Aleurodes ou Mouches blanches » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Aleurodes ou Mouches blanches

25/7/2009

Aleurodes

Aleurodes ou Mouches blanches

Ordre : Homoptères
Famille : Aleyrodidés

Un léger nuage de minuscules insectes blancs (taille environ 1 à 1.5 mm) lorsqu'on frôle les feuilles infestées : voilà des aleurodes ou "mouches" blanches. On les rencontre principalement en serres , propices à leur développement. Ils peuvent être également présents à l'extérieur, mais souvent plus faiblement (sur les sauges comme photos ci-contre, la sauge n'a pas trop été ravagée)

Trialeurode vaporariorum et Bemisia tabaci , tout comme les pucerons, sont des insectes piqueurs et suceurs de sève.
Les oeufs sont déposés sur la face inférieure des feuilles, blancs, jaunâtres, puis gris violets. Sur feuilles lisses ces oeufs sont souvent disposés en cercle. Ensuite l'aleurode se développe en passant par 4 stades larvaires. (voir ci contre, larve ovale, collée)

Plus il fait doux, chaud, plus le cycle de développement est court, plusieurs cycles annuels

Aliments de prédilection :
Les plantes de serre, les plantes d'intérieur comme les fuschias, les choux, les tomates, les concombres, les aubergines, les haricots... les sauges, les géraniums

Symptômes :
les feuilles jaunissent, la plante dépérit et s'affaiblit.
La fumagine peut la gagner, le miellat laissé par les aleurodes fournissant le substrat pour cette moisissure. Les mouches blanches transmettent également des virus, comme le Tomato Yellow Leaf Curl Virus (TYLCV).

Période :                                                                                                                                      La mouche blanche est en pleine forme dès qu'il fait assez chaud humide, à partir d'avril/mai et toute l'année en serre chauffée. Elle hiberne en attendant son heure par temps froid

En savoir plus :
Bien qu'appelé "mouche" blanche, l'aleurode n'en est pas une. Il appartient à l'ordre des homoptères (piqueurs, suceurs) comme les pucerons, les cicadelles, les cochenilles et les cigales.

puceverteVoir des pattes, des ailes, des oeufs , des larves, des pupes d
'aleurodes sur aramel.free .

puceverteUne fiche complète, vraiment bien faite sur la lutte contre les aleurodes sur le site du Ministère de l'Alimentation et des Affaires Rurales (Ontario)

Prédateurs champions :
Encarsia formosa * une minuscule guêpe prédatrice qui s'attaque aux larves, tout comme Eretmocerus eremicus

Des punaises prédatrices apprécient aussi l'aleurode au petit déjeuner comme :
Macrolophus *.
Elle dégustera aussi pucerons, thrips et autres oeufs de nuisibles.

La chrysope, les araignées, les auxiliaires généralistes entomophages ne dédaigneront pas un détour par la mouche blanche en dessert.

Prévenir :
Réagir et vite aux premiers aleurodes. Inspecter régulièrement le dessous des feuilles (oeufs, larves) et le dessus (adultes).

En serre, installer des pièges jaunes, fabriqués avec vos petits doigts comme suit :
prendre un carton ou plastique d'un jaune bien lumineux, et l'enduire à la glue arboricole.) Suspendre au dessus des plantes et surveiller.

Guérir :
Pas facile. Les aleurodes sont et deviennent résistants aux pesticides chimiques (nous, non...)

En serre : Après avoir constaté la présence de mouches blanches collées à vos pièges jaunes : faire un lâcher d'auxiliaires prédateurs. Anticipez même si vous avez de bonne raison de craindre l'infestation.
Entre deux cultures sous serre bien désherber pour éviter que les mauvaises herbes servent de réservoir et de plantes hôtes.

A l'extérieur, le lâcher d'auxiliaires est moins contrôlable.
on peut essayer de détruire manuellement les adultes en les aspirant avec un aspirateur, renouveler l'opération tous les 5/6 jours.

De nombreux sites proposent des ventes de pièges jaunes, et des ventes d'auxiliaires contre les aleurodes.
Comparer les prix, les informations données et bien suivre les indications (température, période, quantité au m2)

Pièges jaunes : A utiliser avec modération , plutôt pour surveiller, et en l'absence d'auxiliaires volants patentés qui eux aussi viendraient s'y coller... pauvre petite encarsia

Source : http://www.jardin-a-manger.com

 

 

Category : INSECTES RAVAGEURS DE CULTURES | Write a comment | Print

Comments


| Contact author |