Concentré sur le Maroc l’Algérie, la Tunisie, la Syrie, le Liban et la Turquie :Un partenariat pour préserver les forêts méditerranéennes » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Concentré sur le Maroc l’Algérie, la Tunisie, la Syrie, le Liban et la Turquie :Un partenariat pour préserver les forêts méditerranéennes

20/4/2011

forêt MéditerranéeConcentré sur le Maroc l’Algérie, la Tunisie, la Syrie, le Liban et la Turquie :Un partenariat pour préserver les forêts méditerranéennes

20-04-2011

Synthèse de Hassan Gherab
A l’occasion de la deuxième Semaine de la forêt méditerranéenne, organisée du 5 au 8 avril derniers à Avignon (France), l’organisation pour l’alimentation et l’agriculture FAO a annoncé la création d’un nouveau partenariat, visant à renforcer la protection des zones boisées de la région méditerranéenne qui sont confrontées à toute une série de menaces liées au changement climatique.
Le partenariat, qui regroupe douze institutions et organisations, dont l’agence onusienne, se concentre essentiellement sur les forêts du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, de la Syrie, du Liban et de la Turquie. Outil dynamique devant permettre à tous les acteurs de la région d’affronter les enjeux croissants auxquels sont confrontées les forêts et faire prendre conscience de leur importance et de la nécessité de les préserver, ce partenariat a pour vocation «d’intégrer les politiques et investissements au niveau des pays afin d’adapter les forêts au changement climatique, ce qui comporte l’intervention de divers secteurs : foresterie, agriculture, développement urbain, eau, environnement, planification de l’utilisation des terres, éducation, tourisme, etc.», indique la FAO.  Il vise également à mettre au point une approche régionale commune de gestion forestière, et, en particulier, de prévention des incendies, grâce au partage d’expertise, de connaissances et de meilleures pratiques. Localement, le partenariat permettra de promouvoir la gestion durable des forêts en impliquant les communautés qui y vivent, les propriétaires et administrateurs, les agriculteurs, les éleveurs, les écologistes, les responsables d’aires protégées et les chercheurs.«Le partenariat de collaboration sur les forêts méditerranéennes permettra de mieux faire prendre conscience de la richesse des fonctions vitales qu’elles dispensent à leurs citoyens. Citons, notamment, la protection des sols et des eaux, la valeur esthétique du paysage, le piégeage du carbone et la conservation de la biodiversité. Il est urgent d’unir nos forces pour restaurer et préserver ces fonctions au service des générations futures», a déclaré Eduardo Rojas-Briales, sous-directeur général de la FAO, au département des forêts.Chaque année, entre 700 000 et un million d’hectares de forêts méditerranéennes sont ravagés par les incendies, ce qui correspondrait à une perte économique d’un milliard d’euros. De plus, la forte augmentation de la fréquence et de la durée des périodes de sécheresse et vagues de chaleur dans la région méditerranéenne accentue le risque de feux de forêt de grande envergure et l’appauvrissement des ressources en eau pour les populations urbaines et rurales.«La superficie boisée de la région Méditerranée est de 73 millions d’hectares, soit 8,5% de la surface émergée totale. Les forêts méditerranéennes offrent tout un éventail de produits tels que le bois, les produits forestiers non ligneux (liège, fourrage, plantes aromatiques et gibier), qui ont tous leur importance pour le développement socioéconomique de la région et contribuent à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté dans les zones rurales. Or, les forêts méditerranéennes sont confrontées à toute une série de menaces liées au changement climatique, à l’expansion des terres agricoles, au tourisme, au développement urbain et autres pratiques d’utilisation des terres contribuant au recul des forêts», note la FAO. 

H. G.
Source : FAO

 

Category : ARBRES ET FORETS - 2 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |