Les cultures associées » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Les cultures associées

4/6/2009

Les cultures associées

Le principe des cultures associées:

L'expression « cultures associés » est de Gertrud Franck, l'ancienne responsable de la ferme d'Oberlimpurg dans le Bade-Wurtemberg, où elle a travaillé presque toute sa vie. Elle y était notamment responsable du grand potager. Ses observations, au cours de plus de trente année de jardinage, lui ont montré comment les plantes s'aident et se protègent les unes les autres ou au contraire se nuisent.

Avantages des cultures associées:

Les bactéries et les champignons nuisibles se multiplient plus facilement dans les monocultures. Avec les cultures associées, ils se heurtent rapidement à une limite, c'est à dire à une autre plante qu'ils n'arrivent pas à envahir.
Elles diminuent la menace des ravageurs pour les plantes potagères et les fleurs, et améliorent le sol grâce à la fertilisation en surface.

Les carottes ne poussent pas là où auparavant il y en avait déjà. Elle tombent malades, végétent, sont sensibles au ravageurs et ne produisent presque pas.

Les tomates aiment les emplacements où des tomates ont déjà poussé précédemment.

Le cresson est pire que le persil comme précédent ou comme voisin des laitues et des chicorées. Après du cresson, la salade végète et meurt rapidement.

Le céleri cultivé seul n'utilise qu'une partie des substances nutritives disponible dans le sol. Quand on le plante avec du chou- fleur, il les utilise mieux, de même que ce dernier. La récolte est alors meilleure pour les deux plantes.

L'oeillet d'Inde au pied des arbres éloigne les nématodes des racines et prévient la fatigue du sol.

Les capucines protègent contres les pucerons.

La sauge et la lavande protègent les rosiers des fourmis et des pucerons.

Les oignons éloignent la mouche de la carotte, mais ils offrent également une certaine protection contre les maladies crytogamiques telles que le mildiou et la pourriture.

Le chou profite particulièrement de l'association avec des tomates ou du céleri. La piéride du chou n'aime pas l'odeur de ces deux plantes.
L'effet protecteur est renforcé lorsqu'on met entre les plantes menacées, les gourmands des tomates.

La salade réduit, voir évite l'attaque de l'altise (puce de terre) sur les chou-raves et le radis.
La tomate éloignent la mouche de la carotte, tandis que celle-ci ameublit le sol, maintient l'humidité et éloigne les pucerons

Le panais est également apprécié de la tomate car il assure une bonne aération du sol.

Le persil est apprécié de la tomate.

L'aneth aide à la levée des carottes et participe à la croissance saine de ses voisins.

Le cerfeuil joue un rôle préventif vis à vis des pucerons et des limaces.

Le cerfeuil et le basilic contre le mildiou.

Le basilic avec les concombres, car il attire les abeilles qui assurent la fécondation.

La sarriette éloigne les pucerons des haricots.

La bourrache protège les choux de la piéride et éloigne les limaces.

La moutarde protège les fraisiers de la nématode.

Pour empêcher les fraises de moisir, le poireau, la ciboulette et l'oignon jaune ont fait leurs preuves.

Contre les souris et petits rongeurs, semez de l'ail, de la fritillaire impériale et du mélilot.

Le céleri est le compagnon idéal du chou-fleur.

Le chou de Milan est un bon partenaire des épinards, des concombres et de la phacélie. Comme tous les choux, il n'aime pas a compagnie d'autres crucifères.

Lorsque de la menthe ou de la mélisse citronnelle voisinent avec des bégonias, les ravageurs partent sans attendre.

La mélisse citronnelle est également une plante répulsive, à planter au pied des arbres et dans les endroits propices aux pucerons.

La carotte fait partie des plantes qui supportent mal leur propre voisinage: on évitera donc d'en semer deux rang côte à côte.

Les oignons, les poireaux, la ciboulette et l'ail repousse la mouche de la carotte.

l'ail évite la cloque des pêchers.

 

FREDOBIO | Mardi 11 Janvier 2005

Source : http://www.fredobio-asso.org

 

Category : TECHNIQUES AGRICOLES | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |