Le rempotage Le surfaçage. » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Le rempotage Le surfaçage.

17/5/2010

 

rempotageLe rempotage  Le surfaçage.

Le printemps est une période favorable au rempotage des plantes d'appartement. Prenez un peu de temps durant la pause pascale pour effectuer ce travail important. Plusieurs règles sont à observer afin que l'opération soit réussie.

Les 10 règles à observer

1. Evitez d'effectuer deux travaux en même temps: on ne taille pas une plante le même jour qu'on la rempote. Si la plante nécessite une taille de rajeunissement, faites le travail 3 à 5 semaines avant le rempotage afin que les plaies soient cicatrisées et que les bourgeons se soient développés.

2. Ne sombrez pas dans la tentation de mettre à votre plante un pot beaucoup plus gros. On estime généralement qu'il faut compter 5 cm de plus que l'ancien diamètre.

3. Choisissez le substrat adéquat en relation avec le genre et l'espèce concernés. On trouve sur le marché des sacs de terreau standards pour plantes vertes; vous pouvez à partir de cette base corriger le substrat soit en l'allégeant avec du sable grossier soit en lui donnant du corps avec de la terre de jardin.

4. Faites glisser du terreau tout autour de la motte, si nécessaire aidez-vous à l'aide d'une baguette.

5. Assurez-vous que l'ancienne motte soit bien enrobée de nouveau terreau substrat. Pour que les racines puissent se développer correctement, évitez tout espace libre de terre entre l'ancienne terre et les parois du nouveau pot.

6. Tout rempotage se termine par un arrosage sérieux. Pour que les racines puissent être bien en contact avec le nouveau terreau, l'arrosage est indispensable, en plus de l'humidification de la motte, pour tasser la terre. Un arrosage par imbibition est, à nos yeux idéal.

7. Laissez, après l'intervention, la motte se ressuyer correctement et surtout ne l'inondez pas. Il faut que les racines emprisonnées au coeur de la nouvelle masse de terre puissent se développer correctement pour prendre possession du nouveau milieu.

8. Attendez 3 à 5 semaines avant de recommencer les apports d'engrais. Les plantes ont au début tout ce qu'il leur faut en matière de nourriture dans le substrat sans que l'on soit obligé d'arroser à l'engrais; peut-être qu'un bassinage à l'aide d'une solution d'engrais foliaire pourra relancer la végétation. Cette intervention est utile lorsque l'on rempote une plante sans en augmenter le volume.

9. Ensuite, seulement lorsque la plante se met à pousser, vous pourrez la tailler si cela n'a pas été fait quelques semaines avant le rempotage.

10. Après le rempotage, pensez que votre plante a subit une opération importante. Laissez-la bien au chaud, à la lumière en lui évitant tout courant d'air.

En bref
Commencez par dépoter délicatement le végétal en prenant soin de ne pas abîmer sa motte et ses racines. Vous placerez la plante dans son nouveau pot en prenant garde au fait, que le haut de la motte soit situé à un centimètre du haut du nouveau récipient. Faites glisser la terre entre le pot et la motte, tassez puis arrosez.

Le surfaçage
Parfois, les plantes cultivées en pots ou en bacs sont tellement grandes et lourdes que l'on ne peut plus les déplacer pour les rempoter; il en va de même pour les plantes grimpantes agrippées ou attachées contre une façade. Pour apporter au végétal de la nourriture, et surtout de la matière organique, on peut effectuer un surfaçage.

Définition.
Action qui consiste à enlever la terre de surface qui se trouve au-dessus des racines et de la remplacer par un substrat nouveau et riche.

Avantages.
Le surfaçage permet, dans bien des cas, d'éviter un rempotage qui peut s'avérer délicat et compliqué.
Il est facile à mettre en oeuvre.
Il peut s'effectuer en toute saison.
Il ne demande que très peu de nouvelle terre et d'engrais.

Inconvénients.
Le surfaçage n'apporte pas de nouvelle terre en profondeur.
Il ne permet pas de stabiliser une plante dont le pot est trop petit.
Il ne peut pas, sous réserve d'ennuis, remplacer à tous les coups le rempotage.
Enfin si le substrat est dégradé en profondeur, qu'il est devenu cendreux ou colloïdal, le surfaçage ne résout pas le problème.

La technique.
Lorsque l'on veut surfacer un pot, il faut, à l'aide d'une pellette ou simplement avec les mains, enlever la couche supérieure de terre. On peut encore, sans blesser les racines, dégager quelques grosses racines et enlever du substrat un peu plus profondément.
Ensuite, on apporte en complément un bon mélange bien adapté à l'espèce concernée auquel on ajoute de la nourriture de réserve si possible de l'engrais retard ou programmé pour se libérer progressivement; de cette manière, on ne risque pas les brûlures. Ce terreau est préparé soigneusement et l'engrais doit être mélangé aux doses prescrites par le fabricant. Il faut apporter 2 grammes d'engrais retard par litre de substrat ou 3 grammes d'engrais complet organique: toujours pour un litre de mélange.
Après l'opération on arrose pour tasser la terre. Il faut ensuite tenir le sujet au sec en évitant de trop l'arroser.
Souvent, il n'est pas nécessaire d'enlever de la terre car, les mélanges standard diminuent de volume avec le temps: il suffit donc de compléter le niveau avec le mélange enrichi.
Généralement, on effectue un surfaçage systématique des plantes en mars, et l'on se contente de rajouter du substrat en automne, si cela s'avère nécessaire.

SOURCE : http://www.jardin.ch

 

Category : JARDINAGE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |