les parents sauvages des plantes cultivées ont besoin d’une meilleure protection » maladies des plantes , agriculture et écologie

 les parents sauvages des plantes cultivées ont besoin d’une meilleure protection

16/6/2009

les parents sauvages des plantes cultivées ont besoin d’une meilleure protection

Résumé posté par Meridian le 27/5/2008
Source: Reuters
Auteur: n/a

Le Fonds mondial pour la nature (WWF), un groupe qui se consacre à la protection de la nature, a déclaré que les parents sauvages de plantes cultivées telles que le blé, le riz et la pomme de terre sont « dangereusement vulnérables ». Par conséquent, les zones où ils poussent doivent être protégées davantage, pour contribuer à la sauvegarde des disponibilités alimentaires mondiales. Les variétés sauvages présentent souvent des caractéristiques naturelles qu’on peut reproduire dans les cultures vivrières, par exemple pour les aider à résister à de nouveaux insectes et maladies ou tolérer un climat changeant. « Nous avons déjà des réserves et des parcs nationaux pour protéger des espèces charismatiques comme le panda et le tigre, et préserver des aires de beautés naturelles exceptionnelles », commente Liza Higgins-Zogib, responsable des ressources humaines et de la conservation à WWF International. « Il est temps maintenant que nous offrions une protection aux parents sauvages et traditionnels des plantes qui nourrissent le monde, telles que le riz, le blé et la pomme de terre, qui sont tout aussi précieux ». Le WWF a publié une carte montrant les régions du monde dans lesquelles des parents sauvages poussent et sont protégés. On peut lire sur la carte que dans de nombreuses régions du monde, les aires protégées dont disposent les parents naturels du blé et de l’orge ne dépassent pas 5 % de leur aire naturelle. Ce constat est aussi valable pour d’autres cultures comme le riz au Bangladesh, les lentilles et pois en Afrique du Nord et l’olive sauvage en Espagne. Selon le WWF, les Amériques font « un peu mieux », bien que les aires protégées pour le maïs et les parents sauvages de la pomme de terre soient toujours en deçà de 10 % de leurs aires naturelles. Pour consulter l’article en ligne en version originale anglaise, cliquer sur le lien ci-dessous.

http://www.merid.org

Category : ENVIRONNEMENT / BIODIVERSITE / ECOLOGIE - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |