Les premiers dégâts constatés au boulevard du Millénium: Menace sur les espaces verts. » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Les premiers dégâts constatés au boulevard du Millénium: Menace sur les espaces verts.

29/6/2011

fumagineLes premiers dégâts constatés au boulevard du Millénium: Menace sur les espaces verts.

Par S. M.

Les services de la wilaya viennent de publier un bulletin d'alerte pour mettre en garde les communes et les services chargés de la gestion des espaces verts sur la propagation rapide d'une maladie cryptogamique qui menace les plantes et en particulier les lauriers. Les premiers dégâts ont été constatés au bd Millénium et un peu partout dans la ville d'Oran. Il s'agit en fait de la fumagine provoquée généralement par une moisissure noire due à un champignon de type Capnodium oleaginum ou Fumago salicina dont les spores se déposent et se développent sur le miellat (excréments sucrés) sécrété par certains insectes piqueurs. La fumagine en trop grande abondance réduit la photosynthèse et peut provoquer une asphyxie des feuilles de la plante attaquée. Elle ralentit la croissance et laisse une couche noirâtre sur les feuilles. Selon le Dr Tendjaoui de l'Institut national de protection des végétaux (INPV) de Misserghine, l'insecte responsable de ces dégâts est la cochenille farineuse. De forme ovale, ce parasite se recouvre souvent d'un amas blanc ou rosé qui lui donne un aspect cotonneux. Cet insecte profite des températures élevées pour se reproduire. Il se nourrit de la sève de la plante qui finit donc par s'affaiblir, ce qui altère le bon développement et la croissance des végétaux et peut provoquer l'apparition de la fumagine. Il existe plusieurs espèces de cochenille farineuse. Les plus connues portent les noms scientifiques de Pseudococcus Longispinus, Pseudococcus Affinis et Planococcus Citris. Recouverte d'un duvet cotonneux, elle ressemble à un morceau de coton et ne possède ni carapace ni bouclier. Son corps est mou et cireux. Les végétaux souvent touchés par la cochenille sont le laurier-rose, le lilas, l'olivier, le ficus ou l'hibiscus, les orchidées, les rosiers, mais aussi les agrumes, le tilleul, le mûrier, le groseillier, le pêcher ou encore, plus rarement, le pommier. Concernant les symptômes, les feuilles visitées par la cochenille farineuse deviennent collantes, présentent des traces visqueuses et finissent pas tomber. Pour le traitement des plantes, il suffit de pulvériser un insecticide d'ingestion et de contact à l'exemple du «Dursban». «150 ml de ce produit devront être dilués dans 100 litres d'eau. Cet antidote est le meilleur remède pour se débarrasser du germe, et éviter sa prolifération à d'autres surfaces non encore infectées», précise-t-on dans le communiqué des services de la wilaya. Les équipes chargées du traitement devront également retirer les cochenilles farineuses à la main et les petits amas blancs qui sont les œufs. Il est également recommandé de nettoyer les parties infestées avec du coton imbibé d'alcool à brûler.

Source : http://www.lequotidien-oran.com

 

 

Category : MALADIES CRYPTOGAMIQUES | Write a comment | Print

Comments

Lori Cohen, le 26-07-2011 à 13:50:07 :

valuable post

Topic is very good, Thank you very much for your information, nice job keep it up.

literature review


Tammy Becker, le 13-07-2011 à 06:48:46 :

Good work

Thanks for giving us such a informative stuff.. I will be definitely coming back to your site.keep the Great work up..

custom logo designs
website logo design
web logo design


| Contact author |