Les maladies du haricot » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Les maladies du haricot

7/2/2009

Les maladies du haricot
    
Dans les sols compacts et humides, ou en période pluvieuse, c'est du sclérotinia que souffriront tout d'abord les jeunes plants de haricots.

Les tiges, les feuilles se couvriront d'une moisissure blanche d'aspect cotonneux qui s'étale à la surface des organes et gagne graduellement l'ensemble de la culture en provoquant la formation d'îlots plus ou moins étendus à l'intérieur desquels toute végétation disparaît rapidement. Les plantes atteintes flétrissent, puis finissent par pourrir. Lorsque le champignon a épuisé les sujets sur lesquels il s'est développé, il se résorbe peu à peu en petits amas noirs qui constituent les sclérotes. C'est sous cette forme qu'il se conserve soit dans le sol, soit sur les organes parasités.

Il est difficile de préconiser un moyen de lutte contre le sclérotinia. Si l'on a eu à enregistrer dans son jardin des attaques de ce champignon, qui est également un ennemi d'un assez grand nombre de plantes potagères (betteraves, carottes, pommes de terre, etc.), son retour est toujours à craindre, car les sclérotes se conservent longtemps dans le sol et demeurent résistants, au moins jusqu'à ce jour, à tous les produits que l'on cherche à employer pour les combattre. Il est toutefois à remarquer que le sclérotinia se propage surtout dans les terres où une rotation des cultures n'est pas judicieusement observée.

C'est là une indication précieuse, dont il y a lieu de tirer profit. On évitera donc, par une alternance bien comprise, le retour fréquent de cultures épuisantes sur le même emplacement. Bien que moins fréquente sous notre climat, la rouille du haricot peut, en certains cas, provoquer d'assez importants dégâts. Ce petit champignon manifeste sa présence au début par la formation de pustules blanches ; plus tard apparaissent sur les feuilles, les tiges, et même sur les gousses, quantité de petites pustules arrondies, brunes en premier lieu, puis noires et poussiéreuses. La rouille du haricot n'est à redouter que lorsqu'elle apparaît au début de la feuillaison. Mais quelquefois, et surtout sur les variétés à rames, elle prolifère de telle sorte qu'elle peut entraîner le flétrissement, ce qui entrave la maturité des graines.

Cette affection est particulièrement à craindre dans le Midi de la France et dans le nord de l'Afrique. La rouille peut être prévenue par des traitements cupriques liquides : carbonate de cuivre 0kg,500 par hectolitre d'eau ou bouillie bordelaise à 1 kg de sulfate de cuivre pour 100 litres.

Le premier traitement doit être appliqué dès que les jeunes plantes ont de quatre à cinq feuilles, les suivants toutes les trois ou quatre semaines jusqu'au début de la récolte. On peut également faire des poudrages avec des poudres cupriques. Si les haricots doivent être consommés en vert, on cessera le traitement dès la fin de la floraison. Après la récolte, brûler les plantes atteintes ; alterner la culture.

Une autre affection grave, peut-être la plus grave, est l’anthracnose ; elle se caractérise par la formation de petites taches brunes, puis blanchissant au centre, sur les divers organes des plantes. Au début, ces taches intéressent uniquement les feuilles. Bientôt cependant ces taches se multiplient en même temps que les parties atteintes rougissent partiellement, se creusent, se fendillent jusqu'à la perforation. À ce moment, l'action du parasite exerce ses ravages non seulement sur les feuilles, mais aussi sur les tiges et les gousses. Les tiges infectées se dessèchent et tombent les unes après les autres. Les gousses contaminées ne se développent pas ou, si elles sont déjà formées, elles deviennent chancreuses. L'action du champignon s'exerçant non seulement en surface, mais également en profondeur, les grains eux-mêmes sont atteints. Ils sont alors couverts de taches noirâtres ou rougeâtres plus ou moins concaves.

Les plantes malades sont peu productives. La maladie se propage d'une année à l'autre par les tiges desséchées ou par la graine infectée. Une période pluvieuse, avec température relativement basse, favorise l'évolution du champignon.

Les moyens de lutte contre l’anthracnose consistent :

      1° À brûler après la récolte les tiges sèches.

      2° À n'employer pour les semis que des graines saines. La désinfection des semences ne donne que des résultats assez aléatoires.

      3° Pratiquer l'alternance des cultures ; avoir recours à des variétés résistantes.

      4° Lorsque les premières feuilles se sont développées, traiter les haricots avec une bouillie cuprique à faible dose (carbonate de cuivre ou oxychlorure de cuivre à 0kg,500 p. 100) et répéter le traitement deux fois à deux ou trois semaines d'intervalle en visant surtout la base des touffes.

Des dégâts analogues à ceux causés par l'anthracnose sont ceux produits par la graisse du haricot. Cette maladie attaque les feuilles, les pétioles, les tiges, les gousses et les graines du haricot en formant sur les organes atteints des taches jaunes, transparentes et huileuses ; plus tard, les feuilles brunissent et tombent. Sur les gousses et les graines, les taches conservent leur coloration verdâtre, ainsi que leur aspect huileux.

Par temps pluvieux, on voit apparaître à la surface des taches des gouttelettes grisâtres et visqueuses de la grosseur d'une tête d'épingle ; ce sont les colonies de bactéries, que la pluie et les limaces sont susceptibles de disséminer sur les plantes saines. La graisse se transmet surtout d'une année à l'autre par les graines contaminées.

La désinfection des graines ne donnant pas de résultats, il est indispensable de ne semer que des graines saines. La destruction des limaces est également à conseiller.

Les traitements cupriques appliqués à la même époque que ceux effectués contre l'anthracnose produisent des résultats assez satisfaisants.
A. GOUMY,

Ingénieur horticole.
   
Le Chasseur Français N°641 Juillet 1950 Page 419 

Tags : haricot
Category : HARICOT | Write a comment | Print

Comments

Lanoe Gérard, le 23-06-2012 à 08:25:31 :

Jardinier amateur

Ma planche de haricots a très bien levés, après la pluie de ces derniers jours un ploquet a flétri puis la tige s'est décharnée à partir des  racines, comme une petite ficelle blanche, et s'est dessèchée. Pourriez vous m'informer sur cette maladie car je crains qu'elle prenne de l'extention, et les moyens d'y remédier.

Par avance, je vous remercie de vos conseils

A bientôt.

Gérard LANOE 

Mr Blanchereau, le 10-07-2011 à 10:10:29 :

maladie sur haricots vert à rames

Monsieur

depuis plusieurs années je cultive des haricots verts à rames (fortex) je suis tres ambeté car je

ne peu pas récolter plus de50% de la récolte tous les ans.Je vais essayer de vous expliquer ce qu'il se passe.La tige vient légèrement brune,puis les feuilles deviennes granuleuses et

prennent une coloration vert tres clair à part les nervures,etpeut à peut la feuille se déssèchent les pieds qui sont atteinds très jeunes crèvent,et certains prospèrent etdeviennent

comme je vous l'ai d'écri,par contre les hricots ne sont pas atteinds,à part qu'il y en à très peu.

je compte sur vous pour me trouver une solution,car personne n'a pût me dire ce qu'il se passe

si j'avais pût je vous aurais envoyé des photos.

                                                                                        Salutations

 

| Contact author |