RECHERCHE SCIENTIFIQUE - Accès gratuit pour les Algériens aux fonds documentaires américains » maladies des plantes , agriculture et écologie

 RECHERCHE SCIENTIFIQUE - Accès gratuit pour les Algériens aux fonds documentaires américains

24/1/2011

RECHERCHE SCIENTIFIQUE - Accès gratuit pour les Algériens aux fonds documentaires américains

D’importants fonds documentaires sont mis à la disposition des chercheurs algériens à travers «Maghreb Digital Library», une bibliothèque virtuelle accessible à partir de n’importe quel ordinateur connecté à internet. Le système, monté en collaboration avec les Américains de l’US Civilian & Developement Foundation» (CRDF), permettra au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique d’économiser d’importantes sommes d’argent en négociant des abonnements groupés pour l’ensemble des établissements sous sa tutelle.
Lyas Hallas - Alger (Le Soir)- Dans son allocution donnée hier à l’ouverture de la cérémonie de lancement de cette «Bibliothèque maghrébine numérique», l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger a précisé que le projet vient plutôt honorer un engagement du président Obama, lequel, rappellera-t-il, avait annoncé — une année après son fameux discours du Caire — un plan de coopération pour relancer les relations avec le monde arabe. Une coopération élargie à plusieurs domaines d’activité comme l’éducation, la science, la technologie et la santé. «Le lancement de cette bibliothèque numérique est la concrétisation de l’un des aspects de ce plan. Le ‘’nouveau départ’’, dont parle le président Obama dans son discours du Caire, n’est pas de la langue de bois, mais reflète sérieusement son engagement à scruter de nouveaux canaux de coopération avec les communautés musulmanes à travers le monde», dira-t-il tout en exprimant sa «joie de voir l’Algérie bénéficier de cette nouvelle politique». Ce faisant, la Bibliothèque maghrébine numérique, concrétisée en vertu de l’accord de coopération sur les sciences et la technologie signé en 2006 entre les gouvernements des deux pays, et qui permet dans un premier temps l’accès gratuit à quatre millions d’articles, constitue une aubaine pour les scientifiques algériens qui peuvent, non seulement consulter en temps réel la documentation mise en ligne, mais aussi publier leurs travaux et se mesurer à leurs concurrents étrangers. Cette plateforme donnera ainsi une dimension plus grande au système national de documentation en ligne (SNDL), opérationnel depuis juillet dernier. Cet outil mis au point par le Centre de recherche sur l’information scientifique et technique (Cerist) offre déjà à la communauté scientifique l’avantage de consulter des contenus mis en ligne par 36 éditeurs parmi les leaders de l’édition scientifique (Cairn, ScienceDirect, Springer, Cambridge Science pour ne citer que ceux-là), au même titre que les chercheurs et étudiants des pays les plus avancés dans ce domaine. Grâce à ce système, le département de la recherche scientifique pourra négocier des abonnements groupés pour l’ensemble des établissements sous sa tutelle. A titre d’exemple, l’abonnement auprès d’un seul fournisseur comme ScienceDirect coûte à un établissement la bagatelle de 700 millions de centimes l’année. Or, le SNDL liant 87 institutions relevant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales supérieures, 5 écoles normales supérieures…), permet de réaliser des économies importantes d’argent. Et à travers la Bibliothèque maghrébine numérique, lancée hier, ce département aura l’opportunité de négocier d’autres abonnements auprès d’éditeurs américains. En ce sens que le ministre chargé du secteur présent également à la cérémonie de lancement dudit portail a prôné un changement des mentalités car, avancera-t-il, cet outil technologique révolutionnera les modes de recherche habituels. Précisons que c’est l’Etat qui prend en charge ces abonnements et que l’accès est gratuit pour les usagers algériens, moyennant un code que fournit chaque établissement à ses chercheurs.
L. H.

Source : http://lesoirdalgerie.com/articles/2011/01/24/article.php?sid=111783&cid=2

Category : RECHERCHE SCIENTIFIQUE EN ALGERIE - 2 | Write a comment | Print

Comments

oner, le 02-02-2011 à 15:21:17 :

Supprimons de nos discours " Pays sous développés "

 "Dans son allocution donnée hier à l’ouverture de la cérémonie de lancement de cette «Bibliothèque maghrébine numérique», l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger a précisé que le projet vient plutôt honorer un engagement du président Obama.."

 

bla bla bla

 

Les infos de ce jour témoignent de nouveaux, avec la révolte du peuple egyptien opprimé et avec le soutien du gouvernement Obama depuis 30ans à la dictature en égypte ... à tous les dictateurs en Afrique ....et en Amérique du sud, ainsi que dans le reste du monde il est indigne de citer le nom USA.

 

 Les USA ne veulent en aucun cas le bien de l'umanité.

 

On ne veut ni de leur bibliothèque ni de leur conseils, qu'ils prennent en charge la misère et l'injustice dans leur pays....

 

J'aimerai que l'on ne parle plus de pays sous développés ou en developpement,

car en aucun cas je ne considére l'algérie comme étant un pays sous développé par rapport à n'importe quel  pays du monde.

 

Nous n'avons ni les mêmes valeurs ni les mêmes objectifs.

 

L'algérie fait partie des RARES pays libres de notre planète.

 

Si le développement tien compte du côté technique uniquement, en ironisant

on peut dire que le paradis est un monde sous développé car il n'y a rien de technique..

 

Supprimons de nos discours:  " pays sous développés " et " en développement".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

| Contact author |