Lutte biologique : « La confusion des mâles » entre en jeu. » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Lutte biologique : « La confusion des mâles » entre en jeu.

28/5/2010

 

Lutte biologique : « La confusion des mâles » entre en jeu.

 « La confusion des mâles», c'est une nouvelle méthode de lutte biologique que I’ institut National de la Recherche Agronomique (INRA) vient de tester avec succès dans sa station d'Avignon contre le carpocapse un papillon ravageur dont la chenille dévore l’intérieur de la pomme.

 A la base de cette méthode, l’utilisation d'une phéromone sexuelle de synthèse. Rappelons que la phéromone est une substance sécrétée par un animal et diffusée à l'extérieur pour assurer une communication chimique entre les individus d'une même espèce.

D'où l'idée expérimentée à Avignon : diffuser en permanence, sur un verger, la substance chimique normalement secrétée par les femelles pour attirer leurs mâles (phéromone sexuelle attractive) ; imprégner régulièrement et uniformément l'atmosphère des vapeurs de cette substance ; dérouter ainsi totalement les mâles qui, incapables de localiser les appels odorants de leurs femelles, ne peuvent plus venir les féconder. Résultat : une diminution, voire une élimination de la population et la disparition consécutive des attaques au niveau de la récolte.

Dans l'expérience effectuée à Avignon, la diffusion de phéromone a été assurée par des tubes de caoutchouc de 3 mm de diamètre accrochés dans la couronne des arbres à raison d'un diffuseur par arbre a la périphérie et d'un tous les 2 arbres à l'intérieur du verger. Au total, pour 1 ha de verger, le dispositif totalisait 132 diffuseurs qui ont « consomme» 130 g de phéromone. Bilan: une diminution de la population de carpocapses de 92 % en première génération, de 96 % en quatrième génération.

 Deux problèmes  subsistent cependant avant de pouvoir  mettre cette  méthode biologique à la disposition arboriculteurs : la mise au point d'un  diffuseur  fiable, d’une part ; la fabrication de la phéromone à un prix compétitif par rapport à celui des insecticides  classiques, d’autre part.

Source : SCIENCE ET VIE aout 1977 

Category : RECHERCHE SCIENTIFIQUE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |