Relancer la recherche pour sauver la banane ? » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Relancer la recherche pour sauver la banane ?

5/8/2009

Relancer la recherche pour sauver la banane ?
Par Christophe Olry, Futura-Sciences  

Vers un monde sans bananes ? Le 18 janvier 2003, le magazine New Scientist annonçait la mort prochaine de la banane, et mettait en émoi les amateurs de ce fruit très prisé, le plus exporté au monde.Largement reprise par les medias, l'information avait ensuite été temporisée par de nombreux organismes de recherche agronomique comme le CIRAD : l'alerte ne concernait que la Cavendish qui, il faut le souligner, reste la variété la plus commercialisée au monde.

S'il est fort probable que la banane garnira encore longtemps les étals, la FAO a récemment réaffirmé sa volonté d'accentuer les efforts de recherche et de conservation de ce fruit.


La banane en baisse de régime ?

Les variétés de bananes sont en baisse de régime

A l'occasion de la première session de l'Organe directeur du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, qui se tiendra du 12 au 16 juin 2006 à Madrid, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)rappelle que des variétés de bananes sauvages vieilles de plusieurs milliers d'années sont en train disparaître, et qu'il est crucial de relancer la recherche sur ces fruits.

Parmi les victimes de la surexploitation, d el'urbanisation et des maladies, figurent notamment les ancêtres de la variété Cavendish, la plus appréciée des occidentaux et la plus commercialisée dans le monde, ainsi que l'espèce Gros Michel,annihilée par la maladie de Panama. La Musa acuminata a également presque disparu ; ses derniers spécimens sont conservés au Jardin botanique de Calcutta. Pourtant, cette variété était capable de résister aux assauts de la Sigatokanoire, un champignon qui a déjà décimé des plantations entières dans le monde.

Relancer la recherche et pérenniser les variétés

« La destruction de l'écosystème pourrait avoir fait disparaître de multiples sources de gènes précieuses.Ceci pourrait être à l'origine de graves problèmes, car les bananes, et en particulier les variétés commerciales, ont un pool génique limité et sont extrêmement vulnérables aux ravageurs et aux maladies », explique NeBambi Lutaladio, un expert de la FAO. Selon lui, de nombreux gènes susceptibles de sauver la Cavendish ont déjà disparu.

Aussi, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture préconise d'une part un effort soutenu de la recherche, afin que ses programmes de sélection fassent davantage appel à des variétés de bananes sauvages, d'autre part un « meilleur aménagement des terres par les populations locales ». En effet, ces dernières cultivent de nombreuses espèces de bananes résistantes aux maladies, et qui doivent être préservées.

Si l'hypothèse d'un monde sans bananes d'ici dix ans est peu plausible, il convient de préserver un grand nombre de variétés et de soutenir la recherche, car ce fruit demeure l'aliment de base de plus de 400millions d'habitants à travers le globe.

Source : http://www.futura-sciences.com

Category : BANANIER | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |