Lutter contre la fusariose des épis de maïs, c'est lutter contre les mycotoxines » maladies des plantes , agriculture et écologie

 Lutter contre la fusariose des épis de maïs, c'est lutter contre les mycotoxines

9/5/2010

 

fusarium maïsLutter contre la fusariose des épis de maïs, c'est lutter contre les mycotoxines

(Réussir Céréales Grandes Cultures Septembre 2007 - 28/09/07)

La présence de fusariose sur les épis de maïs laisse planer le risque de production de mycotoxines dans les grains. Le préjudice est important si le maïs est destiné à l'alimentation.

On distingue deux types de Fusarium principalement responsables des fusarioses sur épis de maïs : Fusarium graminearum et Fusarium moniliforme.
. Les attaques occasionnées par Fusarium graminearum se situent surtout en haut de l'épi car le pathogène pénètre par les soies. On peut trouver des symptômes au centre de l'épi sur des couronnes entières de grains. Un mycélium de couleur rose à violacé se développe. Les soies et les spathes sont collées aux grains. Les grains touchés s'enfoncent dans la rafle sous le doigt car ils pourrissent.
. Fusarium moniliforme se signale par des attaques plus dispersées sur l'épi. Les grains touchés paraissent répartis aléatoirement mais en fait ils suivent la progression de l'insecte foreur (pyrale surtout). Un mycélium blanc à rose clair peut se répandre sur la surface des grains. Il n'y a pas de pourrissement.
(D'après Arvalis-Institut du végétal et KWS Maïs France.)
Trois moyens de lutte peuvent être envisagés.

Pratiques culturales

Les Fusarium se conservent dans les résidus de récolte. Notamment dans le cas de maïs sur maïs, un broyage fin des résidus permettra de réduire l'inoculum (en favorisant la vitesse de décomposition) en même temps que les populations d'insectes foreurs qui se réfugient également dans les cannes. L'enfouissement de ces résidus réduira encore les risques de contamination sur la culture suivante.

Lutte anti-parasitaire

Il n'existe pas de traitement fongicide contre les fusarioses des épis sur maïs. En revanche, la lutte contre la pyrale et la sésamie permet de réduire considérablement les risques de contaminations par au moins l'un des Fusarium (F. moniliforme) en plus de limiter l'impact direct des ravageurs. Des insecticides sont disponibles pour des traitements par enjambeurs, voire aériens. L'utilisation de trichogrammes (micro-guêpes) est un moyen biologique de lutter contre les pyrales. Dernière solution limitée et locale : le recours à des variétés de maïs transgéniques comportant un gène Bt de résistance aux ravageurs.

Choix variétal, semis et récolte

Les variétés de maïs montrent une sensibilité contrastée vis-à-vis desFusarium. Ce paramètre est en cours de caractérisation dans les hybrides et les sélectionneurs travaillent à l'obtention de variétés montrant un haut niveau de tolérance aux fusarioses. La date de semis peut conditionner les attaques ultérieures de champignon. Un semis trop tardif met le maïs dans des conditions fortes de vulnérabilité à Fusarium graminearum en particulier. Sur les dates de récolte, plus celles-ci seront tardives, plus les Fusarium se développeront sur les grains avec une augmentation exponentielle de mycotoxine. En ce sens, le choix de variétés tardives de maïs est déconseillé dans certaines situations à risque fusariose.

Mise en garde

Pour l'un et l'autre des Fusarium, il y a des conditions de contamination communes. Les résidus de cultures sont la source de l'inoculum. Une forte humidité à l'émergence des soies favorisera les contaminations par les spores des champignons. Fusarium graminearum se développera ensuite à la faveur de pluies en été et de températures fraîches tandis que Fusarium moniliforme préférera des températures élevées avec de l'humidité.
Les insectes foreurs (pyrales, sésamies) amplifient les attaques par Fusarium moniliforme. Ils occasionnent des blessures sur les grains qui sont des portes d'entrées pour le champignon.
Les deux Fusarium produisent des mycotoxines : la fumonisine par Fusarium moniliforme, le déoxynivalénol (DON) et la zéaralénone par Fusarium graminearum.
La relation entre le niveau d'infestation par la maladie et la quantité de mycotoxines produite n'est pas toujours clairement définie. Mais on a au moins une certitude : il n'y a pas de fusariotoxines sans Fusarium.

Source : http://www.pleinchamp.com

 

Tags : mais fusariose
Category : MAIS | Write a comment | Print

Comments

Mohmed Anouar Abouda, le 28-11-2010 à 22:59:22 :

la maladie des pommes de terre en Tunisie

C'est depuis 2003 que je ne peux pas trouver la reponce: il ya une telle maladie comme fusarios a la culture de pommes de terre? Tout le monde a peur de parler de ca car ses pommes de terres sont emportes de la Hollande et c'est une comande d'Etat.Je suis un pauvre agriculteur et en 2003 j'ai perdu toute ma recolte a cause dea pommes de terre infectes.J'ai  perdus plus de 10000 de dinars . A present ces terres sont infectes et on ne produit presque rien. Ecrivez-moi stp, pourquois tout es si cache? Peux -je  recevoir mon argent perdu?

zfdd, le 30-07-2010 à 09:31:38 :

dfcdgvf

dsfdvsdddddc..http://www.tiffanyesale.com/
http://www.tf-mart.com/
http://www.eluxurysin.com/chanel.html
http://www.thomassabosales.com/thomas-sabo-charms.html

| Contact author |