Les ravageurs ( fiche technique , traitements ) » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Les ravageurs ( fiche technique , traitements )

10/4/2009

Les ravageurs ( fiche technique , traitements )

Acariens :

Les acariens sont de minuscules araignées de moins d’1 mm de long. Il en existe plusieurs types. Les ériophyes, à l’aide d’une substance chimique, provoquent l’agglomération de tissus autour de leur emplacement sur la plante. Les tétranyques provoquent l’apparition de marbrures fines et claires sur le feuillage. Ils tissent une fine toile autour de la plante. Les tarsonèmes déforment les tiges en s’attaquant aux extrémités et aux boutons floraux.

Les acariens ne sont pas des insectes d'ou l'inefficacité des insecticides. Pour arriver à bout d’une attaque violente utilisez les acaricides adaptés à une semaine d’intervalle pendant deux ou trois traitement.

Responsable:

Un grand nombre d’acariens suivant la plante hôte.

Dégâts apparents:

taches claires sur le feuillage, fine toile au revers des feuilles.

Période des dégâts:

Printemps et été

Plantes les plus sensibles:

un grand nombre dont prunier, tilleul, framboisier, érable, oranger du Mexique, genêt, conifères, fraisier, plantes d’intérieur, aubergines, haricots, gazon …

Conditions favorables:

temps chaud et sec

Traitement préventif:

Brumisez le feuillage de vos plantes, les acariens détestent l'humidité

Traitement biologique:

Contre le tétranyque tisserand utilisez un autre acarien prédateur appelé Phytoséiulus persimilis (surtout efficace en intérieur)

Traitement chimique:

Acaricide à base de bifenthrine ou de dicofol.

 

Aleurode ou mouche blanche : 

Ces petites " mouches blanches " s'envolent au moindre mouvement de feuille. Cela vous montrera immédiatement leur présence. Comme tous les insectes piqueur suceur leur production de miellat rend les feuilles collantes, et apporte la fumagine.

En soi la fumagine n'est pas un champignon dangereux car vous pouvez tout à fait l'enlever à l'aide d'un tissu humide. Par contre l'aleurode résiste assez bien au produit chimique, ce qui justifie l'utilisation d'Encarsia formosa. Utilisez-là entre avril et octobre car il lui faut une température assez élevée pour survivre et assez tôt par rapport au début de l'attaque car il lui faut du temps pour se reproduire.

Les insecticides sont dangereux pour la guêpe n'utilisez que les savons insecticides pendant sa présence.

Responsable:

Plusieurs espèces d'aleurodes dont Trialeurode vaporariorum, Aleyrodes proletella…

Dégâts apparents:

Les feuilles deviennent poisseuses et se couvrent de fumagine.

Période des dégâts:

toute l'année

Plantes les plus sensibles:

choux, azalée, rhododendron, et toute sorte de plantes d'intérieur.

Conditions favorables:

-

Traitement préventif:

-

Traitement biologique:

utilisation d'une guêpe parasite Encarsia formosa pour les plantes d'intérieur. Suspendre des pièges englués de couleur jaune ou viendront s'engluer les insectes adultes. Les savons insecticides réduisent le nombre d'aleurode. Dans le commerce spécialisé, vous trouverez aussi Macrolophus caliginosus qui est une punaise verte qui dévore aussi les aleurodes adultes que les oeufs.

Traitement chimique:

déconseillé car les aleurodes ont développé une certaine résistance à ces produits.

Bupreste :

A l'état de larve le bupreste s'attaque aux branches et au tronc de certaines plantes. Les jeunes plantes sont sensibles car l'insecte se nourrie directement de leur bois. En ceinturant les branches les larves provoquent leur dessèchement. Juste sous l'écorce des galeries visibles pleines de sciure sont occupées par la larve blanche.

En été elles sortent par un trou ovale. L'insecte alors adulte possède un corps allongé et des reflets jaunes. Cet insecte cause de gros dégâts sur les thuyas dans nos jardins !

Responsable:

Un coléoptère dont le nom varie selon l'espèce d'insecte Coroebus florentinus pour le bupreste du chêne par exemple, Scintillatrix (Lampra) festiva pour le Bupreste du thuja ou du genévrier

Dégâts apparents:

Branches périphériques desséchées. Les feuilles sèches restent accrochées aux branches.

Période des dégâts:

printemps et été

Plantes les plus sensibles:

Chêne, thuya, genévrier, sorbier, poirier

Conditions favorables:

-

Traitement préventif:

-

Traitement biologique:

-

Traitement chimique:

Aucune sorte de traitement n'est efficace car la larve se cache sous l'écorce de la plante. La meilleure manière de s'en débarrasser et de couper la branche atteinte et de la brûler.

Cochenille farineuse :

La cochenille est un insecte assez curieux qui peut être trouvé sous les feuilles d'un grand nombre de plantes d'intérieur. Elle est de forme ovale et recouverte d'une cire filandreuse qui lui donne cette couleur gris rosâtre. En inspectant les feuilles de vos plantes vous pourrez également apercevoir des amas blanchâtres qui correspondent aux œufs de la cochenille.

C'est un insecte sans patte dit "piqueur suceur" qui se nourrit de la sève de la plante hôte et sécrète une substance collante appelée miellat, souvent suivie de la formation d'un champignon noir appelé fumagine.

En piquant la plante, la cochenille l'épuise en pompant mais elle lui inflige aussi des blessures et sa salive toxique peut provoquer la chute des feuilles

Responsable:

Plusieurs espèces de cochenilles farineuses Pseudococcus et Planococcus.

Dégâts apparents:

une substance cireuses apparaît à la base ou sous les feuilles des plantes attaquées, le long des nervures. Les feuilles deviennent collantes et la plante est affaiblie.

Période des dégâts:

toute l'année

Plantes les plus sensibles:

un grand nombre de plantes d'intérieur dont les cactées.

Conditions favorables:

-

Traitement préventif:

-

Traitement biologique:

utilisez une coccinelle prédatrice, Cryptolaemus montrouzieri, en début d'attaque. Pulvérisez des huiles insecticides.

Traitement chimique:

-

Criocère du lis :

Le criocère du lis est un très joli coléoptère rouge brillant mais qui est aussi un redoutable prédateur pour nos lis et nos fritillaires. Si vous ne prenez pas soin de vérifier très tôt et très régulièrement leur présence sur vos plantes, plusieurs adultes se seront très rapidement reproduit et les larves auront dévasté vos plantes avant que vous ne profitiez de leurs floraisons.

Si vous n'avez pas trop de lis ou de fritillaires, la méthode biologique est la plus efficace, mais demande aussi de la patience.

Responsable:

Le criocère du lis est un coléoptère de 8 mm de couleur rouge avec des pattes noires.

Dégâts apparents:

les adultes et les larves se nourrissent des feuilles et des fleurs qui se retrouvent rapidement perforées de toutes part. Si leur population est nombreuse, les plantes sont rapidement défoliées.

Période des dégâts:

de mars à octobre

Plantes les plus sensibles:

les lis et les fritillaires sont constamment envahis de ces insectes

Conditions favorables:

-

Traitement préventif:

-

Traitement biologique:

la méthode la plus efficace consiste à attraper à la main les adultes. Attention ils se laissent tomber dès qu'ils sentent le danger, disposez d'un récipient en-dessous pour les réceptionner. Supprimez également les feuilles ou vous verrez une substance baveuse ou se cachent les larves de cet insecte.

Traitement chimique:

utilisez des insecticides chimiques à base de bifenthrine ou de roténone

Cynips du châtaignier :

Dryocosmus kuriphilus Yasumatsu, un petit Hyménoptère de la famille des cynipidés qui provoque des galles vient d’être découvert en Italie dans la région de Cuneo (Piémont). Il est originaire de Chine où il vit de façon endémique. Il a été découvert au Japon vers 1940 où il a fait de gros ravages, puis il est apparu aux Etats-Unis en 1974. On peut noter qu’il a suivit ainsi le même parcours que l’agent du chancre de l’écorce. Nous ne sommes pas armés pour lutter contre ce nouveau ravageur et a priori le châtaignier européen Castanea sativa serait sensible. Il faut donc respecter au maximum les règlements sanitaires en matière d’importation de matériel végétal et de greffons en particulier en provenance d’Asie, d’Amérique et d’Italie. Cet insecte ravageur d’importance majeure doit être inscrit dans la liste des organismes de quarantaine.

Biologie de l’insecte
L’insecte fait l’essentiel de son cycle à l’intérieur d’un bourgeon : de l’œuf à la nymphe. Il n’a qu’une génération par an. Les adultes émergent des galles au début de l’été et pondent aussitôt dans les bourgeons latents et verts placés à l’aisselle des feuilles de la pousse en cours de croissance. Les larves écloses font un début de croissance avant l’automne sans que leur présence ne laisse la moindre trace: les bourgeons conservent une apparence normale.

Les larves restent dans les bourgeons pendant l’hiver et reprennent leur croissance au printemps. Sous l’effet des toxines qu’elles secrètent il se forme une galle à la place de la pousse normale et avec plusieurs bourgeons attaqués le rameau meurt et comme il s’agit généralement d’une pousse fructifère c’est d’abord la production qui est condamnée mais l’infestation peut être suffisamment intense pour tuer l’arbre.

Responsable:

C'est la larve de Dryocosmus kuriphilus Yasumatsu, un petit Hyménoptère de la famille des cynipidés qui est responsable des dégâts. Sous l'effet des toxines qu'elles secrètent il se forme une galle à la place de la pousse normale

Dégâts apparents:

au printemps au moment du débourrement, les bourgeons, au lieu de donner naissance à une pousse, se mettent à gonfler pour former une galle. Généralement tous les bourgeons d'un rameau sont concernés ce qui fait mourir le rameau. Dans le cas de fortes attaques cela va jusqu'à la mort de l'arbre en été.

Période des dégâts:

printemps

Plantes les plus sensibles:

a priori le châtaignier européen

Conditions favorables:

-

Traitement préventif:

pas de traitement préventif

Traitement biologique:

L’étude de l’insecte dans son pays d’origine (la Chine) a montré qu’il avait des ennemis naturels dont le plus efficace : Torymus chinensis Kamijo un autre micro-hyménoptère hyperparasite a été introduit au Japon en 1982 où il s’est répandu. Cette lutte biologique associée à des variétés assez résistantes semble avoir donné satisfaction aux producteurs.

Traitement chimique:

Les japonais ont d’abord pratiqué une lutte chimique dont le résultat a été jugé insuffisant.

La lutte contre les limaces et les escargots

Vos feuilles sont trouées de toutes part, vos plantes repiquées ont du mal a démarrer car elles sont dévorées trop souvent et vos semis sont dévastés, ne cherchez pas trop longtemps les limaces, les loches et les escargots sont passés par là.

Pour le constater, il suffit d'une nuit humide entre 15° et 18°C pour les voir apparaître.

Il existe différentes méthodes pour lutter contre eux.

La lutte écologique

La première méthode qui est tout à fait écologique et qui a notre préférence quand c'est possible, consiste à les tenir éloigner ou s'appuyant sur le fait qu'ils n'apprécient guère de se déplacer sur des surfaces rugueuses qui deshydratent leurs pellicules de mucus sur laquelle ils se déplacent. Il suffit donc de déposer autour des plantes que l'on souhaite protégées des éléments qui les fera rebrousser chemin.

En voici quelques exemples, tirés des trucs et astuces et triés dans l'ordre de notre préférence :

  • La cendre de bois
  • La sciure de bois
  • Les coquilles d'oeufs en miettes
  • un disque de ponceuse

Dans le cas de la cendre de bois et de la sciure, il faut en remettre très régulièrement surtout après une averse qui aura lessivé le sol.

La lutte chimique

Vous l'aurez compris, vous trouverez dans le commerce des anti-limaces dans différentes marques mais préférez un produit qui contient du Bitrex qui est un additif dont la très forte amertume permet d'éviter les risques d'absorption par l'homme et par les animaux domestiques.

Ces produits résistent à l'humidité et dure ainsi plusieurs semaines. Vous constaterez leur efficacité très rapidement en voyant des traces de baves zigzaguant un peu partout et en trouvant au bout une limace ou un escargot en train d'agoniser ou desséché.

Ils sont conditionnés en granulés que l'on disperse autour des plantes à protéger, de préférence un soir par temps humide ou après une bonne averse.

Mouche de la carotte :

La mouche de la carotte se reproduit au début de l'été et pond ses oeufs au pied des carottes dont les asticots blanc-crème de 1 cm ne tarderont pas à trouver le chemin pour la miner. Vous pourrez apercevoir sur la carotte des galeries sombres.

Pour éviter une destruction de votre production, il vous faut épandre des insecticides en granulés sur le sol du semis.

Notez que la mouche s'attaque également au persil et au céleri.

Mouche de la cerise :

La mouche de la cerise est un petit insecte de 3 à 5 mm avec des ailes transparentes rayées de quatre bandes noires. Les adultes volent de fin mai à début juillet dans les vergers ou les femelles après une quinzaine de jours pondent chacune plus d'une cinquantaine d'oeufs qu'elle introduisent dans les cerises rougissant. Le plus souvent il n'y a qu'une seule larve par fruit. Les larves se dévorant entre elles, les adultes évitent les cerises ou une ponte a déjà eu lieu. L'asticot se développe au coeur du fruit, puis lorsque celui-ci tombe, il le quitte pour s'installer dans la sol ou il continuera sa transformation jusqu'au printemps suivant.

La meilleure lutte contre la mouche de la cerise consiste soit à planter des variétés précoces, soit à mettre en place à la bonne période des pièges à phéromones qui réduiront les fruits touchés. Installez trois à quatre pièges pour un cerisier de grande taille. Ramassez également toutes les cerises tombées du cerisier avant que les larves ne s'enfouissent dans le sol et jetez les cerises aux ordures et non au compost

Responsable:

Le responsable est la larve de la mouche de la cerise qui prend la forme d'un asticot blanc de 5 mm installé généralement près du noyau

Dégâts apparents:

un tout petit trou est visible sur la cerise, puis un pourrissement se développe autour

Période des dégâts:

Les mouches de la cerise déposent leurs oeufs de mai à juin dans les fruits qui commençent à mûrir. A l'éclosion, l'asticot pénètre la cerise.

Plantes les plus sensibles:

les variétés de cerisier tardives

Conditions favorables:

temps chaud

Traitement préventif:

choisissez une variété plus précoce, éliminez les fruits véreux tombés au sol

Traitement biologique:

les pièges à phéromones qui attirent les mâles et les pièges sont simples à mettre en oeuvre, ramassez les cerises tombées

Traitement chimique:

Il est délicat d'intervenir avec un traitement chimique au moment ou les fruits commençent à mûrir

Pour en finir avec les cerises verreuses, la seule solution est de faire la chasse aux mouches de la cerise avant qu'elles ne pondent leurs œufs dans les fruits en formation. Des pièges spécifiques sont vendus dans le commerce pour aider efficacement le jardinier. Explications.

Dès la fin avril, les mouches de la cerise débarquent dans les vergers pour planter leurs œufs dans les fruits en cours de formation. Les mouches percent la peau de la cerise lorsqu'elle est jaune pour y déposer leurs œufs. En quelques jours, ces œufs laissent éclore des petits asticots blancs fermement installés au cœur du fruit juteux. Ces larves de 5 à 6 mm de long se développent en environ 3 semaines en se nourrissant des fruits qui pourrissent.

Lorsque les fruits abîmés tombent au sol, la larve se nymphose pour mieux passer l'hiver dans le sol. Au printemps suivant, les nymphes deviennent des mouches, et tout recommence.

Pour éviter que les cerisiers deviennent un el-dorado pour les mouches et les vers, le principal est d'agir avant la ponte. Si des actions préventives peuvent être menées en répandant en fin d'hiver notamment sur le sol du sulfate de fer, cette précaution est rarement suffisante pour éliminer l'éclosion de toutes les futures mouches en hibernation. Lorsque le printemps apparaît, il est donc nécessaire de passer à la pose de pièges spécifiques directement au cœur des arbres.

Les pièges les plus efficaces contre ces insectes se présentent sous la forme de disques en carton englués que l'on suspend dans les branches des cerisiers. Ces pièges sont écologiques et conviennent à toutes les variétés de cerisiers. Ils se présentent sous la forme de disques de couleur jaune percés au milieu et découpés sur un côté pour pouvoir être facilement glissés sur les branches de cerisiers.

Ces disques sont autocollants. Des  films protecteurs permettent d'installer les disques sur les branches sans coller les feuillages. Chaque disque est associé à une plaquette d'attractif que l'on colle. L'association de la couleur jaune et des attractifs attire les mouches qui se retrouvent piégées sur le collant. Pour une efficacité maximale, les pièges doivent être installés sur les branches dans la couronne de l'arbre à raison d'un piège par mètre de feuillage.

La meilleure période pour l'installation dépend des conditions météo de la région mais globalement, le moment le plus propice intervient lorsque les cerises commencent à virer au jaune avant de rougir.

Pucerons :

Dès le début du printemps, un grand nombre de plantes sont attaquées par les pucerons. Vert, noir, laineux, les variétés de pucerons sont nombreuses. En inspectant les plantes vous les trouverez en retournant les feuilles. Souvent agglutinés par dizaines, les pucerons provoquent des symptômes typiques tels que l'enroulement des feuilles ou l'apparition de boursouflures. Plus tard les feuilles deviennent collantes (sécrétion de miellat par les pucerons eux-mêmes) et attirent les fourmies.

Les insecticides naturels sont à utiliser de manière abondante contre les pucerons en début ou en fin de journée et au tout début de l'attaque. Une fois le traitement débuté et les insectes éliminés, les nouvelles pousses apparaîtront saines. Vérifiez régulièrement vos plantes, car ces petits insectes, dont la taille est variable sont toujours très facilement repérables. Ils ont un corps en forme de poire, portent deux antennes et, si vous regardez de plus près, vous trouverez deux cornicules à l'arrière du corps.

Responsable:

Aphis pomi, un puceron vert aux antennes et pattes noires, Eriosoma lanigerum, le puceron lanigère, Dysaphis Plantaginea, le puceron cendre, ... La famille des pucerons comprend plus de 8000 espèces !

Dégâts apparents:

Les feuilles se crispent et s'enroulent suite à leurs piqures pour y extraire la sève. Des boursouflures peuvent apparaîtrent accompagnées de coloration rougeâtre. Les feuilles deviennent collantes.

Période des dégâts:

Printemps et été.

Plantes les plus sensibles:

un grand nombre dont le pêcher, le prunier, le cerisier, le rosier, l'épicéa…

Conditions favorables:

Des températures élevées ralentissent leur multiplication.

Traitement préventif:

Les insecticides à base de purin comme le purin d'ortie

Traitement biologique:

Les insecticides végétaux tels que les purins d'absinthe, de feuilles de fougères sont efficaces contre les pucerons. Les larves de coccinelles se nourrissent des pucerons. Utilisez aussi les insecticides à base de pyréthrine naturelle ou de roténone.
Les pucerons sont très souvent élevés par les fourmis pour le miellat qu'ils sécrètent en suçant la sève. Lutter contre l'accès des fourmis aux branches de vos arbres ou de vos arbustes, évitera le développement des colonies de pucerons.

Traitement chimique:

Insecticides à base de bifenthrine, de cyperméthrine ou de pyrimicarbe.

Taupes :

Biologie et comportement de la taupe

La taupe (Talpa europea) est un mammifère et non un rongeur. Elle ne possède pas d'oreilles apparentes mais des pavillons. Ses pattes ont de puissantes griffes lui permettant de creuser des galeries sous terre entre 15 et 50 cm. Elle mesure entre 10 et 15 cm de long sans la queue et pèse environ cent grammes.

Elle se rencontre comme son nom scientifique l'indique, en Europe. Son régime alimentaire est constitué d'insectes dont les vers de terre, les limaces, les mille-pattes et les larves font principalement les frais. Elle les chasse en parcourant ses galeries et en ramassant tous les insectes qui s'y prélassent, ou en en creusant de nouvelles si la chasse n'a pas été fructueuse. L'étendue de ses galeries dépendra donc de la richesse en insectes du sol.

La taupe installera quelques chambres dans son réseau qu'elle garnira d'herbes ou de feuilles. C'est la qu'elle s'installera pour se reposer ou pour s'occuper de ses petits.

La taupe est-elle nuisible ?

C'est le côté inesthétiques des taupinières et parfois leur nombre au milieu de la pelouse qui pose problème, surtout quand celle-ci est parfaitement entretenu.

D'autre part la taupe peut occasionner des dégâts dans les cultures en retournant la terre des semis ou en sectionnant les racines des plantes lorsqu'elle creuse ses longues galeries souterrainnes..

Cependant la taupe contribue à l'aération du sol et à l'élimination de certains insectes ravageurs. Alors pouvez-vous supporter de vivre avec quelques monticules de terre dans votre gazon ?

Comment lutter ?

Si vous n'êtes pas envahi de taupinières et que les dégâts sont mineures, rien ne sert de se lancer dans une chasse à la taupe qui sera de toute façon difficile et qui risque de vous énerver quelque peu ! Étalez la terre des taupinières au râteau dès qu'elles apparaissent !

Vous ne voulez pas faire de mal à cet animal, alors essayez de planter ces quelques plantes qui dit-on tiennent éloigner la bestiole !

Tenthrède :

La tenthrède est un insecte dont la larve ressemble à une chenille. Vous la reconnaîtrez en comptant le nombre de paire de fausses pattes sur l’abdomen. Selon les plantes attaquées la tenthrède mangent les feuilles par les bords ou en ne laissant souvent qu’une dentelle de nervure, ou bien en enroulant la feuille attaquée. Elle séjourne alors à l’intérieur et la dévore depuis cet emplacement.

Certaines tenthrèdes sont aussi dites « mineuses » et forment des galeries dans les feuilles. Les mines finissent par sécher et provoquer des tâches brunes.

Responsable:

La larve de la tenthrède qui ressemble à une chenille.

Dégâts apparents:

Les feuilles des plantes atteintes sont dévorées ou déformée selon la plante et le type de larve et finissent par tomber.

Période des dégâts:

tout l'été

Plantes les plus sensibles:

rosier spirée, groseillier, iris

Conditions favorables:

les températures chaudes qui provoquent une prolifération de l’insecte.

Traitement préventif:

pour les plantes atteintes par la tenthrède cigarière prélever les feuilles enroulées pour les détruire.

Traitement biologique:

-

Traitement chimique:

utilisation d'un insecticide à base de bifenthrine ou de cyperméthrine pour les attaques de faible vigueur, pour une attaque plus forte utilisez un insecticide à base d’imidadopride.

Source : http://www.aujardin.info

 

Category : INSECTES RAVAGEURS DE CULTURES | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |