Etude electrophoretique du polymorphysme enzymatique chez trois isolats d'Ascochyta Rabiei (Pass.)Lab. agent de l'Anthracnose du pois chiche (Cicer Arietinum) » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Etude electrophoretique du polymorphysme enzymatique chez trois isolats d'Ascochyta Rabiei (Pass.)Lab. agent de l'Anthracnose du pois chiche (Cicer Arietinum)

23/7/2008

Etude electrophoretique du polymorphysme enzymatique chez trois isolats d'Ascochyta Rabiei (Pass.)Lab. agent de l'Anthracnose du pois chiche (Cicer Arietinum)

M. .KHOUAIDJIA, L. BOUABALLAH,Z. BOUZNAD.

Laboratoire de phytopathologie, départementde biologie,  Faculté des Sciences,Université d'Es-Senia,Oran, 31000, ALGERIE.

RESUME :

L'Anthracnosedue à Ascochyta rabiei   est de loin la maladie la plus importante et la plus dévastatrice pour la culture de pois chiche en Algérie et dans de nombreux autres pays. La grande variabilité de ce pathogène est à l'origine de l'échec de nombreux programmes de sélection de cultivars résistants. des différences morphologiques et pathogéniques ont été remarqué chez trois isolats(S1, S2,et S3) d'origine Algérienne.L'électrophorèse sur gel polyacrylamide des phosphatases acides et des estérases des trois isolats a fait ressortir des différences dans les profils de ces hydrolases, ce qui confirme les différences enregistrées entre les trois isolats, et en particulier entre l'isolats S2 et les deuxautres (S1 et S3).

   Mots clés :  Anthracnose du pois chiche, Aschochyta rabiei, Cicer arietimum, Variabilité pathologique, polymorphisme enzymatique.

 ABSTRACT 

 

 INTRODUCTION

Ascochyta rabiei est le principal pathogène  du pois chiche (Tenhaken etal, 1991). Les plantes de pois chiche peuvent être a attaquées durant tous  les stades de leur  croissance et sur toutes leurs parties aériennes lorsque les conditions sont favorables aux développement (Nene etReddy, 1987). Les symptômes sont caractérisés par des nécroses de petite taille, de forme circulaire sur les follioles et les gousses et beaucoup plus allongées sur les tiges . Ces lésions présentent des pycnides disposées encercles concentriques  et de couleu rvariable selon les isolats. Le développement du pathogène est favorisé par des températures douces et une forte humidité (Höhl et al., 1990). En Afrique du Nord ces conditions sont réunies en hivers, ce qui conduit les agriculteurs à faire des semis de printemps ; ces semis tardifs ne permettent pas à la culture de valoriser les conditions hivernales. D'autre part les rendements des cultures précoces restent très réduits en absence de cultivars résistants àl'Anthracnose. Durant les soixante dernières années, des efforts considérables ont été consentis pour la recherche d'hôtes résistants à la maladie, mais avec très peu de succès en raison de la grande variabilité du pathogène. Tout travail d'amélioration implique pour la résistance implique une connaissance approfondie du pathogène, d'ou l'importance d'une discrimination et d'une caractérisation faciles et précises. Dans ce travail nous avons essayer de confirmer la présence des différences déjà observées dans la morphologie et la pathogénie, à travers l'étude des zymogrammes des estérases et des phosphatases acides.   

Matériel et méthodes :

Matériel fongique.

Lesisolats d'Ascochyta rabiei utilisés proviennent de cultures monospores du champignon, prélevé sur des gousses, des graines, des tiges ou des feuilles de plantes atteintes d'Anthracnose. plantes malades ont été récoltées dans trois régions de production de pois chiche en Algérie (Est, centre et ouest).

Méthode d'extraction des protéines fongiques et électrophorèse

Après15 jours d'incubation sur le milieu pois chiche liquide, sous une température de 22°C et une photopériode de 12 heures, le mycélium est récupéré par centrifugation à 5000 t/ mn pendant 15 mn à 4°C. Il est broyé en présence de tampon phosphate (0.2 M,pH 7.2) selon le rapport p/v et d'une prise de sable. Les broyats sont centrifugés à 20 000 t/mn pendant 20 mn à 4°C. Le surnagent est utilisé immédiatement pour l'électrophorèse. Celle-ci est réalisée sur gel de polyacrylamide ( gel de concentration à 5% d'acrylamide dans du tampon tris-HClpH 6.8 et gel de séparation à 10% d'acrylamide dans du tampon tris-HCl pH 8.8). le volume de chaque dépôt est de 35ml ( 9 dépôts par plaque). La migration est faite à 7°C et les gels sont soumis  à un courant de 50mA et  75 volts en début de migration, la tension est ramenée à 120volts dés que les échantillons arrivent dans le gel de séparation et jusqu'à la fin de la migration.Les gels sont  ensuite démoulés délicatement  avant d'être incubés dans les mélanges réactionnels suivants :                                                                            

Phosphatases acides :

      Tampon acétate  0.2 M pH 5...........................25 ml

      a-naphtyl phosphateacide..............................15 ml

Fast-blue RRsalt.....................................25 mg

 

estérases

            Tampon phosphate 0.2 M pH7.1............24.250 ml

            a-naphtyl acétate à 2% dans l'acétone......0.375 ml

            b-naphtyl acétate à 2% dans l'acétone.........0.375 ml

            Fast blueRR......................................     ... .100 mg

Après révélation,  les gels sont lavés dans trois successifs  d'eau distillée, ils sont ensuite fixés à l'acide acétique à 7 %, puis conservés pendant plusieurs mois dans cette même solution.

 

 

 

Category : POIS CHICHE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |