La FAO lance le Réseau mondial sur le palmier-dattier dont la production est en décl » maladies des plantes , agriculture et écologie

 La FAO lance le Réseau mondial sur le palmier-dattier dont la production est en décl

19/11/2008


La FAO lance le Réseau mondial sur le palmier-dattier dont la production est en déclin

13 juillet 2008 Un Réseau mondial sur le palmier-dattier vient d'être lancé par la FAO afin de promouvoir la recherche et les échanges d'informations sur la production, les ressources et les bénéfices sociaux et écologiques du palmier-dattier qui connait actuellement de graves difficultés.

Faibles rendements liés à l'insuffisance de la recherche, propagation de parasites et problèmes de commercialisation affectent cet arbre des régions chaudes, principalement cultivés en Asie du Sud-Ouest et en Afrique du Nord, indique un communiqué de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) diffusé aujourd'hui.

La production de dattes est une culture de subsistance extrêmement importante dans la plupart des régions désertiques. Pour des millions de personnes, elles représentent un apport nutritionnel important contribuant à la sécurité alimentaire, précise le communiqué qui ajoute que l'arbre et ses fruits font en outre partie intégrante de la culture et de la diversité agrobiologique des régions désertiques.

Au cours de la dernière décennie, la productivité des palmiers-dattiers a décliné dans les zones de culture traditionnelles. La FAO estime à 30% la production perdue sous l'effet des maladies et des parasites, le charançon rouge au Moyen-Orient ou encore la maladie dite du "bayoud" en Afrique du Nord.

Sur une production mondiale d'environ 5,4 millions de tonnes en 2002, la région du Golfe a produit environ 65% du total et l'Afrique quelque 35%.

"Les parasites et les maladies se répandent de plus en plus avec l'accroissement du commerce et des voyages dans un système de mondialisation", selon l'expert du Service de la protection des plantes de la FAO, M. Peter Kenmore.

Un récent séminaire sur la protection intégrée du palmier-dattier dans les pays du Golfe persique a a recommandé de renforcer les stratégies biologiques de lutte phytosanitaire au Moyen-Orient, de renforcer la recherche interdisciplinaire et le suivi sur le terrain pour détecter et éradiquer les nuisibles à un stade précoce.

Selon la FAO, les systèmes de quarantaine devraient être complétés par des observations sur le terrain et la formation des agriculteurs et travailleurs agricoles.

L'Algérie, le Bahrein, le Chili, l'Egypte, l'Inde, l'Iran, la Jordanie, le Maroc, la Namibie, le Sultanat d'Oman, la Palestine, le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Tunisie et les Emirats Arabes Unis, entre autres pays, ont rejoint le Réseau mondial sur le palmier-dattier.

Un Réseau mondial sur le palmier-dattier vient d'être lancé par la FAO afin de promouvoir la recherche et les échanges d'informations sur la production, les ressources et les bénéfices sociaux et écologiques du palmier-dattier qui connait actuellement de graves difficultés.

Faibles rendements liés à l'insuffisance de la recherche, propagation de parasites et problèmes de commercialisation affectent cet arbre des régions chaudes, principalement cultivés en Asie du Sud-Ouest et en Afrique du Nord, indique un communiqué de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) diffusé aujourd'hui.

La production de dattes est une culture de subsistance extrêmement importante dans la plupart des régions désertiques. Pour des millions de personnes, elles représentent un apport nutritionnel important contribuant à la sécurité alimentaire, précise le communiqué qui ajoute que l'arbre et ses fruits font en outre partie intégrante de la culture et de la diversité agrobiologique des régions désertiques.

Au cours de la dernière décennie, la productivité des palmiers-dattiers a décliné dans les zones de culture traditionnelles. La FAO estime à 30% la production perdue sous l'effet des maladies et des parasites, le charançon rouge au Moyen-Orient ou encore la maladie dite du "bayoud" en Afrique du Nord.

Sur une production mondiale d'environ 5,4 millions de tonnes en 2002, la région du Golfe a produit environ 65% du total et l'Afrique quelque 35%.

"Les parasites et les maladies se répandent de plus en plus avec l'accroissement du commerce et des voyages dans un système de mondialisation", selon l'expert du Service de la protection des plantes de la FAO, M. Peter Kenmore.

Un récent séminaire sur la protection intégrée du palmier-dattier dans les pays du Golfe persique a a recommandé de renforcer les stratégies biologiques de lutte phytosanitaire au Moyen-Orient, de renforcer la recherche interdisciplinaire et le suivi sur le terrain pour détecter et éradiquer les nuisibles à un stade précoce.

Selon la FAO, les systèmes de quarantaine devraient être complétés par des observations sur le terrain et la formation des agriculteurs et travailleurs agricoles.

L'Algérie, le Bahrein, le Chili, l'Egypte, l'Inde, l'Iran, la Jordanie, le Maroc, la Namibie, le Sultanat d'Oman, la Palestine, le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Tunisie et les Emirats Arabes Unis, entre autres pays, ont rejoint le Réseau mondial sur le palmier-dattier.

source: http://www.un.org

Category : PALMIER DATTIER - PHOENICICULTURE - 1 | Write a comment | Print

Comments

AGRONOMES/, le 01-04-2011 à 16:21:00 :

SAUVER LES PALMIERS DATTIERS DU SOUF

LES PALMERS DATTIERS NON IRRIGUES SOUFFRE CES DERNIERES ANNEES PUISQUE NOS RESPONSABLES NON RIEN FAIT POUR LES PROTEGER .

CE TYPE D AGRICULTURE NA PAS BESOIN D IRRIGATION MAIS LE PALMIER EST PLANTE A UN PROFONDEUR DONT ELLE SAPPROVISIONNE .

DES FORAGES A PROXIMITE CAUSE LA REMONTE DES EAUX CE QUI PROVOQUE L ASPHIXIE DE CE DERNIER 

| Contact author |