HYDRAULIQUE : Sellal pour l’utilisation des eaux géothermales » maladies des plantes , agriculture et écologie

 HYDRAULIQUE : Sellal pour l’utilisation des eaux géothermales

15/5/2010

 

eaux géothermales

HYDRAULIQUE : Sellal pour l’utilisation des eaux géothermales

Invité hier de l’émission Tahaoulet de la Radio Chaîne I, le ministre des Ressources en eau a annoncé que son secteur a opté pour l’utilisation des eaux géothermales dans le secteur de l’agriculture.
F.-Zohra B. - Alger (le Soir) - Pour la première fois, les eaux souterraines chaudes seront utilisées dans le secteur de l’agriculture. Elles serviront notamment à la production de fruits et légumes hors saison. Selon le ministre, l’expérience tunisienne sera largement utilisée. Abdelmalek Sellal a, par ailleurs, expliqué que pour le prochain quinquennat, un important programme sera appliqué dans le secteur des ressources en eau. «Nous commencerons par un appui aux programmes déjà réalisés lors du dernier quinquennat. Par ailleurs, et s’agissant du secteur de l’Agriculture, nous devons en finir avec les problèmes de sécurité alimentaire, au terme de la période 2010-2014. Actuellement, 65 % des eaux vont vers l’agriculture, et des barrages ont été spécialement réalisés pour ce secteur », a-t-il déclaré. Assurant que la mise en place du prochain programme a déjà commencé, Abdelmalek Sellal a évoqué le grand projet de transfert d’eau entre In- Salah et Tamanrasset. Il a expliqué que cette réalisation d’envergure sera livrée à la fin de l’année en cours. Le projet s’étend sur 757 km, avec 1 600 km de canalisations. «Dans le Sud, les eaux superficielles sont rares. Aussi devons-nous sécuriser la région», a-t-il ajouté, tout en précisant que 190 milliards de dinars ont été nécessaires pour la réalisation de ce projet pris en charge par huit entreprises. L’invité de la radio a, par ailleurs, évoqué les grands projets à l’étude, qui concernent les Hauts-Plateaux. Ainsi, des barrages seront réalisés à Laghouat, Khenchela et M’sila. Ces eaux seront destinées à l’agriculture et l’élevage. Ceci alors que les eaux souterraines feront l’objet d’un transfert d’El-Ménéa vers les Hauts-Plateaux et du nord de la région de Béchar vers le sud de Naâma. Il en sera de même à partir de Ouargla et d’El-Oued vers Biskra et le sud de Batna. «Notre principe tient à une utilisation rationnelle de ces eaux, ceci d’autant plus que nous ne connaissons pas vraiment leur système de renouvellement », a expliqué le ministre. Quant au traitement des eaux usées, le premier responsable du secteur a annoncé qu’une expérience a été lancée à Oran, avec un financement américain, pour les utiliser même pour les cultures de légumes et l’AEP. «On ne pouvait utiliser ces eaux que pour l’agriculture, la culture arboricole et celle du blé. On va, ainsi, passer au niveau 4 de traitement. Si l’expérience réussit, elle sera étendue à d’autres régions du pays», a expliqué le ministre. S’agissant de la gestion déléguée des eaux en cours, notamment par la Seaal dans la capitale, il a déclaré que les transferts de technologies sont importants. Dans le même ordre d’idées, il a appelé à la création d’une école de gestion de l’eau aux fins d’un développement optimal de la formation.
F.-Z. B.

Source : ttp://lesoirdalgerie.com

 

Category : IRRIGATION / HYDRAULIQUE - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |