Nord est loin d'atteindre un important objectif lié à l'environnement, à savoir celui de réduire de moitié,à l'horizon 2015, la proportion des personnes n'ayant accès ni à de l'eau potable ni à des installations sanitaires de base améliorées. La région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) a par ailleurs accru ses émissions de dioxyde de carbone, elle est confrontée à une baisse du taux de ressources hydriques essentielles par habitant et, en raison de la variabilité climatique,elle est exposée à des risques sur plusieurs fronts. Malgré les actions de sensibilisation et les améliorations importantes et régulières enregistrées au cours de la dernière décennie, la région est menacée par la réduction des ressources en eau par habitant, la perte de terres arables et par des problèmes de santé liés à la pollution, par la détérioration des zones côtières et des ressources marines vulnérables. Les coûts économiques de la dégradation de l'environnement sont importants. Selon les études de la Banque mondiale, ces coûts varient de 2,1 % du produit intérieur brut (PIB) en Tunisie à 7,1 % du PIB en Iran. Ce coût élevérejaillit sur les finances publiques, les budgets des ménages, la compétitivité de l'économie et l'équité entre les générations. Si le rythme actuel d'exploitation et de dégradation des ressources se maintient à l'avenir, nombre des ressources disponibles aujourd'hui finiront par disparaître. Selon la Banque Mondiale,les pressions exercées sur l'environnement augmenteront avec l'évolution duclimat. La région MENA est l'une des régions les plus vulnérables au réchauffement de la planète, à la réduction des précipitations et à l'élévation du niveau des océans. Le manque d'eau (qui est ressenti plus qu'ailleurs aumonde) s'aggravera, l'agriculture soumise aux aléas climatiques sera affectée,les zones côtières urbaines seront de plus en plus exposées aux inondations, et la concurrence pour l'accès à des ressources de plus en plus insuffisantes pourrait engendrer une violence croissante et des troubles politiques pouvant aller au-delà des frontières de la région. Les ressources en eau deviendront de plus en plus rares dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord . On prévoit chaque année une baisse des ressources en eau renouvelable par habitant de 1045 m3/an en 1997 à 740 m3/an d'ici à 2015.À mesure que la consommation urbaine et industrielle augmentera avec l'amélioration du niveau de vie, l'eau sera de moins en moins disponible pour l'irrigation. La dégradation des terres arables de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord se poursuit. Les méthodes agricoles et de pâturage peu viables, conséquences du respect peu scrupuleux des droits de propriété, conjuguées à la croissance démographique, pourraient réduire la productivité et entraîner la désertification des terres marginales.Les problèmes de santé liés à la pollution, en particulier dans les centres urbains et industriels, constituent un autre défi. Au nombre des causes, figurent les décharges municipales à ciel ouvert, l'utilisation de l'essence plombée pour la motorisation d'un parc automobile vieillissant et malentretenu, l'utilisation inefficiente de combustibles fossiles pour la production d'énergie et les émissions de particules et d'oxyde de soufre par les industries. Les déchets dangereux et les polluants organiques persistants (POP) tels que les résidus des pesticides périmés, sont des problèmes lancinants dans la région. Les changements climatiques aggraveront ces effets.Ainsi, on prévoit une baisse de 20 à 30 % de l'écoulement des eaux dans la plupart des pays de la région d'ici à 2050. Le quatrième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) prévoit une hausse de température de l'ordre de deux degrés au cours des 15 à 20 prochaines années et de plus de quatre degrés à la fin du siècle (la hausse est plus élevée lorsque le rythme des émissions est plus accéléré).

Dalila B.

Source : http://www.lemaghrebdz.com

Category : DEVELOPPEMENT DURABLE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |