L'olivier: botanique , multiplication, bouturage et greffage. » maladies des plantes , agriculture et écologie

 L'olivier: botanique , multiplication, bouturage et greffage.

18/2/2009

L'olivier: botanique , multiplication, bouturage et greffage

L’olivier appartient à la famille des oléacées, qui comprend diverses espèces dont l’Oleae Europaea qui se divise en deux sous-espèces : Olea EuropaSylvestris ou Oléastre, c’est à dire l’olivier sauvage, Olea Europaea Sativa oul’olivier cultivé.

L’olivier cultivé est un arbre qui peut vivre des milliers d’années et mesurer 12 m de haut Il s’accommode facilement de sols ingrats, caillouteux et arides. Grâce à ses racines qui peuvent plonger profondément, l’olivier trouve les éléments nécessaires à sa croissance.

Le Système radiculaire de l’olivier forme sous le tronc une souche ligneuse dans laquelle s’accumulent des réserves, (la matte).

Le tronc de l’olivier est bas, généralement de couleur grise d’un aspect rugueux et tortueux lorsqu’il est dans la force de son âge. Les rameaux peuvent êtres des gourmands vigoureux et verticaux.Il existe aussi des rameaux de prolongement portant à leur extrémité un bouquet de pousses feuillées de deux ans.

Les feuilles opposées, sont étroites, allongées, enroulées sur les bords, coriaces,vert-gris luisant en dessus, argentées en dessous, persistantes, elles restent en place trois ans et se renouvellent donc par tiers tous les ans. Les feuilles font de 3 à 8 centimètres selon l’espèce. La face inférieure de la feuille d’olivier est recouverte de petits poils qui lui permettent de retenir la plus infime quantité d’humidité.

La floraisona lieu en mai ou juin. Les fleurs sont petites, blanches, dressées en petites grappes à l’aisselle des feuilles. La pollinisation est assurée par le vent,seulement 5% des fleurs donneront des fruits

Le fruit,l’olive passe vert léger à un vert plus soutenu au cours de l’été, vers le mois d’octobre la couleur vire au violacé et le fruit devient noir à complète maturité, en même temps qu’il se charge en l’huile.

L’olivier tout au long de l’année

En mars et avril

Les feuilles poussent faiblement, les grappes de fleurs se développent. De mai àjuin : Les feuilles poussent plus vite et c’est la floraison et la fructification (nouaison).

En juillet

Les feuilles poussent toujours tandis que les fruits (verts) grossissent et les noyaux durcissent.

En août

Les feuilles poussent toujours, les fruits (verts) grossissent et commencent à faire de l’huile (lipogenèse).

En septembre

La croissance des feuilles diminue, les fruits (verts) grossissent toujours. C’est le temps de la récolte des olives de certaines variétés

En octobre

La croissance des feuilles diminue encore, les fruits continuent de grossir et les olives de la variété Picholine peuvent être récoltées.

En novembre

Les feuilles ne poussent plus, c’est la véraison, les olives sont tournantes(couleur violacée) et on peut récolter les olives à huile des variétés les plus précoces.

De novembre à janvier

Les feuilles ne poussent pas, les olives sont noires et arrivent à leur pleine maturité. On récolte les olives à huile des variétés les plus tardives.

De janvier à mars

L’olivier hiverne, les feuilles ne poussent plus et l’activité de l’arbre est proche de zéro.

Source

1 -Jean-Marie Polese La culture des oliviers Éditions Artémis 2005

2 -Site : l’olivier de Provence

Multiplication de l’olivier

Il existe plusieurs méthodes pour obtenir des jeunes plants d’oliviers.On peut donc procéder à la multiplication de l’olivier de plusieurs façons, à savoir :

Par semis

On sème le noyau de l’olive, c’est une méthode efficace mais très longue.Les plants d’olivier obtenus par semis présentent l’avantage d’être vigoureux,cependant l’olivier risque de na pas être fidèle à l’arbre qui a produit le fruit Il faut choisir de préférence, pour la constitution des pépinières, des noyaux d’une bonne grosseur, provenant d’olives ayant atteint la surmaturité. Les noyaux sont ensuite débarrassés de la pulpe, puis mis en stratification ou cassés sans que l’amande soit endommagée. En août, on effectue un semis très épais, à faible profondeur, en sol meuble ; le semis doit être régulièrement bassiné. La levée irrégulière est compensée par la densité du semis. Dès la deuxième année, ou quant ils ont atteint les 10 cm on commence à prélever les plants bien venus pour les repiquer. Lorsqu’ils ont atteint la grosseur du petit doigt, ils sont greffés en fente avec la variété choisie. Ils sont prêts à être mis en place lorsque le jeune sujet a atteint 0,5m de hauteur.

Par éclatement de la souche

Sur un olivier non greffé, on prélève un morceau de la souche (racine ou collet)d’environ 500 gr. C’est une opération délicate, car il ne faut pas trop affaiblir l’arbre donneur. On enterre l’éclat sous 5 cm de terre et procéder ensuite à l’arrosage régulièrement. Un rejet poussera et atteindra 80 cm au bout d’un an

Par les rejetons

Il s’agit d’enlever à un olivier âgé les bourgeons qui s’élancent du tronc de l’arbre, plus particulièrement des racines ou du collet ; c’est une opération délicate car il ne faut pas endommager l’arbre donneur.

Par Bouture herbacée

C’est la méthode la plus utilisée pour la production de plants. On peut reproduire à l’identique et à l’infini un individu intéressant pour ses qualités L’opération se fait entre les mois de juillet et septembre, choisir des rameaux de l’année comptant huit ou neuf nœuds ou paires de feuilles, conserver les trois paires de feuilles de haut et supprimer les autres.La partie inférieure sera trompée dans la poudre d’hormone, tapoter ensuite la bouture pour éliminer l’excèdent.Procéder à l’étalage d’une couche de gravier sur 2 cm, une mince couche de sable grossier, puis compléter avec le substrat et planter les boutures.Il faut maintenir une humidité élevée en évitant la condensation en couvrant le pot d’un plastique percé de quelques trous.Placer le tout à l’abri du soleil à une température supérieure à 15°c. Les racines apparaissent au bout d’un mois,attendre quelques semaines et repiquer les boutures dans un substrat avec du terreau qui assurera la nutrition de la plante.

 

Bouturage de l’olivier

La période préférentielle pour le bouturage de l’olivier se situe entre juillet et septembre, c’est à ce moment là que les rameaux ont le plus d’azote et feront plus facilement des racines. (A adapter selon les régions.)

1- Choix du rameau

La branche que vous prélèverez (avec autorisation) sur un olivier doit être saine sans cochenille ni pucerons. Elle doit mesurer environ 50 centimètres et être coupée franchement au sécateur

2- Sur la branche précédemment coupée

choisir des rameaux droits, d’apparence sains, en comptant environ 8 à 9 paires de feuilles

3- Préparation des boutures

Sur les rameaux de 8 à 9 paires de feuilles, gardez 6 paires de feuilles sous lesquelles vous couperez légèrement en biais. Puis laissez les 3 premières paires de feuilles du haut en effeuillant les autres avec des ciseaux à bourgeons.

4-Trempage hormonale

On trouve facilement dans le commerce (jardinerie) de la poudre hormonale de couleur blanchâtre appelée aussi hormone de bouturage. Versez cette poudre dansune coupelle d’environ 15 cm de diamètre et roulez les jeunes boutures sans les mouiller afin de copieusement saupoudrer la base effeuillée. Les hormones vont faciliter le développement des racines.

5- Préparation d’un bac de multiplication

Utilisez un bac d’une matière non corrosive (plastique). Son fond doit être perforé afin de faciliter l’écoulement de l’excédant d’eau. D’une taille moyenne(600x400x150h), le bac recevra aussi un couvercle transparent pour un procédé en "confiné". Garnissez le fond du bac avec une couche de gros gravier pour le drainage. Rajoutez par dessus une couche de 5 cm de sable de rivière.Mettez ensuite la couche de 10 cm environ du substrat, devant recevoir les boutures,composé de perlite ou de terreau de bouturage.

6- Mise en place des boutures dans le bac de multiplication

Faites au préalable des trous à l’aide d’un manche de pinceau dans lesquels vous introduirez les boutures. Tassez autour des boutures afin de supprimer les poches d’air. Arrosez et refermez le couvercle.

IL est indispensable de maintenir en permanence, pendant la durée de la multiplication, une humidité maximale et une température idéale comprise entre25 et 27° sans jamais descendre en dessous de 15° en période fraîche. Il faut également éviter le rayonnement du soleil sur les boutures. La formation des racines débute vers la 4ème semaine. L’extraction et le rempotage en pot individuel se fait 5 ou 6 semaines après la mise en place. Il faut savoir que les déchets sont important et que seul 10% des boutures prendront leur essor.

Greffage de l’olivier

Le greffage se pratique au moment où l’olivier est en pleine sève. La période idéale se situe au mois de mai, à un moment ou la sève circule parfaitement bien et où la chaleur ambiante n’est pas encore trop élevée pour risquer de" griller " les greffons qui sont pendant quelque temps vulnérables.Pour s’assurer si l’olivier est en pleine sève, il faut vérifier l’état de décollement parfait de l’écorce.

la greffe à la plaque, dite aussi greffe à la fenêtre

Sur un rameau sain de 2 à 3 ans, on prélève un greffon .Ce greffon est une plaque d’écorce de 4 cmde haut qui porte deux yeux opposées, les feuilles ayant été détachées.Sur l’arbre à greffer, choisir un rameau de 3 cm de diamètre au minimum.Sur une partie saine et lisse, faire une incision en l avec les deux barres transversales, une en haut et une autre en bas, bien accentuées, en respectant le sens.Refermer et ligaturer solidement et très serré avec du raphia.Faire un incision annulaire tout autour de la branche, à 15 cm de haut environ, de façon que la partie qui sois située au dessus se dessèche. Trois semaines après la greffe couper les liens.Les bourgeons doivent commencer à se développer dans les jours qui suivent. Au printemps suivant, la partie située au dessus de la greffe sera coupée.

Quelques conseils pratiques

- Pour bien s’asurer du sens des yeux qui sont sur la plaque, il est possible de repérer sur la baguette, avant son prélèvement, un V renversé dont la pointe passe au-dessus de l’oeil. Ce V renversé se matétialise uniquement par une couleur claire de l’écorce.

- Une vérification de la plaque est souhaitable avant son application sur le sujet à greffer. Cette vérification consiste à exposer la plaque à la lumière pour bien s’assurer de la présence des yeux sur celle-ci. Si la lumière est visible à l’emplacement prévu des yeux, la plaque n’est pas à utiliser.

la greffe en couronne dite aussi à plaques en tête. Elle est généralement utilisée lorsque l’on veut implanter un greffon sur un sujet nettement plus gros, on procède en Avril – Mai lors de la floraison de la variétéil s’agit d’une greffe qui offre des chances de réussite assez élevées car nous plaçons selon le cas de 10 à 20 yeux au point de greffe et nous avons ainsi un potentiel de chances plus important.Cette greffe peut se pratiquer soit sur des troncs d’oliviers, soit sur des charpentières. La préparation du sujet à greffer consiste à scier dans un 1er temps toute la partie aérienne de l’arbre au-dessus du point de greffe. La coupe sera néttoyée au moyen de la lame du greffoir. L’écorce est ensuite fendue sur 3 ou 4 cm de hauteur sur toute la périphérie du tronc (photo1). Les languettes ainsi formées sont décollées au moyen de la spatule du greffoir . Les greffons sont prélevés sur des baguettes de manière identique à la greffe à la fenêtre. Ces greffons sont disposés au-desous des plaques d’écorce sur la totalité de la circonférence (photo2).Les têtes de greffons sont ensuite ajustées au moyen du greffoir dans la mesures oùelles sont trop hautes. L’ensemble est ligaturé (photo3). Au dessus et autour de cette greffe, on disposera un papier journal plus une protection supplémentaire constituée d’un sac plastique qui enveloppera la greffe de façon à éviter les brûlures du soleil . Cette protection est à supprimer au bout de 3semaines et les liens seront également coupés à ce moment là. Au bout de 6mois, les pousses auront déjà 10 à 15 cm de hauteur

Conseil important

L’utilisation d’une boîte à greffer ou petite caissette compartimentée est fort utile pour le transport sur le terrain du matériel végétal et de l’outillage afin d’éviter leur souillure. N’oublions pas que la greffe est une véritable opération chirurgicale végétale et qu’il est nécessaire d’y apporter à défaut d’aseptie, le maximum de propreté.

source : Jean-Marie Polese La culture desoliviers éditions Artémis 2005Site de l’olivier de province

Category : OLIVIER - 1 | Write a comment | Print

Comments


| Contact author |