GAZ DE SCHISTE : Miracle ou calamité écologique? » maladies des plantes , agriculture et écologie

 GAZ DE SCHISTE : Miracle ou calamité écologique?

17/6/2011

GAZ DE SCHISTE : Miracle ou calamité écologique?
24 Janvier 2011

Ce gaz non conventionnel à un coût élevé, et qui demande des quantités énormes d’eau...

Depuis quelques années, une nouvelle ancienne énergie a fait son apparition dans les pays développés, au départ aux Etats-Unis: les gaz de schiste ou «shales gas» boostés il est vrai par les prix élevés du pétrole et l’essor de la technologie du forage horizontal et l’amélioration des techniques de fracturation des roches qui ont rendu possible son exploitation. Il est vrai aussi que nous nous dirigeons inévitablement vers un épuisement des réserves d’énergies fossiles: pétrole, gaz et charbon manqueront complètement à l’échelle de la fin de ce siècle. D’après l’AIE, le peakoil aurait été dépassé en 2006, nous serions inéluctablement sur le déclin...Quelques éléments pourraient cependant provisoirement, changer le cours des choses et ralentir ce phénomène de déplétion. Cette nouvelle manne est vue dans les pays occidentaux comme une réponse à l’hégémonie des pays du Sud et de la Russie sur le gaz. Il s’agit bien du même produit que le gaz dit conventionnel: pour l’essentiel du méthane, mais ici stocké dans les roches (des schistes donc), de façon diffuse, ce qui en rend difficile son extraction.
«Le gaz naturel, écrit Eric Delhaye président de Cap 21.2010, va probablement occuper une place importante dans les décennies à venir pour accompagner cette transition. On estime ainsi que la consommation mondiale de gaz devrait passer de 3 Téramètres cubes en 2007 à 4,4 Téramètres cubes en 2030. Alors que les réserves de gaz naturel conventionnel décroissent (estimation à 60 ans de consommation), un certain nombre de pays se tournent de plus en plus vers l’extraction de gaz non conventionnels qui permettent de réévaluer les réserves mondiales de gaz de 60 à 250%, selon Petroleum Economist. Pour certains, c’est la promesse d’un nouvel eldorado économique d’autant plus que les gisements sont disséminés dans de nombreux bassins sédimentaires dans le monde, notamment aux Etats-Unis et en Europe, de quoi s’affranchir de contextes géopolitiques parfois instables. Rappelons en effet, que 4 pays contrôlent aujourd’hui 55% des réserves de gaz naturel conventionnel: Russie, Iran, Qatar et Arabie Saoudite. Les réserves de gaz de schistes sont estimées à 666 Teram3 contre 185 Teram3 de gaz naturel. Le prix d’extraction est de 140 à 210 dollars par milliers de m3. Avec les gaz non conventionnels, la Russie a perdu en 2009 son statut de premier producteur mondial de gaz au profit des Etats-Unis où la production a progressé de 4% pour atteindre 601 Gm3 contre 575 Gm3 pour la Russie.»(1)

Peakoil
Pierre Veya citant le rapport de l’Agence internationale de l’énergie sur les perspectives 2009, rapporte que les réserves mondiales de gaz sont sans doute, beaucoup plus importantes que prévues. «Jusqu’ici, il était communément admis que la planète pourrait satisfaire ses besoins en gaz pour les 60 prochaines années, en puisant dans les stocks de trois pays (Russie, Iran, Qatar) qui se partagent une bonne moitié des réserves. Or, en réalité, les réserves pourraient couvrir deux siècles de consommation si l’on cumule les gaz non conventionnels, en particulier les gaz contenus dans les schistes (shale gaz en anglais) et les zones de transition (gaz de charbon, réservoirs très profonds). Les schistes à porosité très faible, piègent de grandes quantités de gaz provenant de la décomposition de bactéries et de matières organiques. Ils suscitent aujourd’hui, une frénésie d’investissements. Car les gaz de schiste sont de plus en plus exploitables grâce à des techniques de fracturation des roches par l’envoi d’eau et de sable pour libérer les hydrocarbures. C’est aux Etats-Unis, à partir du début des années 90, qu’un «rush» sur ces gisements a démarré avec la mise en service d’une cinquantaine de puits. On en dénombre aujourd’hui, des milliers et les experts prévoient qu’à l’horizon 2030, 60% de la production américaine (la deuxième plus grosse production mondiale après la Russie) pourraient provenir de forages profonds et horizontaux, couvrant de larges territoires. (...) L’Europe, qui redoute de devenir de plus en plus dépendante vis-à-vis de la Russie, trouverait des ressources non exploitées pour desserrer l’étau qui se referme sur elle. (...) Cette perspective expliquerait en partie les difficultés de financement rencontrées par les promoteurs des nouvelles routes de gaz et, contribue sans aucun doute, à fragiliser les grands projets de gaz liquéfiés qui doivent permettre aux Etats-Unis et à l’Europe de diversifier leurs sources d’approvisionnement.»(2)
Bref, c’est une manne céleste; même la France revendique sa part. «Rangez les éoliennes! écrit Laurent Carpentier. Au placard l’énergie solaire! Oubliées nos bonnes résolutions en termes d’émissions de CO2. Nous sommes sauvés: voici le gaz de schiste...La France serait en effet assise sur d’importantes réserves de ce gaz naturel en tout point semblable à celui que l’on connait sauf qu’au lieu d’être concentré au sein de poches souterraines, celui-ci est disséminé dans ces argiles profondes et imperméables. Le principe est simple: après avoir foré verticalement, on pénètre horizontalement les schistes, dans lesquels on envoie à forte pression des milliers de litres d’eau, de sable et un cocktail d’adjuvants chimiques pour ouvrir la roche. On appelle cela la «fracturation hydraulique». Lourde de conséquences pour l’environnement, cette technologie est la clé à la fois géniale et monstrueuse d’une révolution énergétique qui a déjà propulsé les Etats-Unis en première place de la production mondiale de gaz naturel.»(3)

Rush
«Les gaz de schiste connaissent présentement, un essor extraordinaire aux États-Unis. En Europe, les compagnies pétrolières commencent à s’intéresser sérieusement à cette ressource de gaz non conventionnels. Leur exploitation causant une dégradation environnementale incommensurable, les écologistes et environnementalistes sont en alerte. (..) La révélation de tels gisements exploitables représente, pour la société énergivore d’un nouvel âge que l’on qualifie d’oléocène, une manne considérable...Des décennies de gaspillage énergétique sont enfin possibles sans recours aux énergies alternatives et renouvelables, de quoi nous combler, nous enchanter! Une telle exploitation ravageuse n’est rendue possible que grâce à la technique de fracturation hydraulique des roches, ainsi qu’à une récente amélioration des méthodes d’extraction, en particulier par forage horizontal. Les gaz de schiste étant dispersés dans la roche imperméable, il est donc nécessaire de forer d’innombrables puits en fracturant la roche. Chaque puits exploitable ne l’est que brièvement, un suivant doit donc être foré quelques centaines de mètres plus loin, et ainsi de suite...À deux ou trois mille mètres de profondeur, la réunion des micro-poches à l’aide d’un explosif détonné pour chacune des brèches occasionne un véritable séisme. La fracturation se fait par un mélange d’eau en grande quantité, de sable et de redoutables produits chimiques propulsés à très haute pression (600 bars), méthode qui génère la remontée du gaz à la surface avec une partie du redoutable liquide de fracturation. Chaque «frack» nécessite quasiment 15.000 mètres cubes d’eau (soit 7 à 15 millions de litres), un puits pouvant être fracturé jusqu’à 14 fois. L’impact environnemental n’est donc pas neutre. L’eau utilisée doit être ensuite traitée car elle est souvent salée et contient des métaux lourds. La multiplication des forages et des réseaux de pipes affectent gravement les paysages, d’autant plus que la zone de drainage autour des puits étant faible, il peut y avoir un puits tous les 500 mètres. Selon un rapport réalisé l’an dernier par l’EPA (Agence de protection de l’environnement américaine), l’activité du gisement de Barnett Shale, dans le nord du Texas, pollue plus que le trafic automobile de cette ville de 725.000 habitants. Suivant notre devise d’exploiter la Terre jusqu’à la moelle, nous allons droit à un emballement herculéen de la si vaste et si complexe machine climatique, et la France ne va pas s’épargner d’y participer. A la clé: une indépendance énergétique qui vaut bien une catastrophe environnementale finale et réussie.»(4)
«Ces techniques, pense Eric Delahaye, ne sont pas sans poser de lourds inconvénients pour l’environnement. La fracturation hydraulique requiert en premier lieu d’importantes quantités d’eau, plusieurs millions de litres d’eau pour chaque gisement exploité. Elle utilise de nombreux produits chimiques dont on ne connaît d’ailleurs pas la liste exhaustive. On trouve, notamment des produits gélifiants, des antibactériens, des acides...Selon le Département de la protection de l’environnement en Pennsylvanie, c’est un véritable cocktail chimique qui est utilisé par l’industrie avec des composés souvent hautement cancérogènes, et toxiques pour les milieux aquatiques. Ont été identifiés entre autres, le benzène et ses dérivés, les éthers de glycol, des acides, du formaldéhyde, du toluène, du xylène, du naphtalène, des amides et amines...Une partie seulement de l’eau utilisée est récupérée (50 à 90%?) dans de vastes bassins de récupération et nécessite d’être traitée. Les stations d’épuration urbaines ne savent pas traiter ces effluents. Le gaz de schiste est exploité depuis plusieurs années aux Etats-Unis. On y compte près de 500.000 puits d’exploitation dans 31 Etats. En 2009, le gaz non conventionnel a ainsi représenté la moitié de la production gazière américaine, et il en assurerait 60% en 2030, selon les dernières projections de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). L’extraction gazière s’est accompagnée d’activités sismiques anormales dans certaines régions au nord du Texas. Un article paru dans la revue Scientific American souligne aussi des contaminations radioactives à partir de données du Department of environmental conservation (DEC) de New York qui aurait analysé 13 prélèvements d’eaux usées de forage à des centaines de pieds de profondeur. On a trouvé dans les eaux usées du radium 226, à des concentrations dépassant 267 fois la limite permise aux déversements dans la nature, mille fois la limite permise dans l’eau potable.»(1)
Rady Ananda va dans le même sens et décrit les dégâts faits à l’environnement en Arkansas, notamment aux oiseaux qui meurent par milliers. «Au cours des quatre derniers mois de 2010, près de 500 tremblements de terre ont secoué Guy en Arkansas. En 2009, 38 séismes ont eu lieu dans tout l’État. Le point culminant de la fréquence des séismes a été atteint le 30 décembre, avant et pendant la mort de 100.000 poissons, sur une distance de 20 milles au long de la rivière Arkansas, incluant Roseville Township. La nuit suivante, 5000 carouges à épaulettes et étourneaux sansonnets sont morts subitement et sont tombés du ciel à Beebe. Le coupable le plus probable de ces trois événements serait la fracturation hydraulique, puisqu’elle provoque des tremblements de terre entraînant la libération de toxines dans l’environnement.»(5)
«Un examen de l’histoire des séismes et du forage en Arkansas révèle une hausse consternante de la fréquence des tremblements de terre après un forage avancé. Le nombre de séismes en 2010 équivaut presque à celui enregistré pour tout le XXe siècle. L’industrie du pétrole et du gaz nie toute corrélation. En décembre seulement, plus de 150 tremblements de terre ont ébranlé l’Arkansas. Le flot de séismes à Guy est probablement le résultat de six années de forage intense. Guy se situe au coeur de la formation de schiste de Fayetteville, qui, selon l’Arkansas Geological Survey (AGS), est «le foyer actuel d’un programme de développement et d’exploration régional des gaz de schiste». Un milliard de pieds cubes de gaz a été produit dans cette zone depuis 2004. Beebe, là où sont morts les oiseaux, est dans White County et Guy est à l’extrême nord de Faulkner, Co., où les séismes anormaux ont toujours lieu. Les carouges à épaulettes se reposent en groupe pouvant contenir jusqu’à un million d’oiseaux ou plus, incluant souvent d’autres espèces, comme les étourneaux sansonnets et les vachers (Dans les années 1950 et 1960, les dortoirs pouvaient compter 20 millions d’oiseaux). Les carouges préfèrent un couvert végétal bas et dense dans les marécages ou près des ruisseaux. (...) Un tremblement de terre, peu importe à quelle échelle, peut libérer un flux ou un nuage de gaz et de produits chimiques issus de la fracturation. Cela peut facilement expliquer pourquoi des oiseaux endormis s’envoleraient soudainement pour ensuite mourir rapidement en succombant aux fumées toxiques.»(5)
«Le géologue canadien Jack Century est en croisade contre la sismicité induite par le forage irresponsable. La fracturation provoque non seulement de l’agitation microsismique pouvant compromettre l’intégrité des tubages de puits, mais aussi de forts tremblements de terre allant de 5 à 7 sur l’échelle de Richter et causant des décès (...) Étant donné la partialité du gouvernement en faveur des géants de l’énergie - la destruction du golfe du Mexique par BP est un bon exemple - il se peut que davantage d’actions directes soient requises de la part des citoyens si l’on compte sauver l’environnement et la santé humaine de l’industrie du combustible fossile.»(5)

Frack
Comme on le voit, l’extraction des gaz non conventionnels n’est pas sans risque. Les gouvernements, obnubilés par une boulimie énergétique, ont un comportement énigmatique. D’un côté, on parle de changements climatiques, de la nécessité d’aller vers des énergies renouvelables pour ne pas dépasser le seuil de non-retour en termes de changements climatiques. De l’autre, une véritable frénésie s’est emparée des pays industrialisés pour traquer la moindre bulle de gaz et même la moindre goutte de pétrole, comme on le voit par exemple, avec BP (Beyond Pétroleum) qui s’en va en Alaska polluer pour retirer cet «excrément du diable» même si elle démolit l’environnement comme elle l’a fait dans le golfe du Mexique.
Ne vaut-il pas mieux au lieu de foncer tête baissée dans cette aventure, faire une étude pour analyser sérieusement les risques environnementaux, comme le rapporte Louis-Gilles Francoeur à propos du Québec? «L’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (Aqlpa) a proposé, en effet, une «feuille de route» en quatre points qui permettrait justement, à Québec de déterminer d’une manière rigoureuse et socialement acceptable «s’il est souhaitable que le Québec s’engage ou non dans la production de gaz de schiste». Selon ce plan, Québec prendrait trois ans pour déterminer les risques pour l’environnement et la santé humaine.»(6)
L’Algérie n’a pas vu venir les gaz de schiste. Elle peine à placer le GNL, du fait que les Etats-Unis ne prenaient plus le GNL algérien. Par ailleurs, on parle de recherche et d’exploitation de ce gaz non conventionnel à un coût élevé, et qui demande des quantités énormes d’eau...

(*) Ecole nationale polytechnique

1.Eric Delhaye, président délégué de CAP21: Les autres dégâts réels. 6 décembre 2010
2.Pierre Veya: Gaz: le scénario qui change tout. Les gaz non conventionnels modifient la donne énergétique mondiale http://www.letemps.ch/Page/Uuid/1bc...
3.Laurent Carpentier: Gaz de schiste Le Monde Magazine 22.01.11
4.Gaz de schiste: une bataille mondiale d’ampleur inédite, une nouvelle catastrophe pour l’environnement www.notreplanète.info 17.12.2010
5.Rady Ananda: Fracturation hydraulique, produits chimiques toxiques et augmentation de l’activité tellurique http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=228081 6.01.2011
6.Louis Francoeur: Quebec: Gaz de schiste: urgence d’exploiter?Mondialisation.ca, 30.11.2010

Pr Chems Eddine CHITOUR (*)

Source : http://lexpressiondz.com/article/8/2011-01-24/85251.html

Category : ENVIRONNEMENT / BIODIVERSITE / ECOLOGIE - 2 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |