L'art du repiquage » maladies des plantes , agriculture et écologie

 L'art du repiquage

8/12/2008

L'art du repiquage
    
Bon nombre de plantes poussent jusqu'à leur utilisation ou leur maturité à l'endroit même où elles ont été semées ; mais, pour certaines, il est parfois nécessaire de les repiquer, après le semis, pour que leur développement se fasse normalement.

Le repiquage est l'opération qui consiste à déterrer, avec le plus possible de racines, un plant d'un semis trop serré pour le transplanter dans un autre lieu.

Outre ce résultat, qui consiste à mettre une fois pour toutes en place un plant, cette opération peut également avoir pour effet de fortifier des plants faibles en une « pépinière d'attente » de façon à les « étoffer » convenablement, en vue d'un repiquage définitif ultérieur.

On conçoit que cette pratique si importante ne se fait pas au petit bonheur, qu'elle demande une certaine pratique justifiée, à tel point qu'on a pu parler de « l'art de repiquer ».
Pratique de l'art du repiquage.

- Nous considérerons les deux cas dont il a été question ci-dessus : repiquage en pépinière d'attente et repiquage ordinaire.

1° Repiquage en pépinière d'attente.

- C'est la pratique à employer pour les légumes délicats : aubergines, melons, cornichons, ou pour les plants à fortifier : tomates ou plantes ayant végété au cours de leur semis sur couche.

On déterrera soigneusement les plants avec leurs racines nues ou très peu garnies de terre et on les écartera de 15 à 20 centimètres dans tous les sens. Très rapidement, si les conditions normales de sol, de chaleur et d'humidité sont réunies, nos jeunes plants se développeront, se fortifieront, « s'étofferont » et, de nouveau repiqués en place, ils prospéreront et produiront de beaux et bons produits.

Pour certains, particulièrement ceux qui étaient chétifs ou qui végétaient, une deuxième déplantation et transplantation aura lieu, mais dans ce cas il sera indispensable d'être très prudent : se servir pour l'opération de la houlette pour repiquer avec la motte de terre.

2° Repiquage ordinaire ou normal.

- Voici d'abord quelques règles pratiques qui garantiront l'opération :

      1° Ne pas attendre, pour repiquer, que les plants soient trop gros, trop forts : ils pousseraient avec peu de vigueur ; ainsi, dès que le poireau semé a atteint la grosseur d'un petit crayon, d'un tuyau de plume, il peut être repiqué ;

      2° Plus un plant est jeune, plus il reprend facilement ;

      3° Être prudent pour déterrer le plant : surtout ne jamais l'arracher sous prétexte que la terre n'est pas dure. Pour les tout jeunes plants (tomates, aubergines), se servir d'un petit plantoir ou, à défaut, d'une simple petite cheville ou d'une petite spatule. Pour les plants plus forts, ne les soulever qu'en s'aidant du déplantoir et en veillant à ce que les racines ne se rompent pas et conservent même des parcelles de terre ou de terreau ;

      4° Ne jamais tarder pour repiquer des plants déterrés :

         - à cet effet, ne déplanter que peu de plants à la fois et les repiquer tout de suite ;

         - ne pas laisser les plants exposés à l'air et, à plus forte raison, au soleil : un plant qui fane reprend mal et dix heures environ d'obscurité sont nécessaires.

Les règles précédentes étant strictement observées, l'opération pratique et simple du repiquage réussit merveilleusement dans tous les cas : le plant convenable ayant été déterré comme il a été indiqué ci-dessus, ne pas rebrousser les racines en plantant ; pour cela, veiller à ce que le trou soit suffisamment grand pour les recevoir tout entières ; ne pas enterrer le collet, sauf pour les choux, les poireaux, les pissenlits, les tomates, qui ont besoin d'être enfoncés assez profondément dans la terre. La question d'humidité est des plus importantes : après tout repiquage, en été (le trou a été convenablement arrosé), étendre une couche de paillis, de paille ou de feuilles. On peut même employer du papier, mais de couleur foncée ou noire (absorption de la chaleur). Une pratique fort ancienne, et qui donne toujours de bons résultats, consiste à habiller les plants avant de les repiquer : on plonge les racines dans une bouillie assez épaisse, composée de terreau, d'eau, de crottin de cheval à demi sec ou de bouse de vache. Cette composition se colle alors aux jeunes racines et forme ainsi autour d'elles une sorte de cuirasse spongieuse permettant au plant ( même le plus faible ) de former des racines qui trouveront, à leur naissance, en même temps qu'une alimentation assez riche, l'humidité suffisante permettant de vivre une quinzaine de jours au moins sans arrosage supplémentaire.

On habille également en coupant, avec un bon tranchant, l'extrémité des racines et les sommités : cette opération facilite beaucoup la reprise.

L'art du repiquage ainsi pratiqué fournira des sujets trapus, résistants, qui donneront des produits précoces et qui ne monteront pas à graines.

Ch. BOILEAU.
   
Le Chasseur Français N°641 Juillet 1950 Page 420 

Category : TECHNIQUES AGRICOLES | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |