Tunisie : Les ressources phytogénétiques au service de la recherche au Kef » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Tunisie : Les ressources phytogénétiques au service de la recherche au Kef

4/6/2009

Kef Tunisie

Tunisie : Les ressources phytogénétiques au service de la recherche au Kef

 La région du Nord-Ouest, et tout particulièrement le Kef, est devenue, au cours des dernières années, la destination favorite des botanistes pour sa biodiversité, tant elle présente une richesse indéniable en ressources phytogénétiques que des chercheurs tentent, d'ailleurs, d'exploiter à bon escient pour la promotion de la recherche agricole et médicale.

En somme, il s'agit d'une véritable parure verte qui offre un artifice hétérogène en étroite relation avec la nature des sols, les variantes climatiques, la température ainsi que l'effet de l'altitude sur les différentes espèces végétales en cette période de l'année.

Suite à l'important cumul pluviométrique enregistré depuis le début de l'automne, la nature est plus prodigieuse que jamais et l'on assiste à un important foisonnement d'espèces florales dont l'exploitation ne manquerait pas de renforcer la recherche à plusieurs niveaux de considération.

Une randonnée à travers les contrées de la Tunisie continentale, en particulier dans le sud de la région du Kef, montre, en effet, la présence d'un grand nombre de plantes végétales, parfois même sur des zones limitées, et dont certaines peuvent servir de ressources phytogénétiques assez importantes pour l'amélioration de nombreuses espèces.

C'est le cas de l'aegilops qui représente une ressource tout indiquée pour l'amélioration des espèces telles que le blé et les graminées sauvages dont l'orge et les folles avoines. Il en est de même pour les fétuques qui commencent à pousser un peu partout et qui, de l'avis de plusieurs spécialistes, peuvent, à bien des égards être utilisées, directement ou après croisement et sélection, pour l'amélioration de la production fourragère de légumineuses. La région est, en effet, riche en luzerne annuelle (medicagos), trèfles, sulles, vesces et mélilots.

Toutes ces ressources phytogénétiques sont exploitables pour divers objectifs d'amélioration des espèces fourragères. Dans le domaine médical, l'on constate qu'en plus du pin d'Alep, arbre caractéristique des forêts du Nord-Ouest, l'on rencontre d'autres espèces assez importantes comme le thym, le romarin, la globulaire et les cistes. Elles font partie des plantes ligneuses typiques des régions semi-arides.

Les espèces herbacées utilisées dans le domaine médical sont aussi nombreuses. C'est le cas des espèces labiées, comme les menthes pouliots, les sauges, les marubes et les bourraches dont les fleurs sont d'un beau bleu saisissant.

De leur côté, les plantes florales sont présentes en grand nombre et interpellent l'imagination du visiteur, tant elles frappent par leur éclat aussi bien en période printanière qu'en été. Les espèces recensées sont à même de favoriser l'introduction de nouvelles espèces florales dans les jardins.

C'est le cas du glaeuil de Byzance, des tulipes sauvages, des hampes florales et surtout des orchidées (orchis et orphies). Mais il convient, également, de relever l'importance que revêtent les immortelles de Tunisie, les mourrons des champs, les jasmins sauvages aux fleurs jaunes dans le décors fabuleux du paysage naturel du Nord-Ouest. En dehors des parcs naturels de conservation de la biodiversité, les zones inexploitées un peu partout dans le pays sont aussi riches en espèces végétales, mais méconnues du public. Cette biodiversité devrait, certainement, favoriser dans l'avenir la recherche médicale et agricole, notamment après la création de la banque des gènes dont le rôle est de mettre à profit et de valoriser le patrimoine génétique national à des fins médicales ou autres.

Source : TAP

 

Site : http://www.investir-en-tunisie.net

 

Category : TUNISIE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |