Des spécialistes des plantes l’affirment : les compagnies de biotechnologies des semences font obstacle à la recherche » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Des spécialistes des plantes l’affirment : les compagnies de biotechnologies des semences font obstacle à la recherche

25/3/2009

Des spécialistes des plantes l’affirment : les compagnies de biotechnologies des semences font obstacle à la recherche

Résumé posté par Meridian le 24/2/2008
Source: New York Times
Auteur: Andrew Pollack

Dans une « réclamation inhabituelle », un groupe de scientifiques universitaires affirment que les compagnies de biotechnologies les empêchent de pouvoir mener des recherches complètes sur l’efficacité et les impacts environnementaux des plantes modifiées génétiquement (GM), indique cet article. Pour les scientifiques, il est problématique que les agriculteurs et les autres acheteurs de semences génétiquement modifiées aient à signer un accord visant à garantir que, lors de la culture, les droits des compagnies sur les brevets ainsi que les règlements environnementaux sont bien respectés. Mais les accords interdisent également la plantation des cultures aux fins de recherche. Il leur faut obtenir la permission des compagnies semencières. Et parfois, la permission leur est refusée ou bien les compagnies insistent pour examiner toutes les conclusions avant qu’elles ne puissent être publiées. La réclamation émane de 26 scientifiques spécialisés dans l’étude des insectes du maïs qui ont retiré leur nom car ils craignaient que les compagnies ne les excluent de leurs recherches. Cependant, plusieurs d’entre ont accepté, lors d’interviews, que leur nom soit cité. Il est « frappant », soutient l’article, de constater que les scientifiques qui ont exprimé cette protestation - et qui proviennent en grande partie d’universités financées par les états (« land-grant ») avec de grands programmes agricoles - affirment ne pas être opposés à la technologie GM. Au contraire, pour eux, en « étranglant » la recherche, l’industrie les empêche de fournir aux agriculteurs des informations sur les meilleurs moyens de faire pousser les plantes. De plus, ajoutent-ils, les données fournies aux organismes de contrôle gouvernementaux sont « excessivement restreintes ». Pour Elson J. Shields, professeur d’entomologie à l’Université de Cornell aux Etats-Unis, les firmes « peuvent potentiellement pratiquer le blanchissage des données et des informations soumises au Ministère de la Protection de l’Environnement (EPA) ». Pour les scientifiques, ces accords sont depuis longtemps un problème, mais ils le font savoir publiquement car la frustration s’est accumulée. Monsanto et Syngenta, deux autres firmes de semences GM, ont déclaré qu’elles soutenaient la recherche universitaire et que leurs contrats avec les acheteurs de semences avaient pour but de protéger leur droit de propriété intellectuelle et de respecter les obligations réglementaires. Pourtant, Dale Kemery, porte-parole du ministère de la Protection de l’Environnement, a indiqué que le gouvernement n’exigeait que la gestion de la résistance aux insectes de la plante et que toute autre restriction contractuelle était mise en place par les compagnies. Pour consulter l’article en ligne en version originale anglaise, cliquer sur le lien ci-dessous.

http://www.merid.org

 

Category : OGM - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |