Culture des navets d'automne » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Culture des navets d'automne

8/10/2008

Culture des navets d'automne
 

Bisannuel, indigène, soumis de temps immémorial à la culture et facilement modifiable dans sa saveur et ses caractères extérieurs par le sol et le climat, le navet présente un grand nombre de variétés souvent peu dissemblables entre elles. Nous nous limiterons aujourd'hui à signaler seulement celles qui, semées tardivement, sont susceptibles de fournir des racines de longue conservation et, par cela même, précieuses pour la consommation durant la mauvaise saison.

Parmi les plus intéressantes de ce groupe, citons :

      Le navet de Meaux, racine assez grosse et surtout très longue, quelquefois courbée, se conserve bien l'hiver ; c'est un navet de grande culture et d'excellente qualité.

      Le navet de Freneuse, racine petite, allongée, enterrée, souvent ramifiée, chair ferme, sèche et très sucrée, qualité supérieure. Ce navet convient tout particulièrement pour les terres maigres sans grande fraîcheur.

      Le navet blanc dur d'hiver, racine conique, chair ferme et de très bonne qualité, très cultivée en arrière-saison.

      Le navet d'hiver de Montesson, variété rustique pouvant rester en terre une partie de l'hiver ; de très bonne qualité.

En ce qui concerne ses exigences culturales, le navet se développe d'autant mieux que le climat est doux et humide ; mais sa culture n'en est pas moins possible en toutes régions, à la condition toutefois de lui fournir l'eau qui lui est nécessaire. En sol perméable, dans les terres sèches, faute d'arrosages, le navet donne des produits filandreux à saveur acre.

Les terres un peu fortes, profondes et fraîches, conviennent particulièrement bien à la culture de ce légume.

En terrain calcaire, la production est toujours médiocre et de qualité inférieure.

Comme fumure, on utilise en moyenne à l'are :
Fumier bien décomposé  ............................150  kilogrammes.
Scories ou superphosphate de chaux  .............3    kilogrammes
Sulfate de potasse ou chlorure de potassium  ....1  kg,200

Cette fumure est incorporée au sol trois semaines environ avant l'exécution du semis.

Lorsque le fumier fait défaut, il est néanmoins possible d'obtenir des résultats satisfaisants en répandant à l'are, quinze jours ou trois semaines à l'avance, les engrais suivants :
Superphosphate de chaux ...... 5 kilogrammes.
Sulfate de potasse ............... 1 kg,500
Sulfate d'ammoniaque ........... 1 kg,500

On enfouit par un léger labour ou un fort hersage. Un épandage de nitrate (0kg,800 à 1 kg. à l'are), fait après l'éclaircissage, produit toujours un très bon effet.

Les navets d'automne se sème fin août courant de septembre. Ce sont ceux exécutés dans la première quinzaine de ce dernier mois qui donnent les meilleurs résultats. On sème à la volée ou en rayons espacés de 15 à 20 centimètres, profonds de 1 à 2 centimètres. La quantité de graines utilisée est en moyenne de 30 à 40 grammes à l'are. On recouvre au râteau ou à la herse, puis on plombe le sol à l'aide d'un rouleau, d'une batte ou simplement avec le dos d'une pelle. Des arrosages légers et répétés fréquemment favorisent la levée.

Lorsque les jeunes plantes ont de 3 à 4 feuilles, on éclaircit en laissant entre elles un écartement de 15 à 20 centimètres, suivant le développement que peut prendre la variété cultivée. De copieux arrosages sont nécessaires pendant les périodes de sécheresse prolongée, pour éviter le durcissement des racines ; ils ont encore comme effet de faciliter la croissance des plantes et de réduire les dégâts occasionnés par l'altise.

Les soins d'entretien se limitent par la suite à quelques binages et sarclages.

Les navets devant constituer la provision d'hiver sont arrachés en octobre-novembre. Débarrassés de la terre qui adhère à leur surface, les racines sont ensuite décolletées, puis rentrées en cave, après les avoir laissées se ressuyer pendant quelques heures à l'air libre.

On les dispose alors en meules, le collet au dehors, ce qui permet la suppression facile des bourgeons au fur et à mesure qu'ils apparaissent et d'éviter ainsi que les racines se creusent.

Le rendement varie entre 250 et 500 kilogrammes à l'are, suivant la variété et la richesse du sol.

Parmi les ennemis s'attaquant au navet, le plus redoutable est l'altise ou puce de terre, petit coléoptère bleuâtre qui se déplace par bonds rapides.

L'altise ronge le limbe des feuilles, ne laissant parfois que les nervures. Les dégâts sont d'autant plus considérables qu'il fait sec et chaud. On combat cet insecte par des arrosages fréquents ou, mieux encore, par des poudrages faits à l'aide de produits roténonés .

L’anthomyie ou mouche du chou peut, elle aussi, occasionner d'importants dégâts. Les larves de cette mouche pénètrent, en effet, dans les racines et les rendent véreuses.

Comme maladie, la hernie du navet, analogue à la hernie du chou, est particulièrement dangereuse. Les racines atteintes se boursouflent, se déforment et sont inutilisables.

Les moyens employés pour entraver le développement de cette maladie consistent à arracher et brûler les plantes atteintes, à cesser pendant plusieurs années la culture de crucifères sur le terrain infesté.

Il y aura lieu également d'éviter l'utilisation de fumier frais. Enfin, dans les sols pauvres en chaux, il est recommandable d'incorporer au sol, au moins trois semaines avant le semis, 1 à 2 kilogrammes de chaux éteinte ou 50 à 80 grammes de chaux azotée par mètre carré.

A. GOUMY,

Ingénieur horticole.

Le Chasseur Français N°643 Septembre 1950 Page 547

Category : NAVETS | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |