Les champignons parasites et les pectisides agissent-ils conjointement pour tuer les abeilles ? » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Les champignons parasites et les pectisides agissent-ils conjointement pour tuer les abeilles ?

8/8/2008

"Les champignons parasites et les pesticides agissent-ils conjointement et en synergie pour tuer les abeilles ?" par le Professeur Joe Cummins

 

Traduction et compléments de Jacques Hallard

Le Professeur Joe Cummins apporte la preuve que des champignons parasites peuvent tuer des insectes en présence de faibles concentrations de pesticides qui, normalement, ne sont pas létales à ces concentrations. Communiqué de presse de l’Institut ISIS en date du 07/06/2007

La version originale en anglais, intitulée Parasitic Fungi and Pesticides Act Synergistically to Kill Honeybees ? est accessible par les membres de l’ ISIS sur le site Internet suivant : www.i-sis.org.uk/Parasiticfungi.php

Une version électronique de ce rapport, ou de n’importe quel autre rapport émanant de l’ ISIS, avec toutes les références bibliographiques, peuvt être expédiée sur demande effectuée par messagerie électronique, moyennant une participation de 3,50 £. S’adresser à : report@i-sis.org.uk

Pesticides et champignons parasites sont coupables d’agir de façon conjointe et en synergie

Les abeilles se trouvent face à une menace inégalée, devant quelque chose qui les amène à quitter leur ruche, sans espoir d’y retourner. Les scientifiques appellent cela le « syndrome d’effondrement des ruches », ou “colony collapse disorder” = CCD en anglais [1] (Mystery of Disappearing Honeybees, SiS 34).

Les principaux suspects dans la mort et la disparition des abeilles semblent inclure : des insecticides systémiques (les pesticides systémiques du groupe des néonicotinoïdes qui sont employés dans le monde entier pour traiter les semences et les cultures des plantes qui ont été génétiquement modifiées [1, 2] (Requiem pour l’abeille, SiS 34), [3] (Parasitic Fungus and Honeybee Decline SiS 35), ainsi que des rayonnements associés aux téléphones sans fil [4] (Mobile Phones and Vanishing Bees, SiS 34, publié sur ce site).

Cependant, il est peu probable que les facteurs qui sont suspectés agissent indépendamment les uns des autres et il y a des indices qui suggèrent que des champignons parasites et certains pesticides interagissent entre eux et en synergie, provoquant la destruction des abeilles.

Des champignons parasites, utilisés pour la lutte biologique, voient leur action renforcée en présence de pesticides du groupe des néonicotinoïdes présents à des doses normalement non létales.

Certains champignons parasites sont très utilisés pour le contrôle de certains ennemis des cultures en lutte biologique. Les spores de ces champignons sont appliquées sous forme de pulvérisations ou d’appâts et on a observé que ces parasites interagissent fréquemment et en synergie avec des pesticides du groupe des néonicotinoïdes, en particulier l’imidaclopride, provoquant la destruction des abeilles.

Lorsque les spores du champignon sont appliquées sous forme de suspensions, en même temps que ce type de pesticide à des concentrations faibles et non létales, l’activité insecticide des spores fongiques est augmentée de façon significative.

Lorsque les spores du Beauveria bassinia sont employées pour traiter contre un ennemi du riz, la cicadelle, en accompagnement avec de l’imidaclopride à une dose sous létale, ces spores affectent les cicadelles plus précocement et en plus grand nombre. [5].

Le champignon Lecanicillium muscarium, associé à des doses sous létales d’imidaclopride, a permis un contrôle satisfaisant de la mouche blanche de la patate douce, ce qui a permis de l’inclure dans les programmes de gestion des ennemis des cultures dans le cadre de la lutte intégrée. [6].

Les spores de Beauveria bassinia, combinées avec l’imidaclopride à un dixième de la concentration de la dose mortelle, se sont avérées augmenter de manière significative le contrôle de la fourmi découpeuse des feuilles [7].

De la même manière, des termites ont été combattus par de l’imidaclopride à des niveaux sous létaux, qui a augmenté l’activité destructrice du champignon parasite Metarhizium anisopliae [8]. La présence des insecticides au niveau sous létal semble interférer avec le système immunitaire de l’insecte, rendant celui-ci plus sensible aux agents microbes pathogènes fongiques.

Les abeilles se trouvent exposées à des concentrations normalement non létales de pesticides et à des champignons employés dans la lutte biologique

Les insecticides du groupe des néonicotinoïdes employés pour enrober les semences sont de nature systémique et s’accumulent dans les différentes parties des plantes, y compris dans les fleurs.

Par conséquent, les abeilles qui collectent le pollen sont exposées au pesticide et deviennent plus sensibles aux agents pathogènes fongiques. Le champignon parasite unicellulaire, Nosema ceranae, a été en effet trouvé dans les ruches d’abeilles qui étaient affectées par le « syndrome d’effondrement des ruches », en divers points des Etats-Unis [3].

Le Nosema locustae est un champignon qui a été commercialisé pour la lutte biologique des criquets et des sauterelles.

Une stratégie de lutte intégrée contre les ennemis des cultures, est constituée à partir de l’emploi du champignon ascomycète Metarhizium, en incorporant des pesticides chimiques à de faibles concentrations avec des options biologiques complémentaires comme Nosema locustae, un champignon microscopique classé parmi les Microsporidies, ainsi que des espèces hyménoptères du genre Scelio qui sont des parasitoïdes des oeufs [9].

Nosema bombycis a été un ennemi important du ver à soie mais il a été employé pour contrôler la teigne des crucifères [Plutella xylostella].

Une autre microporidie, de l’espèce Vairimorpha, isolée à partir de la teigne des crucifères en Malaisie, a causé 100 pour cent de mortalité lorsqu’il est appliqué sur des larves de cet ennemi à raison de 1.500 spores par larve [10]. L’espèce Nosema pyrausta infecte la pyrale du maïs et peut être employée dans la lutte biologique contre cet ennemi des cultures.

Les champignons parasites augmentent la capacité de destruction du pesticide biologique Bt.

L’implication des biopesticides Bt produits par les plantes génétiquement modifiées a également émergé de façon évidente. La toxine purifiée Bacillus thuringiensis Cry1Ab a été administrée dans l’alimentation des larves d’un insecte foreur, soit infectées par l’espèce Nosema, soit non infectées par cette microsporidie. L’infection avec Nosema a ramené la dose mortelle de la toxine Cry1Ab à un tiers de la dose mortelle des larves non infectées [11].

Lorsque des formulations de Bacillus thuringiensis ’kurstaki’ ("Dipel") ont été utilisées pour traiter des larves de pyrale ou foreur du maïs, soit infectées par le Nosema pyrausta, soit non infectées, les larves infectées ont présenté une sensibilité à une dose mortelle 45 fois plus basse que les larves non infectées [12].

Je ne suis pas en train de suggérer que les agents de lutte biologique constituent une menace pour l’abeille, mais plus exactement, que l’exposition à des concentrations sous létales des insecticides systémiques, utilisés à la fois dans le traitement des semences conventionnelles et sur des plantes génétiquement modifiées, ainsi répandus lors des applications foliaires et sur le sol, peuvent affecter les insectes utiles en abaissant leur immunité vis-à-vis des champignons parasites.

En outre, les abeilles qui ne sont pas spécialement affectées par une exposition aux toxines Bt dans les plantes génétiquement modifiées, peuvent succomber beaucoup plus aisément quand elles sont infectées par des champignons parasites, comme cela a été rapporté à la suite d’une expérimentation effectuée à l’université d’Iéna en Allemagne [13].

Les expérimentations ont été réalisées en n’étudiant qu’un seul facteur à la fois

Les autorités chargées de la réglementation et des contrôles ont permis un déploiement important des insecticides systémiques pour le traitement des semences et ils ont autorisé l’utilisation à une grande échelle des pulvérisations foliaires avec des insecticides systémiques sur une large gamme de plantes destinées à l’alimentation humaine et animale.

L’impact de tels pesticides sur les abeilles a été évalué en utilisant des mesures de la dose mortelle des seuls pesticides concernés, en ignorant l’évidence selon laquelle que des doses sous létales de ces insecticides agissent en synergie avec certains champignons, parasites fongiques des insectes.

Les abeilles peuvent se retrouver victimes d’un « feu ami » visant à exterminer des parasites d’insectes [nuisibles aux cultures]. Malheureusement, les autorités chargées de la réglementation et des contrôles à travers le monde ont traité le déclin des abeilles avec une ’vision de tunnel’, [avec une approche étroite et bornée], en ignorant les interactions bien établies entre les pesticides et les champignons parasites.

Il est grand temps que ces autorités se réveillent et imposent une interdiction des pesticides systémiques avant que davantage d’abeilles ne succombent.

Définitions et compléments en français

Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant

Avec définitions, schémas, photos, liens internet : en fichier pdf joint à cet article.

 

Documents joints à l’article sur :

 

http://yonne.lautre.net/article.php3?id_article=2400

Category : ENVIRONNEMENT ET SANTE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |