Semis direct : les secrets de la réussite » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Semis direct : les secrets de la réussite

4/3/2009

Semis direct : les secrets de la réussite

Introduction

Le semis direct est l’une des plus grandes révolutions de ce siècle en matière de technologie agricole.

Il donne un sens au terme “agriculture durable”, car c’est une technique pratique et rentable qui permet de maintenir les objectifs de production et de protéger la qualité de l’eau et du sol sur l’exploitation et en-dehors de celle-ci.

Pendant des siècles, la charrue à socs et versoirs a servi à travailler le sol. Elle convient bien au sol plat et humide à texture fine où le système cultural comprend du fumier solide, du foin et de la pâture. Cependant, si on utilise souvent la charrue à socs et à versoirs dans les sols en pente, plus légers, à texture moyenne, elle est la principale cause de l’érosion. La plupart d’entre nous avons observé l’une ou plusieurs des situations suivantes : terres agricoles détériorées, érosion de la couche arable lors de la fonte des neiges et des orages, tempêtes de poussière au printemps, ruisseaux bloqués par les sédiments, récoltes moins abondantes, facteurs de production plus importants, diminution des profits.

Au cours des trente dernières années, les agriculteurs innovateurs ont commencé à concentrer leurs efforts sur la conservation du sol. L’un des domaines sur lequel ils se sont penchés avec des chercheurs, du personnel sur place et des représentants de l’agrinégoce, est le travail du sol. Leurs explorations ingénieuses ont mené à la préparation de ce fascicule.

Les nombreuses personnes qui ont choisi la culture par semis direct comme méthode ne jurent que par elle. Pour certains agriculteurs, le semis direct n’a pas donné les résultats attendus. D’autres sont à l’intégrer à leurs activités.

Que vous vous adonniez à la culture commerciale, à l’élevage du bétail ou à la culture
maraîchère, vous y trouverez des renseignements et des conseils pour réussir à vous servir du semis direct sur votre exploitation. Ils sont basés sur l’expérience et les talents combinés des agriculteurs qui cultivent par semis direct, de chercheurs, de professionnels de l’agrinégoce
et de spécialistes du sol et des cultures.

Définition du semis direct

Dans un système de production de cultures par semis direct :

  • le champ n’est pratiquement pas remanié entre la récolte et le semis, sauf pour l’injection d’éléments nutritifs
  • les champs ne sont plus labourés et les résidus des plantes demeurent sur le sol pour le protéger contre l’érosion
  • le planteur ou le semoir forme un lit de semence étroit pendant le semis afin de permettre de placer les semences et les engrais au bon endroit
    • la rangée peut également être labourée d’avance lors d’un passage antérieur
  • la lutte contre les mauvaises herbes se fait principalement à l’aide d’herbicides, mais on peut également avoir recours au travail du sol peu profond entre les rangées en cas d’urgence.

« Le semis direct est un système; prenez le temps d’en évaluer toutes les composantes. »
Laurence Taylor, comté de Huron

Types de semis direct

Travail du sol par bandes : Les planteurs et les semoirs dotés d’un ou de plusieurs coutres par rangée de semis et parfois de sarcleuses pour préparer des bandes étroites de sol qui facilitent le contact semence-sol. Le travail du sol par bandes peut être adapté à de nombreuses conditions, peu importe la culture.

Semis en sillons : Un sillon est creusé dans le sol non labouré et les semences y sont déposées à une profondeur opportune. Plusieurs combinaisons d’accessoires de tassement des semences et roues plombeuses servent à remplir le sillon afin d’assurer un bon contact semence-sol. Il s’agit du semis direct dans sa forme la plus pure; il est idéal pour le soya, le blé et d’autres céréales dans de nombreux types de sols. Le semis en sillons n’est pas très efficace dans les résidus de cultures abondants et dans les sols humides à texture fine.

Travail préliminaire du sol : Une étroite bande de sol est labourée à l’aide de divers accessoires. Ce processus aide les résidus à s’amollir et à se décomposer pendant l’hiver et accélère l’assèchement au printemps. Les sols sont donc prêts pour le semis plus tôt au printemps. Les bandes labourées d’avance font accélérer la germination et la levée et facilitent la rotation des céréales. Un passage supplémentaire dans le champ est nécessaire, mais pour certains agriculteurs, cela vaut la peine.

Billonnage : À l’aide de socs à ailes ouvertes, de disques rayonneurs, de coutres ou de sarcleuses, le billon est dégagé pour le semis. Les résidus restent à la surface, entre les rangées. La température plus élevée du sol aide les semis des billons à sortir du sol plus tôt. Les billons sont reformés par le travail du sol, ce qui permet de lutter contre les mauvaises herbes de façon mécanique et de réduire l’utilisation d’herbicides. Le billonnage exige une limite de la circulation et empêche l’encroûtement du lit de semence. Il convient bien aux sols à texture fine, surtout lors des printemps froids et humides.

Approche des systèmes au changement (Don Lobb)

Un système de culture agricole comprend toutes les composantes que vous contrôlez pendant la production de la récolte, telles que les pratiques de gestion, les facteurs de production des cultures et les conditions du sol.

« Un système agricole est semblable à un écosystème : chaque fois qu’une composante change, toutes les autres sont touchées, souvent dans une réaction en chaîne. »
Don Lobb, comté de Huron

Pour que le système soit efficace dans l’ensemble, chacune de ses composantes doit être considérée comme étant indépendante et en même temps intégrée au système.

Dans un système de gestion, l’introduction d’un changement dans les pratiques aura un effet sur plus d’une composante.

Le diagramme de gauche illustre les principes du semis direct. Les principales composantes de ce système sont placées sur le périmètre. Les flèches pointent dans les deux directions pour montrer que chaque composante a une incidence sur le système entier et que le système influe chaque composante. (Chaque composante est interactive.)

Il est essentiel de comprendre l’approche des systèmes pour assurer la réussite du semis direct.

Cette fascicule porte sur chacune des composantes de ce système, mettant en évidence les composantes interactives.

Calendrier des pratiques de gestion optimales pour le semis direct

Appren-tissage sur le semis direct

  • déc. - nov. : Allez aux salons agricoles et aux réunions et visites sur le semis direct. Communiquez avec les spécialistes locaux, les représentants de l’agrinégoce et le personnel sur place pour établir le diagnostic.
  • déc. - mars : Lisez le matériel de vulgarisation. Visitez Internet.
  • juin - oct. : Visitez les parcelles de culture de variétés par semis direct afin d’évaluer les variétés.

Gestion des éléments nutritifs

  • janv. - mars : Planifiez vos activités de gestion des éléments nutritifs.
  • avr. - juin : Appliquez les engrais de démarrage.
  • mai - oct. : Appliquez du fumier liquide.
  • juin - juil. : Injectez de l’engrais azoté ou du fumier liquide.
  • août - oct. : Épandez du fumier solide.
  • août - nov. : Faites des tests du sol.
  • août - nov. : Épandez de la chaux (si nécessaire).

Équipement de semis/ Travail du sol

  • déc.- avr. : Réparez ou modifiez l’équipement de semis.
  • mai - juin : Travail du sol et formation des billons pour le billonnage.
  • juin - juil. : Préparez le semoir pour les céréales d’hiver.
  • août - nov. : Effectuez un travail préliminaire du sol ou pulvérisez-le (si nécessaire).

Rotation des cultures, gestion des résidus

  • déc. - mars : Étudiez les résultats des variétés de cultures. Passez vos commandes pour le semis de printemps.
  • avr. - juin : Ravivez la pâture en plantant des légumineuses par semis direct entre les rangées.
  • juil. - août : Épandez les résidus de céréales à la récolte et mettez le foin en balles.
  • août - oct. : Plantez les plantes couvre-sol et les céréales d’hiver.
  • sept. - nov. : Récoltez et épandez les résidus de façon égale.
  • sept. - nov. : Examinez la rotation des cultures. Apportez des changements si nécessaire.

Lutte contre les insectes, les mauvaises herbes et les maladies

  • déc. - fév. : Réparez l’équipement de pulvérisation.
  • déc. - mars : Mettez la dernière touche au programme de lutte contre les mauvaises herbes.
  • avr. - mai : Appliquez le herbicides de contact et procédez au désherbage chimique direct entre les rangées.
  • avr. - mai : Appliquez les herbicides rémanents.
  • mai - juin : Travaillez le sol et faites une pulvérisation en bandes dans le système à billonnage.
  • mai - juil. : Appliquez le herbicides de de postlevée.
  • juin - août : Examinez soigneusement et souvent les cultures pour y déclarer les mauvaises herbes, les insectes et les maladies.
  • août - nov. : Faites un désherbage chimique avant la récolte au besoin.
  • sept. - nov. : Prenez note des mauvaises herbes présentes à la récolte.

Lutte contre les maladies

Dans l'ensemble, la pression exercée par les maladies n'est pas aussi grande dans les systèmes culturaux à semis direct. Les plantes mêmes souffriront peut-être d'un plus grand nombre de maladies, ce dont il faut tenir compte si vous cultivez des plantes horticoles car cela pourrait affecter leur qualité. Cependant, en général, il y aura moins de maladies des racines avec le temps. Comme pour les mauvaises herbes et les insectes, l'habitat produit par la culture par semis direct sera propice aux maladies qui prolifèrent sur les surfaces plus fraîches, plus humides et moins remaniées.

Les maladies qui préfèrent les conditions fraîches et humides offertes par la culture par semis direct sont particulièrement difficiles à vaincre dans les sols argileux mal drainés.

Les conditions du sol telles que la structure du lit de semence s'amélioreront avec le temps grâce au semis direct; cette amélioration est attribuable à une meilleure aération du milieu de croissance des racines.

Les maladies ont un effet moindre sur les plantes cultivées par semis direct. Les sols travaillés par semis direct sont moins sensibles à la sécheresse. De nombreuses maladies (en particulier le pourridié) endommagent davantage les cultures pendant les sécheresses.

Le meilleur traitement contre les maladies est la prévention. Rappelez-vous des points suivants :

  • La gestion adéquate du sol diminue les risques de maladie; pour connaître les pratiques de gestion optimales pour améliorer la structure du sol, pour éviter ou diminuer le compactage du sol et pour améliorer le drainage interne, consultez le fascicule Gestion du sol de la série des Pratiques de gestion optimales.
  • Le traitement des semences peut aider à enrayer le pourridié (phomopsis) et la fonte des semis
  • La rotation des cultures interrompt le cycle des maladies
  • La rotation est encore plus importante dans les cultures horticoles afin de contrôler les maladies dans la culture par semis direct
  • La sélection des variétés, à part à des fins de résistance ou de tolérance aux maladies, permet essentiellement de trouver les variétés qui connaissent le meilleur rendement dans votre zone de maturité
  • Un apport adéquat d'éléments nutritifs dans les cultures les aide à résister aux maladies.


Pour plus de détails consulter le site : http://www.omafra.gov.on.ca/french


Vous trouverez sur ce site , en ce qui concerne le semis direct , le traitement des questions suivantes :

  • Gestion du sol
  • Gestion des résidus
  • Équipement de semis
  • Lutte contre les mauvaises herbes
  • Lutte contre les insectes
  • Lutte contre les maladies
  • Gestion des éléments nutritifs
  • Rotation des cultures
  • Plantes couvre-sol
  • Sélection des variétés
  • Études de cas de culture par semis direct et de billonnage

 

Category : TECHNIQUES AGRICOLES | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |