Manuel du jardinier » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Manuel du jardinier

24/5/2009

 Manuel du jardinier

 

Le manuel du jardinier est un ouvrage de référence facile à consulter par le jardinier amateur dans sa lutte contre les ennemis des végétaux qui sont le plus susceptibles d'apparaître dans son jardin. On y présente le mouvement évolutif des dommages occasionnés par les ravageurs et le processus pathologique des maladies contractées par les végétaux, on y décrit les parasites qui s'attaquent aux végétaux, on y explique en détail les moyens de lutte proposés et on y donne des renseignements de nature plus générale sur la façon de maintenir son jardin en santé.

1. Insectes ennemis des plantes ornementales

Description

Il y a de nombreuses espèces d'insectes qui ravagent les plantes ornementales. Comme il est impossible de mentionner toutes ces espèces dans la présente publication, seuls les problèmes observés le plus fréquemment y sont traités.

Les insectes nuisibles peuvent se diviser en cinq catégories, selon leurs habitudes alimentaires et les dommages causés par celles-ci.

Défoliateurs

Les insectes défoliants s'en prennent aux feuilles et aux tiges. Ils peuvent s'alimenter en solitaires ou en colonies denses et leurs habitudes alimentaires varient. Certains dévorent la feuille au complet, alors que d'autres se contentent de gruger le limbe; les uns squelettisent la feuille, tandis que les autres creusent des galeries dans le parenchyme de la feuille (entre ses deux faces). Quelle que soit la méthode de défoliation employée, la photosynthèse est altérée et la plante est privée de nourriture.

Si un certain nombre de défoliateurs se manifestent à la vue, de nombreuses espèces se dissimulent à l'intérieur des cocons tissés, s'enroulent dans les feuilles ou se déplacent à l'abri de nids mobiles.

Les chenilles

Les chenilles sont des larves de papillons diurnes ou nocturnes qui s’alimentent en colonies ou en solitaires. Elle possèdent trois paires de pattes ambulatoires qui s’attachent au thorax, soit la partie du corps faisant immédiatement suite à la tête, et environ cinq paires de pattes ventouses charnues qui sont situées plus loin, c’est-à-dire sous l’abdomen. Ces défoliateurs comprennent également la chenille arpenteuse ou arpenteuse, qui possède deux ou trois paires de pattes ventouses.

Les chrysomèles

Les chrysomèles se nourrissent de feuilles, tant à l’état de larves qu’à l’âge adulte. Elle peuvent dévorer, squelettiser ou ronger la feuille.

Les mineuses de la feuille

Les mineuses de la feuille se développent à l’abri du parenchyme de la feuille. Si la présence des larves passe souvent inaperçue, les galeries qu’elles creusent dans le tissu cellulaire de la feuille sont en revanche faciles à reconnaître. Ces galeries peuvent être rectilignes ou sinueuses.

Les tenthrèdes

Les tenthrèdes vivent en colonies et dépouillent rapidement les plantes hôtes de leurs feuilles; elles exercent d’ordinaire leurs ravages en juin et en juillet. À l’âge adulte, elles possèdent quatre ailes et ressemblent souvent à de petites abeilles ambrées. Quant aux larves, elles s’apparentent généralement à la chenille avec leurs trois paires de pattes ambulatoires qui s’attachent au thorax, partie du corps faisant immédiatement suite à la tête. Mais elles possèdent habituellement sept ou huit paires de pattes ventouses situées plus loin, c’est-à-dire sous l’abdomen.

Insectes suceurs

Les insectes suceurs affaiblissent les plantes qu’ils ravagent en en suçant la sève. Certains leur injectent également une substance qui mine ou tue les cellules de la plante. Parce que les feuilles ne sont ni rongées ni percées, les plantes infestées peuvent subir de graves dégâts avant que des symptômes ne révèlent leur état. Les symptômes observés comprennent l’apparition de ternissures et de marbrures sur les feuilles, de même que l’incurvation et la déformation des feuilles, le flétrissement du feuillage et des jeunes pousses, et la malformation des fleurs.

Les pucerons

Les pucerons sont de petits insectes mous piriformes de diverses couleurs qui s’agglutinent aux jeunes pousses. Ils sécrètent un miellat collant sur lequel de la fumagine peut se former.

Les cicadelles

Les cicadelles sont de petits insectes cunéiformes actifs qui sont généralement verts, jaunes ou rayés et qui détalent, bondissent ou s’envolent dès qu’on les dérange. Elles aspirent la sève sur la face inférieure des feuilles, qui prennent un aspect moucheté ou délavé à mesure que de petites pustules blanches font leur apparition sur la face supérieure des feuilles. La dépouille de mue des nymphes adhère souvent à la face inférieure des feuilles.

Les acariens

Les acariens étant des arachnides, ils ne sont pas à proprement parler des insectes. Appelés également tétranyques, ces ravageurs minuscules tissent entre les aiguilles ou les feuilles des toiles qui les protègent contre leurs ennemis naturels et qui les empêchent d’être délogés. Les acariens se reproduisent rapidement lorsque le temps est chaud et sec, et ils donnent naissance à plusieurs générations. Ils s’attaquent au feuillage des plantes sempervirentes ou herbacées et le parsèment de tavelures, en altèrent la couleur ou lui confèrent une teinte bronzée. Les espèces recensées comprennent le tétranyque rouge du pommier, le tétranyque de l’épinette, le tétranyque à deux points et le phytopte.

Les thrips

Les thrips sont des insectes minuscules et étroits qui s’en prennent aux feuilles et aux fleurs d’un grand nombre de plantes annuelles et pluriannuelles.

Les punaises

Les punaises se servent de leurs pièces buccales pour percer la plante dont elles aspirent la sève. Tant la punaise adulte que la nymphe causent des ravages. Les symptômes comprennent l’apparition de mouchetures sur les feuilles, la déformation des feuilles et l’étiolement des pousses.

Les cochenilles

Les cochenilles sont des insectes minuscules qui demeurent immobiles durant la majeure partie de leur vie. Leur homochromie leur permet souvent de se confondre avec le rameau ou la feuille qu’elles infestent, ce qui les rend difficiles à distinguer. Les cochenilles se divisent en trois groupes:

La cochenille écailleuse
La cochenille écailleuse a une longueur ou un diamètre de 2 ou
3 mm et sécrète une substance dure et cireuse dont elle enveloppe son tégument. Elle peut être circulaire, allongée ou piriforme, et s’attaque en général aux arbres et aux arbustes.
La cochenille floconneuse
La cochenille floconneuse est soit nue, soit enveloppée d’une sécrétion cireuse ou floconneuse.
La cochenille farineuse
La cochenille farineuse est un insecte au corps mou recouvert d’un enduit cireux blanc d’aspect poudreux et sécrétant du miellat.

Perceurs du bois

Les perceurs du bois sont des larves de coléoptères et de papillons de nuit qui creusent des galeries dans les bourgeons, les pousses, l’écorce ou le bois des arbres et des arbustes. Certaines espèces s’attaquent aux arbres en bonne santé, mais la plupart jettent leur dévolu sur les arbres et les arbustes qui font déjà l’objet d’une agression par un autre agent.

Les dégâts infligés aux plantes infestées sont souvent irréparables lorsque les ravages deviennent apparents; par conséquent, la prévention prend ici une importance cruciale. Les symptômes indiquant que des perceurs sont à l’oeuvre comprennent la présence de branches ou de segments d’écorce nécrosés et celle de trous dans l’écorce ou dans le sol caractérisés par la présence de sève ou d’une matière s’apparentant à la sciure.

Insectes gallicoles

Les galles sont des excroissances anormales qui apparaissent sur une plante en réaction à l’irritation provoquée par la présence d’insectes gallicoles. Au nombre des causes, on relève les morsures et la ponte de ces insectes. Les galles profitent ordinairement aux insectes gallicoles en leur fournissant un abri protecteur qui leur permet d’achever leur cycle vital.

Les moucherons et les cynipidés

Les moucherons et les cynipidés sont les insectes gallicoles les plus communs. Chaque espèce forme des galles qui lui sont propres et le chêne, l’érable argenté, le caryer, l’épinette et le Douglas taxifolié constituent leurs cibles de prédilection. Ces insectes tuent rarement l’arbre infesté, mais leurs ravages peuvent nuire grandement à son apparence.

Ravageurs terricoles

Les ravageurs vivant dans le sol peuvent endommager sérieusement les plantes avant que la plupart des jardiniers ne s’avisent de leur présence. Il est souvent difficile d’établir la gravité des ravages ou l’efficacité du traitement.

Le scarabée japonais

Le scarabée japonais constitue une sérieuse menace de l’avis d’Agriculture et Agro-alimentaire Canada; en Ontario, sa présence n’a été observée jusqu’ici que dans les régions de Niagara, de Hamilton-Wentworth et de Haldimand-Norfolk. Les larves se nourrissent de racines de gazon et de nombreux arbustes ornementaux.

Le hanneton européen

Le hanneton européen est un ennemi redoutable du gazon. Les larves du charançon de l’if et de l’anthonome de la fleur du fraisier peuvent causer la mort d’un grand nombre de plantes, dont l’if, le rhododendron et le fraisier.

2. Synopsis des affections des plantes, des symptômes et des causes possibles

Décoloration de la feuille

Symptôme

Causes possibles

Coloration anormale

Punaises réticulées

Teinte bronzée

Punaises

Teinte argentée

Tétranyques

Présence de mouchetures

Cicadelles

Présence de rayures

Pucerons, psylles, thrips

 

Déformation de parties de la plante

Symptôme

Causes possibles

Minage des feuilles

Larves de coléoptères

Squelettisation des feuilles

Chenilles, tenthrèdes

Enroulement ou gaufrage des feuilles

Pucerons

Présence de galles sur les feuilles, les tiges, les fleurs ou les rameaux

Thrips, cynipidés

Points de végétation tordus

Téphrites gallicoles, psylles, phytoptes

 

Dépérissement de parties de la plante

Symptôme

Causes possibles

Dépérissement des feuilles, des rameaux ou des branches

Coupe-rameaux du chêne

Dépérissement de la plante toute entière

Larves de coléoptères rhizophages

Présence de trous et de sciure

Insectes perceurs du bois, cochenilles

Flétrissement

MALADIES DES PLANTES | Write a comment | Print

Comments

tulipe, le 26-09-2010 à 16:43:38 :

rajout de photos des maladies et ravageurs

vous avez présenter des documents très explicatifs qui nécessitent un rajout de photos des agents pathogènes pour une meilleure identification  

| Contact author |